Perdre un nouveau-né est une épreuve déchirante, tout comme l’est la douleur de perdre un enfant à naître. C’est pourquoi nous sommes à la fois attristés et choqués de vous présenter les dernières informations sur le nombre d’enfants à naître et de nouveau-nés qui ont perdu la vie parce que leur mère avait reçu l’un des vaccins Covid-19 au Royaume-Uni.

AUTEUR

THE DAILY EXPOSE

CATEGORIES

POSTÉ LE

25 mars 2021

SOURCE

The Daily Expose

Le gouvernement a publié des rapports hebdomadaires sur les effets indésirables des vaccins expérimentaux Covid-19, dont le premier couvrait les données saisies dans le système de carte jaune de la MHRA entre le 9 décembre 2020 et le 24 janvier 2021. Leur dernier rapport (disponible ici), qui est le septième à être publié, couvre les données saisies dans le système de carte jaune de la MHRA entre le 9 décembre 2020 et le 7 mars 2021.

Six semaines seulement séparent le premier et le septième rapport, et l’augmentation choquante du nombre de femmes qui perdent leur enfant à naître et leur nouveau-né pendant cette période à cause du vaccin Covid de Pfizer ou AstraZeneca est consternante.

Voilà ce qu’a conseillé le gouvernement lors de l’approbation d’urgence du vaccin Pfizer / BioNTech :

Grossesse

Il n’existe pas ou peu de données sur l’utilisation du vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2.
Les études de toxicité pour la reproduction chez l’animal ne sont pas terminées. Le vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 n’est pas recommandé pendant la grossesse.
Pour les femmes en âge de procréer, toute grossesse doit être exclue avant la vaccination. De plus, il faut conseiller aux femmes en âge de procréer d’éviter toute grossesse pendant au moins 2 mois après leur deuxième dose.

Nous vous en avons parlé en décembre, car les conseils du gouvernement comprenaient également des commentaires sur l’allaitement et la fertilité qui étaient les suivants :

Allaitement maternel

On ignore si le vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 est excrété dans le lait maternel. Un risque pour les nouveau-nés/nourrissons ne peut être exclu. Le vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 ne doit pas être utilisé pendant l’allaitement.

Fertilité
On ne sait pas si le vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 a un impact sur la fertilité.

C’est en raison de cet avis publié par le gouvernement britannique que nous avons été choqués de voir dans le premier rapport publié sur les effets indésirables des vaccins Covid, en utilisant les données saisies dans le système de carte jaune de la MHRA jusqu’au 24 janvier 2021, un total de 4 femmes ayant subi une fausse couche à la suite du vaccin Pfizer/BioNTech :

De même, deux femmes ont perdu leur enfant à naître après avoir reçu le vaccin d’Oxford/AstraZeneca :

Nous ne savons toujours pas pourquoi ces femmes ont reçu l’un des vaccins Covid contre l’avis du gouvernement. Mais ce qui est vraiment choquant, c’est à quel point ce nombre a augmenté au cours des six semaines qui se sont écoulées depuis.

Selon le septième rapport publié par le gouvernement britannique sur les effets indésirables des vaccins Covid, qui utilise les données saisies dans le système de carte jaune de la MHRA jusqu’au 7 mars 2021, le nombre de femmes ayant perdu leur enfant à naître après avoir reçu le vaccin Pfizer a augmenté de 475 % depuis le 24 janvier, portant le total à 23. Cette situation est dévastatrice.

Malheureusement, un rapport fait état de la mort d’un bébé prématuré après que la mère ait reçu le vaccin Pfizer :

Le vaccin d’AstraZeneca a également causé des douleurs inutiles aux femmes enceintes. Depuis le 7 mars, le nombre de femmes ayant fait une fausse couche a augmenté de 150 % depuis le 24 janvier, portant le total à 5.

Tragiquement, un mort-né a également été signalé au MHRA Yellow Card Scheme après que la mère ait reçu le vaccin AstraZeneca, mais il est choquant de constater que ce cas n’a pas été considéré comme un décès :

La question est de savoir pourquoi nous voyons ces chiffres alors que l’avis du gouvernement lui-même était que les femmes enceintes ne devaient pas se faire vacciner.

Eh bien, nous avons commencé à creuser et nous avons découvert que le gouvernement a depuis mis à jour son conseil initial comme suit :

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement
Grossesse
L’expérience de l’utilisation du vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 chez la femme enceinte est limitée.
Les études chez l’animal n’indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects en ce qui concerne la grossesse, le développement embryonnaire/fœtal, la parturition ou le développement post-natal. L’administration du vaccin ARNm COVID-19 BNT162b2 pendant la grossesse ne doit être envisagée que lorsque les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus.

C’est criminel ! Nous avons peur de penser au nombre d’événements de ce genre que nous verrons dans les semaines à venir.

Le consentement éclairé est important, nous ne pensons pas que ces femmes aient été informées le moins du monde, et maintenant elles devront souffrir de la douleur éternelle de perdre leur enfant à naître ou nouveau-né.