Mardi, des “experts” du Parti communiste chinois ont exhorté l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à laisser la Chine créer et gérer une base de données mondiale de “passeports vaccinaux” indiquant si chaque personne sur terre a reçu un vaccin chinois contre le coronavirus.

AUTEUR

FRANCES MARTEL

CATEGORIES

POSTÉ LE

10 mars 2021

SOURCE

Breitbart

Le Parti communiste a lancé mercredi son système national de “passeport vaccinal”, alors que les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont exhorté les pays à ne pas mettre en œuvre un tel système en raison de l’inégalité d’accès aux vaccins et de la diversité de la qualité des offres disponibles dans le monde. Le “passeport vaccinal” – une certification numérique qui confirme qu’une personne a été vaccinée contre le coronavirus – s’ajoute au “système de crédit social” de la Chine, qui évalue chaque citoyen et lui attribue des “notes” numériques en fonction du degré d’approbation de son comportement par le Parti. Le comportement jugé peut aller de l’abandon de détritus et du bénévolat, qui donnent lieu à des scores de crédit social respectivement plus ou moins élevés, à l’affichage d’opinions publiques favorables ou défavorables au Parti communiste.

Le système chinois de crédit social a empêché des millions de citoyens de voyager en leur interdisant d’acheter des billets d’avion, de train ou de transport public. De même, la Chine empêche les citoyens qui n’ont pas reçu de vaccin contre le coronavirus chinois de voyager.

Le Global Times, journal de propagande d’État chinois, a proposé mardi que le Parti communiste puisse mettre en place un système de surveillance international du “passeport-vaccin” en une semaine grâce à ses grandes entreprises technologiques. Cette proposition semble être une réponse à l’Organisation mondiale de la santé qui décourage explicitement les pays de créer un tel système.

“Les experts chinois ont noté mardi que la Chine peut aider en partageant son expérience avec l’OMS et en lui fournissant un soutien technique pour organiser la question”, rapporte le Times, “car la Chine est le pays le plus expérimenté dans l’utilisation d’un système de code de santé dans le monde, tandis que l’OMS est l’organisateur le plus approprié pour la question afin de garantir l’indépendance, l’équité et la sécurité des données”.

Les “experts” approuvés par le régime et cités dans l’article ont fait valoir que, puisque la Chine exerce depuis des années une surveillance massive de ses citoyens, violant leurs droits fondamentaux, l’extension de ce système au reste du monde ne présenterait pas de défi technologique majeur.

“En termes de technologie, je pense que les entreprises chinoises peuvent construire une plateforme internationale en une semaine seulement”, a affirmé l’un de ces experts, à la tête d’une organisation chinoise identifiée comme “Information Consumption Alliance”. “L’OMS peut rédiger les règles, les procédures et le format des données. La Chine est tout à fait disposée à apporter son soutien en partageant son expérience et ses techniques pour la mise en place d’une telle plateforme, car le pays a une riche expérience en la matière.”

La participation de la Chine à un programme mondial de surveillance de la santé “garantirait la confiance du public”, insiste le journal.

Le Global Times n’a pas exprimé une grande confiance dans la possibilité que l’OMS accepte un tel accord, bien que l’organisme de santé de l’ONU ait été accusé à plusieurs reprises tout au long de la pandémie de permettre à la Chine de dicter sa réponse au virus, notamment en diffusant des informations erronées prétendant que le virus hautement contagieux n’était pas transmissible de personne à personne. Au lieu de cela, le journal a cité d’autres observateurs du gouvernement chinois qui ont suggéré que, plutôt que d’attendre l’O.M.S., la Chine devrait faire pression sur les autres pays pour qu’ils concluent des accords bilatéraux de passeport vaccinal. Ces accords permettraient de lever les restrictions de voyage entre la Chine et le pays signataire pour les personnes pouvant présenter des documents prouvant qu’elles ont été vaccinées contre le coronavirus.

Des responsables chinois tenteraient de convaincre l’administration du président Joe Biden de reconnaître l’efficacité des vaccins chinois de fabrication domestique pour mettre en œuvre un tel plan, en échange de la reconnaissance par la Chine des vaccins de fabrication américaine.

La Chine a approuvé deux vaccins contre le coronavirus chinois. Le premier, fabriqué par la société Sinovac Biotech, s’est avéré efficace à 50,38 % pour stopper les infections. Le second, de la société Sinopharm, a été testé avec une efficacité de 72,51 %. Les États-Unis ont approuvé trois vaccins. Le premier, développé par Pfizer, a été testé avec une efficacité de 95 % et le second, développé par la société Moderna, a été testé avec une efficacité d’environ 94 %. Le vaccin le plus récemment approuvé, mis au point par Johnson & Johnson, serait efficace à 66 % contre toutes les infections, y compris les plus légères.

Le Parti communiste espère convaincre les pays qui, contrairement aux États-Unis, ont approuvé l’utilisation de vaccins fabriqués en Chine de lever les restrictions de voyage imposées aux citoyens chinois vaccinés, a noté mardi le Global Times.

“Les experts chinois ont déclaré qu’il était tout à fait possible et pratique pour la Chine d’entamer une reconnaissance mutuelle avec les pays qui ont approuvé les vaccins chinois, tels que la Malaisie, Singapour et l’Indonésie, ou avec certains pays voisins qui ont des besoins pratiques pour reprendre les échanges, tels que la Corée du Sud et le Japon, ou avec des organisations régionales telles que l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, ou avec tout autre pays désireux de coopérer”, rapporte la publication.

La pression mondiale croissante exercée par Pékin en faveur des programmes de “passeport vaccinal” a été sévèrement rejetée par l’Organisation mondiale de la santé lundi. Le Dr Michael Ryan, directeur du programme d’urgences sanitaires de l’OMS, a averti que les “considérations pratiques et éthiques réelles” abondent à propos de ces programmes et a exhorté les pays à ne pas les envisager pour le moment.

“La vaccination n’est tout simplement pas assez disponible dans le monde et n’est certainement pas disponible sur une base équitable”, a affirmé le Dr Ryan, ce qui conduirait à “l’iniquité et l’injustice … encore plus marquées dans le système”.

Le programme chinois de “passeport vaccinal” lancé cette semaine fonctionne via WeChat, un média social contrôlé par le gouvernement chinois, que le régime censure fortement et utilise pour surveiller ses citoyens. Les personnes vaccinées auront des codes QR disponibles sur WeChat qui permettront aux autres nations de confirmer leur statut vaccinal. À l’heure où nous mettons sous presse, aucune autre nation n’a accepté d’accéder à la certification, mais les autorités chinoises utiliseront probablement le programme pour limiter les voyages intérieurs.

Le dictateur Xi Jinping tente de vendre publiquement le système de code QR depuis au moins novembre. Ce mois-là, Xi Jinping a assisté au rassemblement annuel virtuel des pays du G20 et a exhorté les autres pays à adhérer au programme d’application de la Chine.

“Nous espérons que davantage de pays adhéreront à ce mécanisme. Nous devons normaliser davantage les politiques et établir des voies rapides pour faciliter la circulation ordonnée des personnes”, a déclaré M. Xi aux autres dirigeants mondiaux.

La Chine restreint déjà fortement les déplacements par le biais du système de “crédit social”. L’État marque les individus ayant un faible crédit social comme “indignes de confiance” et leur interdit d’acheter des billets pour voyager, même à l’intérieur du pays, si leur score est trop faible. En mars 2019, les médias d’État chinois se sont vantés que plus de 13 millions de personnes n’avaient plus le droit de voyager en Chine grâce à ce système.

“En mars, 13,49 millions d’individus ont été classés comme indignes de confiance et se sont vu refuser l’accès à 20,47 millions de billets d’avion et 5,71 millions de billets de train à grande vitesse pour avoir été malhonnêtes”, rapportait le Global Times en mai de la même année, sans donner de précisions sur la “malhonnêteté” incriminée.

Les militants des droits de l’homme du monde entier ont prévenu que la Chine utilisait le système de crédit social pour limiter les droits des dissidents politiques, des groupes religieux et d’autres personnes considérées comme une menace pour le communisme, plutôt que de se limiter aux individus ayant un casier judiciaire.