Publié le 24/02/2021 – Les 15 millions de masques en tissu donnés aux pharmaciens par le gouvernement belge l’été dernier pourraient être toxiques, selon un rapport confidentiel de Sciensano, l’Institut belge de la santé publique.

AUTEUR

HELEN LYONS

CATEGORIES

POSTÉ LE

9 mars 2021

SOURCE

The Brussels Time

Les masques ont été fabriqués en Asie par la société luxembourgeoise Avrox, et peuvent contenir des nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane qui, lorsqu’elles sont inhalées, peuvent endommager les voies respiratoires.

Deux toxicologues avertissent que les personnes qui portent les masques risquent de développer une pneumonie, surtout si elles ont déjà des problèmes respiratoires sous-jacents, selon HLN.

« Tôt ou tard, vous pouvez ingérer ces nanoparticules, surtout si le masque est lavé et porté régulièrement. Elles peuvent facilement se retrouver dans les poumons et le sang », a déclaré le toxicologue Alfred Bernard.

Des nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane sont utilisées pour blanchir le tissu du masque, à ne pas confondre avec les nanoparticules d’argent uniquement, qui ont un effet antibactérien.

Sciensano a répondu à la fuite du rapport par un communiqué de presse disant qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions.

« Ce sont les premiers résultats de la première phase d’une étude et il est important de les interpréter avec prudence », indique le communiqué de presse. « Sur la base des données actuelles, il est impossible de déterminer si ces nanoparticules sortent réellement des masques et dans quelle mesure les utilisateurs y sont exposés ».

Mais ce n’est pas la première fois que la société luxembourgeoise est sous le feu des critiques.

En juin dernier, alors que le gouvernement belge distribuait gratuitement les masques aux pharmaciens, des inquiétudes ont été exprimées quant à leur sécurité, mais Avrox a insisté sur le fait que les masques étaient conformes à toutes les normes internationales.

L’achat des masques eux-mêmes, qui a impliqué un accord de 40 millions d’euros, fait également l’objet d’une enquête pour fraude potentielle car deux des personnes impliquées se connaîtraient personnellement très bien.

Avrox est dirigé par deux Français : un ancien agent de football et un ancien restaurateur. HLN rapporte que l’actionnaire principal est un millionnaire jordanien ayant une adresse à Malte, une société holding aux îles Caïmans et une entreprise qui finance des projets de films aux États-Unis.