NEW YORK (Reuters) – Le Fonds monétaire international a déclaré jeudi qu’il avait un certain nombre de préoccupations économiques et juridiques concernant la décision du Salvador de faire du bitcoin une monnaie légale parallèle.

NDLR : le fait que le FMI fasse des déclarations menaçantes à un pays dont le PIB n’est que de 24 milliards par an en dit plus long sur leur peur du Bitcoin qu’autre chose.

AUTEUR

REUTERS

CATEGORIES

POSTÉ LE

10 juin 2021

SOURCE

Reuters

Le Salvador est devenu le premier pays au monde à adopter le bitcoin comme monnaie légale, le président Nayib Bukele vantant son utilisation pour son potentiel à aider les Salvadoriens vivant à l’étranger à envoyer des fonds au pays.

« L’adoption du bitcoin comme monnaie légale soulève un certain nombre de questions macroéconomiques, financières et juridiques qui nécessitent une analyse très attentive », a déclaré Gerry Rice, un porte-parole du FMI, lors d’un point de presse prévu.

« Nous suivons de près l’évolution de la situation, et nous poursuivrons nos consultations avec les autorités. »

Rice a déclaré que le Fonds rencontrera plus tard jeudi Bukele pour discuter de la loi sur les bitcoins. Le Salvador est en discussion avec le FMI pour obtenir un programme de près d’un milliard de dollars.

La loi du Salvador signifie que le bitcoin sera sur un pied d’égalité avec le dollar, qui est devenu sa monnaie officielle il y a 20 ans.