ROME – Le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux a déclaré vendredi que le Vatican allait poursuivre ses relations diplomatiques avec la Chine après le renouvellement d’un accord sino-vatican de 2018 sur la nomination des évêques en Chine.

NDLR : Le Vatican fait copain-copain avec les communistes…. comme quand ils ont accueilli les nazis

AUTEUR

THOMAS D. WILLIAMS

CATEGORIES

POSTÉ LE

28 mars 2021

SOURCE

Breitbart

« Ce que nous espérons, c’est que cette ouverture continue, que ce long processus continue, parce que dans un monde globalisé, il n’y a pas de différences, il n’y a pas de frontières », a déclaré le cardinal Miguel Angel Ayuso Guixot. Ce que le Vatican espère, c’est « une ouverture qui nous permette de faire un pas en avant ».

Lors d’une table ronde avec des journalistes vendredi, le cardinal espagnol a déclaré que le dialogue interreligieux, y compris avec les non-croyants, est plus que jamais nécessaire « car il favorise les processus de paix » et facilite les solutions communes à des problèmes tels que la pauvreté, la guerre, le changement climatique, les migrations et la traite des êtres humains.

Ce dialogue n’est pas simpliste ou superficiel, et il doit se faire dans le respect mutuel, l’ouverture et sans peur, a-t-il dit, le qualifiant de chemin « de conscience, de partage et de collaboration » qui implique « de faire des pas concrets ensemble avec les membres d’autres religions et avec d’autres personnes », a rapporté Crux dans sa couverture de l’événement.

« Tout le monde est appelé, en ces temps difficiles, à être des messagers de paix, des artisans de communion », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que le moment présent doit être « un temps de fraternité ».

Le 4 février, le pape François a célébré la première Journée internationale de la fraternité humaine de l’ONU avec le prince héritier d’Abu Dhabi, le cheikh Mohammed Bin Zayed.

« Cette célébration répond à un appel clair que le pape François a lancé à toute l’humanité pour construire un présent de paix dans la rencontre avec l’autre », avait alors déclaré le cardinal Ayuso.

Dans une interview accordée aux médias du Vatican en août 2019, Ayuso a déclaré que « le dialogue interreligieux est le seul antidote efficace au mal du fondamentalisme. »

Les dirigeants religieux sont appelés à « construire des ponts, renforcer le dialogue et surmonter la tentation de se fermer et d’alimenter le ‘choc des civilisations' », a-t-il déclaré.