Selon des informations en provenance du Myanmar, le régime militaire du Myanmar a saisi les comptes bancaires de l’Open Society Foundation (OSF) de George Soros dans le pays. Le régime militaire du Myanmar accuse OSF Myanmar de violer de multiples restrictions financières sur les activités d’organisations comme OSF.

AUTEUR

OPINDIA STAFF

CATEGORIES

POSTÉ LE

17 mars 2021

SOURCE

OpIndia

Lundi, le régime militaire a annoncé des mandats d’arrêt à l’encontre de 11 membres du personnel d’OSF Myanmar par l’intermédiaire de la radio et télévision du Myanmar (MRTV). Ces mandats d’arrêt visent notamment les cadres supérieurs de la fondation, et des rapports révèlent que le directeur financier d’OSF Myanmar est déjà en détention et subit des interrogatoires depuis au moins vendredi.

La junte militaire du Myanmar accuse OSF Myanmar de multiples irrégularités financières. L’accusation la plus importante concerne l’absence d’approbation du département de gestion des devises étrangères de la Banque centrale du Myanmar (CBM) pour le dépôt de 5 millions de dollars américains (7,04 milliards de kyats) auprès de la Small and Medium Enterprise Development Bank (SMED) au Myanmar en 2018. OSF Myanmar est également accusé d’avoir retiré illégalement 1,4 million de dollars de son compte à la SMED une semaine après la prise de pouvoir de la junte militaire au Myanmar, début février. Les militaires ont également saisi les comptes des banques OSF dans les banques privées du Myanmar, pour un montant collectif de 3,81 millions de dollars.

OSF est accusée de fournir un soutien financier aux mouvements de désobéissance civile contre le régime militaire.

Le régime militaire accuse Aung San Suu Kyi d’avoir rencontré George Soros

Le 12 mars, la Banque centrale du Myanmar a notifié à toutes les ONG internationales et nationales que toutes les transactions financières depuis le 1er avril 2016 impliquant des organisations internationales ou des individus de l’étranger doivent être signalées à la BCM. Cette mesure est perçue comme une volonté d’enquêter sur les finances d’organisations comme l’OSF depuis l’arrivée au pouvoir, début 2016, du gouvernement civil de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti politique de la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi. La junte militaire accuse également Aung San Suu Kyi d’avoir rencontré George Soros à quatre reprises entre 2014 et 2017 et Alexander Soros, vice-président de l’OSF, à six reprises entre 2017 et 2020, en sa qualité de conseillère d’État du Myanmar (équivalent du Premier ministre).

Le Parti de la solidarité et du développement de l’Union, un parti politique du Myanmar connu pour ses liens étroits avec l’armée, a accusé l’Open Society Foundations de tenter de manipuler la politique du Myanmar par le biais de ses activités dans le pays. En 2017, un législateur du Myanmar s’est opposé à la nomination d’un ministre par le gouvernement de la NLD, en invoquant le fait que la personne nommée n’avait pas divulgué son travail antérieur pour George Soros.

OSF réagit et demande la libération immédiate des membres du personnel

Les Fondations pour une société ouverte ont répondu à la junte militaire du Myanmar ce mardi, en demandant la libération immédiate du membre du personnel d’OSM actuellement détenu par la junte. « Les Fondations pour une société ouverte sont profondément préoccupées par les informations selon lesquelles un membre du personnel d’OSM (Open Society Myanmar) a été détenu au Myanmar. Nous demandons sa libération immédiate. Nous sommes alarmés par les informations selon lesquelles les autorités cherchent à interroger d’autres membres du personnel », ont déclaré les fondations Open Society dans une déclaration envoyée par courriel à Reuters.

OSF a également démenti les allégations de la junte militaire concernant des irrégularités financières de la part d’OSF Myanmar. « Les allégations d’inconduite financière, notamment que OSM a agi illégalement en retirant ses propres fonds en monnaie locale de la banque SMID, sont fausses. Les allégations selon lesquelles OSM a utilisé ces fonds à des fins illégales sont fausses. Ces fonds ont été utilisés à des fins tout à fait conformes aux objectifs d’OSM », a déclaré l’Open Society Foundations à Reuters.

L’armée du Myanmar a pris le contrôle du pays après avoir organisé un coup d’État au petit matin du 1er février 2021. Selon les rapports, l’intervention de l’armée du Myanmar est intervenue après des semaines de frictions continues entre l’armée du pays, qui a dirigé le pays pendant plus de cinq décennies, et le gouvernement civil en raison d’allégations d’irrégularités lors des élections générales de 2020 au Myanmar.