L’ancien directeur des CDC, Robert Redfield, a déclaré vendredi à CNN qu’il pense que le coronavirus s’est « échappé » de l’Institut de virologie de Wuhan et qu’il s’est propagé dès septembre ou octobre 2019 – tout en soulignant qu’il s’agissait de son « opinion ».

AUTEUR

ZACHARY BASU

CATEGORIES

POSTÉ LE

26 mars 2021

SOURCE

Axios

Pourquoi c’est important : C’est une affirmation étonnante, offerte avec peu de preuves, par l’homme qui a dirigé l’agence de santé publique du gouvernement américain depuis la première détection du virus à Wuhan jusqu’à l’intégralité de la réponse de l’administration Trump.

La vue d’ensemble : Le débat sur les origines du coronavirus se poursuit depuis le début de la pandémie, provoquant des tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine – en particulier pendant la présidence de Donald Trump, qui a fréquemment accusé le gouvernement chinois de « lâcher » un  » fléau  » sur le monde.

  • L’Institut de virologie de Wuhan est le seul établissement en Chine autorisé à manipuler les agents pathogènes connus les plus dangereux, et il est situé à un peu moins de 10 km du marché humide d’où certains scientifiques pensent que l’épidémie pourrait provenir.
  • Une équipe de l’Organisation mondiale de la santé qui s’est rendue à Wuhan pour enquêter sur les origines du COVID-19 a déclaré qu’il était « extrêmement improbable » que le virus provienne d’un accident de laboratoire et qu’il était très probablement passé à l’homme par une espèce intermédiaire.
  • Cependant, la Chine a refusé de fournir à l’équipe de l’OMS des données brutes sur les premiers cas détectés à Wuhan, ce qui a conduit l’administration Biden à publier une déclaration exprimant ses « profondes préoccupations » au sujet de l’enquête et exigeant la transparence de Pékin.

Ce qu’ils disent : « Je suis d’avis que la cause la plus probable de cette pathologie à Wuhan provient d’un laboratoire. Échappé. D’autres personnes ne le croient pas. Ce n’est pas grave. La science finira par le découvrir », a déclaré M. Redfield à Sanjay Gupta de CNN.

  • « Il n’est pas inhabituel que les agents pathogènes respiratoires sur lesquels on travaille dans un laboratoire infectent le laborantin. (…) Cela n’implique aucune intentionnalité. C’est mon opinion, non ? Mais je suis virologue. J’ai passé ma vie dans la virologie », a-t-il poursuivi.
  • « Je ne crois pas que ce virus soit passé d’une chauve-souris à un humain et qu’à ce moment-là, il soit devenu l’un des virus les plus infectieux que nous connaissions dans l’humanité pour la transmission interhumaine. »

Entre les lignes : Les accidents de laboratoire aux États-Unis ne sont pas particulièrement rares, comme l’a noté Alison Young de USA Today dans un récent article d’opinion expliquant pourquoi la théorie du laboratoire de Wuhan ne peut être écartée. Le CDC lui-même a connu une possible contamination dans un laboratoire où il fabriquait des kits de test COVID-19 au début de la pandémie.

Ce qu’il faut surveiller : L’équipe de l’OMS devrait bientôt publier un rapport final de 300 pages sur son enquête, après avoir abandonné le projet d’un rapport intermédiaire en raison des tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine.