La dirigeante du Myanmar Daw Aung San Suu Kyi a été inculpée par le régime militaire du pays en vertu de la loi anticorruption, ce qui porte à sept le nombre d’actions en justice intentées contre elle par la junte depuis son arrestation le 1er février au lendemain du coup d’État.

AUTEUR

THE IRRAWADDY

CATEGORIES

POSTÉ LE

10 juin 2021

SOURCE

The Irrawaddy

Si elle est reconnue coupable de tous les chefs d’accusation, cette dame de 75 ans risque au moins 25 ans d’emprisonnement, ce qui signifie qu’elle devra passer le reste de sa vie derrière les barreaux.

Après la prise du pouvoir, la junte a lancé des enquêtes sur la corruption à l’encontre de Daw Aung San Suu Kyi après l’avoir accusée d’avoir accepté de l’argent liquide et de l’or, ainsi que d’avoir abusé de son autorité et des fonds versés à une fondation caritative qu’elle dirige.

Le régime a également engagé des poursuites contre elle, l’accusant notamment de possession illégale de talkies-walkies, de violation des restrictions COVID-19 et d’incitation.

Lors d’une conférence de presse en mars, le porte-parole du régime, le général de brigade Zaw Min Tun, a répété les allégations selon lesquelles Daw Aung San Suu Kyi a accepté 600 000 dollars américains et 7 viss (11,4 kg ou environ 25 livres) d’or de la part du ministre en chef de la région de Yangon détenu, U Phyo Min Thein, entre décembre 2017 et mars 2018. Il a déclaré que la Commission anti-corruption (ACC) du gouvernement enquêtait sur cette allégation.

En février, le régime militaire a lancé une enquête sur les finances, les propriétés foncières et l’utilisation des bâtiments de la Fondation Daw Khin Kyi, une organisation caritative fondée par Daw Aung San Suu Kyi.

Jeudi, les journaux d’État ont déclaré que l’ACC avait découvert que la conseillère d’État détenue avait accepté illégalement l’argent et l’or.

En outre, il a déclaré qu’elle avait abusé de son autorité en louant 1,86 acres de terrain et de bâtiments à Yangon pour ouvrir le siège de la Fondation Daw Khin Kyi.

« Selon les données du bureau de l’auditeur général de la région de Yangon, le pays a perdu plus de 5,2 milliards de kyats [3,15 millions de dollars] à cause de ses actes répréhensibles.

Le rapport indique également que Daw Aung San Suu Kyi n’a pas agi dans le respect des procédures mais a utilisé « son pouvoir et son autorité » pour obtenir un bail foncier bon marché pour l’école professionnelle d’horticulture La Yaung Taw de la fondation, à Naypyitaw.

Le document affirme qu’elle a payé un prix moins que raisonnable pour louer le terrain, ce qui a coûté au gouvernement « plus de 19 milliards de kyats pour 125,185 acres de terrain [à Naypyitaw] ».

L’ACC a également déclaré que Daw Aung San Suu Kyi est accusée d’avoir utilisé plus de 1,6 milliard de kyats de contributions en espèces du public pour se construire une maison, « ce qui contraste avec les principaux objectifs de la Fondation Daw Khin Kyi, à savoir promouvoir la santé, l’éducation et le niveau de vie de la population. »

« Par conséquent, il a été constaté qu’elle avait commis des actes de corruption en utilisant son rang. Elle a donc été inculpée en vertu de l’article 55 de la loi anti-corruption », a-t-il ajouté.

Si elle est reconnue coupable, Daw Aung San Suu Kyi encourt une peine maximale de 15 ans d’emprisonnement.

Myo Aung, ancien maire de Naypyitaw et ancien président du Comité de développement de Naypyitaw, U Ye Min Oo, ancien maire adjoint de la ville, et U Min Thu, ancien membre du Comité, ont également été inculpés en vertu de la loi anticorruption pour avoir accordé des permis d’utilisation des terres et des concessions foncières en violation des procédures officielles.