America’s Frontline Doctors (AFLDS) s’est entretenu avec le pharmacien new-yorkais Joel Wood au sujet de son licenciement pour avoir refusé d’administrer des agents biologiques expérimentaux sans donner à ses patients la possibilité de donner leur consentement éclairé pour les recevoir.

NDLR : cela confirme que tous ceux qui ont recu le vaccin n’ont pas donne leur consentement eclaire pour le recevoir, en tout cas aux USA…

AUTEUR

AFLDS

CATEGORIES

POSTÉ LE

11 juin 2021

SOURCE

America’s Frontline Doctors

Le 5 mai, Wood a appelé une ligne d’éthique anonyme à la société Kinney Drugs où il était employé pour exprimer ses préoccupations concernant l’excrétion des vaccins et la vaccination des jeunes. Le 9 mai, il a écrit un email à la société dans lequel il déclarait : « Je suis employé par Kinneys depuis plus de 5 ans. J’ai toujours eu le sentiment qu’ils ont fait de la sécurité du personnel et des patients une priorité. Cependant, j’aimerais savoir ce que la société fait pour résoudre le problème de sécurité que représente l’excrétion du vaccin sur le lieu de travail. C’est un phénomène connu et spécifiquement mentionné dans l’étude de Pfizer à la page 67 comme une préoccupation. Il est possible d’avoir une contamination par contact physique (ce qui n’est pas le problème au travail) mais aussi par inhalation – ce qui est un problème au travail. Les masques n’offrent aucune sécurité. J’aimerais que ce point soit abordé dans un courriel adressé à la société d’ici la fin de semaine. »

Wood poursuit : « S’il n’y a pas un courriel qui répond à ces préoccupations, je transmettrai ma plainte à l’OSHA comme une violation de la sécurité. »

« Je suis également préoccupé par le manque de sécurité des patients et de consentement éclairé concernant l’injection de Moderna COVID-19. De nombreux membres du personnel et patients m’ont dit qu’ils ne savaient pas que cette injection n’était PAS approuvée par la FDA. Je sais pertinemment que le personnel qui administre cette injection ne dit pas aux gens qu’il ne s’agit pas d’un vaccin approuvé. Cela crée un problème lorsque les patients reçoivent leur deuxième injection et sont informés qu’elle n’est pas approuvée et qu’ils disent : « Eh bien, la première injection l’était » ; non, elle ne l’était pas. »

« J’aimerais aussi parler de l’éléphant dans la pièce. Je comprends la nécessité de suivre les conseils de nos organismes gouvernementaux de réglementation. Cependant, lorsque ces agences se trompent ou font des recommandations inappropriées, ce sont nos patients qui en font les frais… »

« Je crains que Kinney ne prenne une direction qui soit à l’opposé de notre devise. Faire l’expérience de la différence signifie simplement que si nous ne changeons pas notre comportement et n’informons pas le public de la véritable science et des informations sanitaires qui existent dans le monde, nous rendons un mauvais service à la communauté et aussi à nous-mêmes en tant que prestataires de soins de santé. Nous allons maintenant administrer aux enfants de 12 ans et plus une piqûre contre une maladie que le New York Times a appelée deux fois le rhume. Nous ne disposons d’aucune donnée à long terme sur cette injection chez les enfants. »

Wood a conclu sa lettre à Kinneys : « Si aucun courriel n’est envoyé à l’entreprise pour répondre à ces préoccupations, j’écrirai des lettres à l’OSHA ainsi qu’à des organismes de presse en tant que dénonciateur des crimes qui sont commis. Je ne crois pas que ce soit intentionnel, mais nous agissons contre les lois internationales sur les droits de l’homme qui traitent des vaccins et de la discrimination. Nous avons la responsabilité de dire au public la réalité de ce vaccin, ce qu’il fait vraiment, qu’il n’y a pas de pandémie et que les chiffres ont été gonflés pour faire croire à une pandémie. Nous devons les informer sur l’excrétion du vaccin qui pourrait se produire. »

N’ayant reçu aucune réponse à ses préoccupations, Wood a adressé une plainte officielle à l’Administration de la santé et de la sécurité au travail (OSHA). Le 11 mai, il a reçu une réponse qui disait : « Pour l’instant, l’OSHA n’a pas de normes ni de compétence en ce qui concerne les préoccupations ou les plaintes relatives au COVID-19. On nous a dit de donner à tous les plaignants ces 3 numéros à contacter si vous le souhaitez : », énumérant le bureau du gouverneur de l’Etat de New York, la ligne d’assistance COVID-19 de l’Etat de New York, et la ligne d’assistance pour les violations COVID du département du travail de l’Etat de New York. Wood a ensuite été licencié de son poste chez Kinney Drugs.