Un nouveau test sanguin vise à changer la donne en matière de gestion du cancer.

NDLR : De nouvelles discussions sur la prévention, les traitements et les « remèdes » contre le cancer. Nous en avons toujours eu. Il me semble qu’ils essaient d’anticiper quelque chose…

AUTEUR

JENNIFER PEREIRA, MYA GREEN

CATEGORIES

POSTÉ LE

10 juin 2021

SOURCE

Good Morning America

Signatera, un test sanguin « informé sur les tumeurs » développé par Natera, peut détecter l’ADN tumoral circulant dans le sang pour certains types de cancers.

« Ce qui rend l’ADN de la tumeur différent, c’est qu’il présente certaines mutations qui conduisent en fait à la croissance cellulaire incontrôlée qui a donné naissance au cancer », a déclaré Solomon Moshkevich, directeur général de l’oncologie chez Natera, à « Good Morning America ». « Et en vertu de l’analyse d’un échantillon de la tumeur, du patient, nous savons en fait quelles sont les mutations de ce cancer et nous savons exactement ce que nous recherchons lorsque nous allons analyser l’échantillon de sang. »

Le test sanguin fonctionne en examinant plus de 20 000 gènes de la tumeur du patient et en les comparant à des gènes normaux. Une fois l’empreinte unique de la tumeur identifiée, un test sanguin personnalisé, propre au cancer du patient, est créé.

Signatera, qui fonctionne le mieux pour les cancers solides tels que le cancer du poumon, du côlon, de la vessie et du sein, s’est avéré capable de détecter la récidive de certains cancers au niveau microscopique jusqu’à deux ans plus tôt qu’un scanner, selon la société.

« Disposer de cette information privilégiée, de cet énorme coup de pouce, peut faire la différence entre la vie et la mort », a déclaré le Dr Kristi Funk, chirurgien spécialiste du cancer du sein et directrice médicale de Pink Lotus, un leader dans le domaine de la santé du sein et des soins contre le cancer.

Funk a déclaré que ses patients utilisent le test depuis six mois, y compris Mariel Leibowitz, qui a été diagnostiquée avec un cancer du sein triple négatif à 32 ans et a subi une double mastectomie en 2019.

« Je suis maintenant capable de faire un test et de voir s’il y a des cellules tumorales actives dans mon corps », a déclaré Leibowitz. « Et puis, vous savez, si elle revenait, il y a peut-être quelque chose que je peux faire pour la devancer. »

L’attitude positive de Leibowitz à l’égard du test Signatera est une chose que Funk constate chez beaucoup de ses patients.

« J’ai constaté que cela avait un impact considérable sur la réaction émotionnelle des patients face à leur propre expérience du cancer », a-t-elle déclaré. « C’est tellement valorisant d’obtenir un test négatif. Mais si vous obtenez un test positif et que vous savez que vous pouvez intervenir le plus tôt possible pour éradiquer un stade potentiel de récidive, c’est également valorisant. Je suis donc très enthousiaste à l’idée d’ajouter ce test à l’arsenal des moyens dont nous disposons pour vaincre le cancer. »