Les grandes banques seront autorisées à reprendre leurs niveaux normaux de distribution de dividendes et de rachat d’actions à partir du 30 juin, pour autant qu’elles réussissent le test de résistance de cette année. Les versements avaient été limités en fonction des revenus, par mesure de précaution pendant la pandémie de Covid-19. Les banques qui échouent au test de résistance devront attendre jusqu’au 30 septembre et devront faire face à des mesures encore plus strictes si elles ne satisfont toujours pas aux exigences en matière de fonds propres à cette date.

NDLR : cela fait suite a l’article « La Fed rétablira les exigences en matière de fonds propres des banques assouplies pendant la COVID à mesure que les marchés se stabilisent »

AUTEUR

JEFF COX

CATEGORIES

POSTÉ LE

25 mars 2021

SOURCE

CNBC

Les banques pourront accélérer le versement de dividendes et les rachats d’actions aux actionnaires cette année, mais pas avant le 30 juin et à condition de réussir la série actuelle de tests de résistance, a annoncé la Réserve fédérale jeudi.

Les plus grandes institutions de Wall Street ont été limitées en fonction de leurs revenus dans leur capacité à faire les deux pendant presque l’année dernière, par mesure de précaution pendant la pandémie de Covid-19.

La Fed avait déclaré à la fin de l’année dernière qu’elle commencerait à autoriser les décaissements réguliers au premier trimestre de 2021, l’annonce de jeudi repousse donc cette date.

« Le système bancaire continue d’être une source de force et le retour à notre cadre normal après le test de résistance de cette année préservera cette force », a déclaré le vice-président chargé de la supervision, Randal Quarles, dans un communiqué.

Les actions des banques ont augmenté dans les échanges après les heures de négociation à la suite de la nouvelle, Wells Fargo et JP Morgan Chase ayant gagné environ 1 %.

La levée des restrictions ne s’applique qu’aux institutions qui maintiennent des niveaux de capital appropriés, tels qu’évalués par les tests de résistance. Dans des circonstances normales, les distributions de capital sont guidées par le « coussin de sécurité » (stress capital buffer) d’une banque, une mesure du capital que chaque banque devrait détenir en fonction du risque de ses avoirs.

Les mesures fondées sur les revenus ont été mises en place pour s’assurer que les banques disposaient de suffisamment de capital lorsque la pandémie a frappé l’économie américaine.

Toute banque n’atteignant pas l’objectif fixé verra les restrictions de l’ère pandémique réimposées jusqu’au 30 septembre. Les banques qui ne parviennent toujours pas à atteindre les niveaux de capital requis seront soumises à des restrictions encore plus strictes.

Le secteur financier est l’un des leaders du marché boursier cette année, le groupe ayant progressé de 14,7 % depuis le début de l’année sur le S&P 500. People’s United, Fifth Third et Wells Fargo ont dominé le secteur bancaire.

Cette annonce intervient un jour après que la secrétaire au Trésor Janet Yellen, qui a présidé la Fed de 2014 à 18, a déclaré qu’elle serait à l’aise avec la levée des restrictions sur les dividendes et les rachats.

Lors d’une audition au Congrès mercredi, Mme Yellen a déclaré qu’elle était d’accord à la fois avec la décision de suspendre les décaissements de capitaux, et de les reprendre.

« J’ai été opposée plus tôt lorsque nous étions très inquiets de la situation à laquelle les banques seraient confrontées au sujet des rachats d’actions », a déclaré Mme Yellen. « Mais les institutions financières semblent plus saines maintenant, et je crois qu’elles devraient avoir une partie de la liberté offerte par les règles pour faire des retours aux actionnaires. »

Les banques n’ont racheté que 80,7 milliards de dollars de leurs actions en 2020, la plupart avant l’arrivée de la pandémie.