Le témoin a envoyé au sous-comité une ébauche de ses remarques après qu’un membre du personnel du Congrès lui ait envoyé le message que les démocrates voulaient dans une correspondance qui fournit une fenêtre sur la gestion de la scène du Congrès.

AUTEUR

NATALIA MITTELSTADT

CATEGORIES

POSTÉ LE

18 mars 2021

SOURCE

Just The News

Un témoin d’un forum virtuel organisé l’année dernière par une sous-commission de la Chambre des représentants des États-Unis a reçu à l’avance des sujets de discussion de la part des démocrates de la majorité, selon une correspondance obtenue par Just the News qui offre une fenêtre rare sur la façon dont le Congrès gère ses travaux en coulisses.

La correspondance a été obtenue en vertu des lois sur les archives publiques du Nouveau-Mexique et concerne un événement organisé par la députée Deb Haaland, la démocrate du Nouveau-Mexique qui est aujourd’hui secrétaire à l’intérieur du président Biden. Elle suscite un débat parmi certains experts sur la question de savoir si les points de discussion équivalaient à influencer un témoin ou simplement à informer le participant de ce que les législateurs voulaient aborder.

Les mémos montrent que M. Haaland, alors qu’il était président de la sous-commission des parcs nationaux, des forêts et des terres publiques, a invité Laura McCarthy, forestière de l’État du Nouveau-Mexique, à participer à un forum intitulé « Quand les catastrophes entrent en collision : Examiner les impacts du coronavirus sur les opérations de lutte contre les incendies de forêt et les communautés vulnérables ».

Mme McCarthy a reçu les « principaux messages du sous-comité pour le forum ». Le sous-comité lui a envoyé des informations pour qu’elle se joigne à un « appel préparatoire » avant le panel, « pour vous donner une meilleure idée de la façon dont le forum se déroulera et pour aborder tous les problèmes ou questions logistiques ».

McCarthy a répondu à l’invitation par e-mail : « J’ai rédigé mes remarques et je suis chronométré pour 5 minutes. Voulez-vous les voir à l’avance ? »

Les « principaux messages du forum » étaient les suivants :

  • « La pandémie de coronavirus a mis en lumière de nombreuses inégalités existantes dans notre société et une année active de feux de forêt menace encore davantage le personnel d’urgence, les populations vulnérables et les communautés à risque.
  • Le Congrès continuera à fournir des fonds et d’autres ressources pour assurer la sécurité des pompiers fédéraux, étatiques et locaux et pour assurer la protection des communautés à risque et des populations vulnérables.
  • Étant donné qu’environ 90 % des incendies de forêt sont d’origine humaine, il est particulièrement important que les particuliers assument leur rôle dans la prévention et la préparation aux incendies de forêt cette année, notamment en respectant les fermetures de terrains, les interdictions de brûler et les meilleures pratiques en matière de résilience des habitations.
  • De la même manière que les directives du Center for Disease Control (CDC) concernant le port de masques visent à prévenir la propagation d’un virus, les actions individuelles de préparation aux incendies de forêt contribueront à protéger les individus ainsi que leurs voisins.
  • Il existe de nombreuses ressources en ligne pour aider à comprendre et à réduire les risques liés aux incendies de forêt. Le nouveau site web wildfirerisk.org a été créé en réponse à une disposition signée dans le cadre de l’Omnibus FY18 et il fournit un guichet unique pour accéder aux ressources individuelles et communautaires en matière d’incendies de forêt. »

Le projet que McCarthy a envoyé à la sous-commission comprenait des remarques sur les « incendies d’origine humaine », sur l’impact du coronavirus sur les pompiers et sur la nécessité d’un soutien financier du Congrès.

David Bossie, président du groupe de surveillance conservateur Citizens United et ancien enquêteur en chef de la commission de la réforme du gouvernement et du contrôle de la Chambre des représentants dans les années 1990, lorsque les républicains contrôlaient la Chambre, a exprimé son inquiétude quant aux points de discussion.

« Il semble très inapproprié pour une commission d’inviter un témoin à témoigner, puis de lui fournir des réponses. Cela ne doit pas être fait et ne devrait plus jamais être fait », a déclaré Mme Bossie.

Le professeur James Thurber, fondateur et ancien directeur du Center for Congressional and Presidential Studies de l’American University, a déclaré qu’il n’était pas si inquiet.

« C’est souvent fait pour s’assurer que les témoins se concentrent sur le sujet d’une audition. Cela ne signifie pas que le personnel de la commission incite les témoins à tirer certaines conclusions », a déclaré M. Thurber à Just the News.

Les responsables de la commission n’ont pas répondu à un appel mercredi demandant un commentaire officiel.