Le député allemand Nikolas Löbel, membre du parti CDU de la chancelière Angela Merkel, quittera le Parlement et ne cherchera pas à se faire réélire. La raison ? Une série d’accords sur les masques de protection qui ont rapporté à Löbel environ 250 000 euros.

AUTEUR

RT

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 mars 2021

SOURCE

RT

Lorsque la pandémie de coronavirus s’est installée en Allemagne, une société appartenant à Löbel a négocié des accords entre un fabricant chinois de masques et des entreprises de soins de santé dans les villes de Heidelberg et Mannheim. Les contrats ont rapporté au député de 34 ans un montant de 250 000 euros (298 000 dollars), a rapporté vendredi le Spiegel.

Löbel, qui a d’abord défendu son accord comme étant « conforme au marché », a été bombardé d’appels à la démission et a annoncé dimanche qu’il se retirerait de la politique à la fin du mois d’août, et de la CDU et de son parti frère, la CSU, immédiatement.

« Être membre du Bundestag allemand et pouvoir représenter ma ville natale, Mannheim, est un grand honneur et un devoir moral particulier », a-t-il écrit dans un communiqué d’excuses adressé aux médias allemands. « J’assume la responsabilité de mes actes et j’en tire les conséquences politiques nécessaires ».

La date de départ à la retraite de Löbel en août n’était pas assez proche pour ses adversaires, qui continuaient à faire pression pour sa démission immédiate. Après une réunion le dimanche après-midi, son propre parti s’est rangé du côté de l’opposition, exigeant que Löbel « achève ce retrait de toutes les fonctions et mandats » avant la fin du mois de mars.

By Saturday evening, it was still unclear whether Löbel would honor his party’s demand.

Löbel n’est pas le premier politicien de la CDU impliqué dans un scandale d’approvisionnement en masques. Georg Nüsslein, un législateur bavarois de la CSU, a été accusé d’avoir fait pression sur le gouvernement au nom d’un fournisseur de masques l’année dernière, gagnant 660 000 euros (800 000 dollars) sur lesquels il n’a ensuite pas payé d’impôts. Nüsslein a nié tout méfait, mais a démissionné vendredi de son poste au sein du groupe parlementaire CDU/CSU, et a annoncé qu’il ne se représenterait pas aux élections de septembre.