Une source de haut niveau des forces de l’ordre du Département de la sécurité intérieure (DHS) a déclaré à Breitbart Texas qu’ils avaient reçu des ordres verbaux de l’agence limitant leur capacité à parler librement de la crise croissante le long de la frontière.

AUTEUR

RANDY CLARK

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 mars 2021

SOURCE

Breitbart

Le fonctionnaire ayant connaissance des restrictions s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat car il n’est pas autorisé à s’exprimer sur la question. « La situation des relations avec les médias est maintenant nuit et jour par rapport à la dernière administration, a déclaré le fonctionnaire. « On nous a conseillé de ne pas parler des questions d’immigration à la frontière et de nous en remettre au bureau des affaires publiques du DHS et au bureau de presse de la Maison Blanche pour gérer les messages ».

L’ordre verbal s’applique aux hauts responsables de l’application de la loi au sein du DHS et n’a pas de date d’expiration officielle. Il intervient alors que l’administration s’efforce de gérer la crise croissante provoquée par les changements de la sécurité des frontières et des politiques d’immigration qui entraînent une augmentation des passages illégaux à la frontière.

Alors que les communautés locales le long de la frontière continuent à se battre pour la libération des migrants dans leurs communautés, l’administration fait face à des critiques même dans leurs propres rangs, a rapporté Breitbart.

Le représentant américain Henry Cuellar (D-TX) a déclaré lors d’une récente interview sur la chaîne d’information Fox : « Je peux vous dire que le nombre de personnes qui sont libérées, c’est qu’elles cachent délibérément cette information ».

« Je sais maintenant qu’ils amènent des gens de McAllen à Laredo, qu’ils les traitent à Laredo, et qu’ils vont les libérer dans ma communauté », a déclaré le député de Laredo. « J’ai déjà vu cela auparavant, ne laissez pas les communautés locales savoir ce que vous faites, où elles commencent à faire venir des gens de la vallée, à les traiter à Laredo, à les relâcher dans une station de bus. Et, encore une fois, j’ai déjà vu cela dans le passé ».

L’ordre verbal délivré par les canaux du DHS vise à empêcher les hauts responsables de faire la lumière sur la situation de l’immigration qui accable actuellement l’administration. Samedi, le secrétaire du DHS, Alejandro Mayorkas, et la directrice du Domestic Policy Council de Biden, Susan Rice, se sont rendus dans plusieurs villes du Texas pour constater par eux-mêmes la situation le long de la frontière.

Les membres de la presse n’ont pas été autorisés à être présents lors de la visite de la délégation dans les postes de patrouille frontaliers et dans un centre de détention pour enfants non accompagnés des services de santé et des services sociaux.

Selon la source qui connaît bien les restrictions imposées aux médias, la délégation du secrétaire du DHS a interdit la présence des médias simplement pour empêcher la circulation des images des installations surpeuplées.

Randy Clark est un vétéran qui a travaillé 32 ans pour la United States Border Patrol. Avant de prendre sa retraite, il a été chef de division pour les opérations de maintien de l’ordre, dirigeant les opérations de neuf postes de la patrouille frontalière dans le secteur de Del Rio, au Texas.