Il y a seulement une semaine et demie, le président Joe Biden convenait dans une interview sur ABC que Vladimir Poutine est un « tueur » et que le dirigeant russe « n’a pas d’âme ».

AUTEUR

TYLER DURDEN

CATEGORIES

POSTÉ LE

28 mars 2021

SOURCE

ZeroHedge

Peut-être Biden a-t-il oublié sa propre évaluation ?… Peut-être un autre « moment de sénilité » ? Après tout, quelle personne saine d’esprit inviterait une personne qu’elle croit être un tueur ou un assassin à un sommet de coopération où il y aura beaucoup de contacts et une coordination étroite espérée ?

Alors voilà, le « tueur » Poutine est bel et bien confirmé comme invité, selon un communiqué de la Maison Blanche.

« Le président Joe Biden a déclaré vendredi que le Russe Vladimir Poutine et le Chinois Xi Jinping étaient invités au sommet mondial sur le climat que l’administration organisera en avril », rapporte CNBC.

La grande réunion sur le climat est prévue du 22 au 23 avril et se tiendra à distance. Ainsi, Joe Biden n’aura peut-être pas à se trouver dans la même pièce physique que le « tueur » Poutine.

Mais Biden a ensuite tenté de prendre un peu de distance par rapport à l’invitation personnelle adressée à l’homme qu’il considère comme un « tueur » :

Le président a déclaré aux journalistes qu’il n’avait pas invité directement Poutine ou Xi, mais que les dirigeants « savent qu’ils sont invités » au sommet, un événement organisé par les États-Unis pour faire progresser les efforts mondiaux visant à réduire les émissions de combustibles fossiles qui affectent le climat.

La Maison-Blanche a ensuite publié une liste de 40 dirigeants mondiaux invités au sommet, dont Xi et Poutine.

La Maison-Blanche a déclaré qu’il s’agissait de prendre des mesures au niveau mondial pour réduire les émissions de carbone, d’où la nécessité d’inviter certains des « principaux acteurs du changement climatique, des bienfaiteurs et des récalcitrants« , comme l’a si bien dit l’Associated Press.

On ne sait pas encore si la Russie ou la Chine accepteront l’invitation.

La présence du président Xi pourrait également être gênante, étant donné que lors de la toute première conférence de presse présidentielle de Biden, il y a quelques jours, il a fait remarquer que le dirigeant chinois « n’a pas un os démocratique dans son corps » après l’avoir qualifié d' »autocrate ».

J’attends toujours ce débat…

Ces dernières années, les parties rivales que sont les États-Unis et la Chine se sont accusées mutuellement d’être le « pire pollueur » de la planète.

Et à en juger par la façon dont s’est déroulé le tumultueux sommet de l’Alaska, la prochaine conférence sur le climat pourrait être un nouveau lieu et une nouvelle occasion pour Pékin et Washington de se montrer du doigt et de s’insulter.