Des élèves non vaccinés qui assistaient au bal de fin d’année du lycée d’Exeter, dans le New Hampshire, ont été « numérotés » à l’aide d’un stylo et suivis tout au long de la soirée, selon un défenseur des droits des parents du New Hampshire.

NDLR : retour des pratiques de l’Allemagne nazie ?

AUTEUR

DR. SUSAN BERRY

CATEGORIES

POSTÉ LE

10 juin 2021

SOURCE

Breitbart

Ann Marie Banfield, qui écrit sur le blog Granite Grok, a rapporté que la représentante du New Hampshire Melissa Litchfield, qui représente le district de Brentwood, a posté sur Facebook mardi que certains électeurs l’ont informée que leurs élèves non vaccinés qui ont assisté au bal de la Exeter High School lundi soir « avaient un numéro écrit sur eux avec un Sharpie » et ont été suivis tout au long de la soirée.

Litchfield a poursuivi avec quelques citations de parents d’élèves « en colère » :

S’ils étaient sur la piste de danse, ils devaient lever la main toutes les trois chansons pour que leur numéro puisse être enregistré par d’autres élèves de classe inférieure à des fins de traçage des contacts. L’histoire ne s’arrête pas là, mais ce seul fait nous surprend. Nous avons vraiment le sentiment qu’ils marquent littéralement nos enfants au fer rouge s’ils ne reçoivent pas ce vaccin expérimental (sic) « approuvé en urgence » …

Litchfield a rapporté les propos d’un autre parent d’élève :

Ils ont également laissé la liste des noms des élèves (prénom et nom) avec l’information sur le fait qu’ils aient été vaccinés ou non sur une table à l’extérieur après le bal. Je l’ai trouvée le lendemain matin. Cette information aurait dû 1. Ne pas être partagée et 2. Ne jamais être laissée là où n’importe qui peut y avoir accès. J’ai une photo de la liste.

« Je trouve absolument incroyable qu’ils aient été autorisés à traiter les enfants comme des prisonniers de l’Allemagne nazie », a déclaré une autre personne à Litchfield. « Les marquer, donc les singulariser, et ensuite les obliger à lever la main est au-delà du tolérable ».

« D’abord, l’école pourrait envisager des poursuites judiciaires pour violation des droits Hippa [HIPPA] », poursuit l’électeur. « Ils n’ont pas à demander une carte de vaccination … jeudi dernier, les masques n’étaient plus nécessaires à l’extérieur et si cela est en vigueur, cela n’aurait pas dû avoir d’importance s’ils étaient vaccinés ou non. »

« Si quelqu’un a des informations supplémentaires, je l’apprécierais beaucoup », a posté Litchfield. « Il y a eu beaucoup de discussions au niveau de l’État concernant le statut vaccinal et la confidentialité. »

Banfield a déclaré avoir été contactée sur les médias sociaux par un parent dont l’enfant a participé au bal de fin d’année. Le parent a déclaré que son enfant (nom confidentiel) « était présent à cet événement et a été ‘numéroté’ avec un sharpie parce que (l’enfant) n’était pas vacciné ».

Le parent a déclaré que son enfant s’était rendu au bal de fin d’année avec un ami qui avait reçu le vaccin et qui « n’était pas numéroté ».

Le parent poursuit :

Cela ne nous a pas été communiqué à l’avance. On a dit aux enfants qu’il était facultatif de fournir une copie de leur carte de vaccination. Lorsqu’ils se sont présentés à l’enregistrement du bal, ils ont été marqués et un numéro a été écrit au sharpie noir sur ceux qui n’étaient pas vaccinés (sic). Ceux qui étaient vaccinés avaient une marque de couleur différente et aucun numéro ne leur était attribué. Les élèves de première année étaient chargés d’écrire les numéros sur la piste de danse. Après 3 ou 4 danses, on demandait aux enfants de lever la main pour que les élèves de seconde année puissent noter les numéros.

Le parent a dit à Banfield que les élèves vaccinés devaient montrer leur carte de vaccination au conseiller de classe lors de l’enregistrement. Les élèves sans carte de vaccination étaient « numérotés ».

Selon Banfield, le parent a signalé « une liste, avec des numéros associés à des noms », qui devait être utilisée pour retrouver les élèves non vaccinés.

Le parent a déclaré que si un élève était testé positif au COVID dans la semaine précédant le bal de fin d’année, tous les « enfants numérotés manqueront la remise des diplômes et toutes les activités de la semaine des seniors, conformément à la politique de traçage des contacts de l’école ».

« Il n’est pas normal que les enfants se sentent sous la pression de leurs pairs, de l’école et du gouvernement pour se faire vacciner », a posté le parent. « Les enfants ne devraient pas se sentir obligés de se faire vacciner sous peine de ‘rater’ des événements. C’est un choix personnel et cela doit le rester. »

« C’est devenu un moyen de séparer et d’éliminer ceux qui ne suivent pas – c’est une pente effrayante et glissante et je suppose que j’espère que si l’on y prête attention, les gens réfléchiront à deux fois avant de s’engager sur cette pente ou non », a ajouté le parent.

Banfield a écrit sur la question du secret médical.

« Ce sont les parents qui envoient au district scolaire les informations sur les vaccins de leurs enfants », a-t-elle observé. « Ce sont eux qui déterminent s’ils veulent partager ces informations ou non. Il s’agit de dossiers médicaux sur des élèves, et pourtant il semble que ces informations aient été exposées à la vue de tous. »

« Et si les étudiants étaient marqués d’un numéro s’ils ont une maladie sexuellement transmissible ? ». Banfield a demandé. « Devraient-ils être obligés de partager cette information aussi ? Et le SIDA ? Où est l’ACLU ? » (NDLR : ACLU = American Civil Liberties Union).