Le Conseil administratif d’État (SAC), l’organe de gouvernement militaire du Myanmar, a menacé les manifestants hostiles au régime de la peine de mort dans les localités soumises à la loi martiale.

AUTEUR

THE IRRAWADDY

CATEGORIES

POSTÉ LE

16 mars 2021

SOURCE

The Irrawaddy

Yangon — Le SAC a d’abord déclaré la loi martiale dans les cantons de Hlaing Tharyar et Shwepyithar à Yangon, dimanche, à la suite de sa violente répression, la journée la plus meurtrière depuis le coup d’État du 1er février. La loi martiale a été imposée lundi dans les cantons de South Dagon, North Dagon, Dagon Seikkan et North Okkalapa à Yangon et dans certaines parties de Mandalay.

Le commandant régional de Yangon s’est vu confier les pouvoirs administratifs, judiciaires et militaires dans la ville, selon l’annonce faite par le radiodiffuseur d’État MRTV tard dimanche.

Les personnes qui commettent l’un des 23 « délits » dans ces communes seront jugées par des tribunaux militaires et encourront des peines allant de la mort à des peines de prison indéfinies avec travaux forcés, en passant par les peines maximales possibles en vertu de la législation en vigueur, selon les ordres signés par le secrétaire du SAC, le lieutenant-général Aung Lin Dwe.

Ces infractions comprennent la haute trahison, la sédition, l’entrave à l’exercice des fonctions des militaires et des fonctionnaires, l’instigation, l’incitation, la diffusion de « fausses » nouvelles, la possession d’armes, les liens avec des associations illégales, l’homicide, le viol, le vol, la corruption, la toxicomanie et le vandalisme.

D’autres infractions concernent des violations de la loi sur l’immigration, de la loi sur les médias, de la loi sur l’impression et la publication, de la loi sur l’administration des quartiers ou des villages, de la loi sur les transactions électroniques et de la loi sur la lutte contre le terrorisme.

Les personnes condamnées à la peine de mort et à des peines sévères ne peuvent faire appel que devant le président de la SAC et le commandant de la région de Yangon, selon le communiqué.