Goldman Sachs et Morgan Stanley auraient vendu pour 19 milliards de dollars d’actions de sociétés technologiques chinoises et de médias américains. Les opérateurs se demandent maintenant ce qui a provoqué ce mouvement inhabituellement massif et s’il se poursuivra la semaine prochaine.

AUTEUR

RT

CATEGORIES

POSTÉ LE

28 mars 2021

SOURCE

RT

Vendredi, Goldman Sachs a liquidé à elle seule des actions pour une valeur de 10,5 milliards de dollars dans le cadre de transactions en bloc, a rapporté Bloomberg en citant un courriel de la banque d’investissement à ses clients. Le premier lot, qui comprenait 6,6 milliards de dollars d’actions de Baidu, Tencent Music Entertainment Group et Vipshop Holdings, a été vendu avant l’ouverture du marché vendredi. Plus tard dans la journée, la banque aurait géré la vente de 3,9 milliards de dollars d’actions des conglomérats médiatiques américains ViacomCBS et Discovery, ainsi que d’autres sociétés, telles que Farfetch, iQiyi et GSX Techedu.

Morgan Stanley est une autre banque d’investissement américaine impliquée dans les transactions de blocs, qui auraient réduit de 35 milliards de dollars la valeur des entreprises concernées en une seule journée. La banque d’investissement a offert deux lots d’actions d’une valeur de 4 milliards de dollars chacun vendredi, selon le Financial Times.

Si les opérations de blocs, qui consistent pour les vendeurs à rechercher des acheteurs pour de gros volumes de titres à un prix parfois négocié en privé entre les deux parties, sont monnaie courante, l’ampleur des opérations de vendredi a fait sourciller.

« Je n’ai jamais vu quelque chose de cette ampleur en 25 ans de carrière », a déclaré à Bloomberg Michel Keusch, gestionnaire de portefeuille chez Bellevue Asset Management AG, basé en Suisse.

Oliver Pursche, premier vice-président de Wealthspire Advisors, a qualifié l’opération de « très inhabituelle », ajoutant que les acteurs du marché se demandent maintenant si une autre vague de transactions de blocs ne risque pas de frapper le marché lundi et mardi, entraînant de fortes variations des cours des actions concernées.

La nature peu claire de ces transactions constitue un autre problème. Goldman Sachs a expliqué les ventes par un « désendettement forcé », écrit le Financial Times en citant des personnes ayant connaissance du dossier. Le journal a également déclaré que cette opération pourrait indiquer qu’un grand fonds spéculatif ou un family office était confronté à de graves problèmes.

Pendant ce temps, CNBC a rapporté que la pression de vente de certains médias américains et des actions chinoises était liée à la liquidation forcée des positions détenues par le bureau d’investissement familial Archegos Capital Management. Le manque de détails sur ce mouvement rend la situation inquiétante, a déclaré M. Pursche, car les investisseurs ne savent pas « s’il s’agissait de la liquidation d’un seul fonds ou de plus d’un fonds, ou s’il s’agissait de la liquidation d’un fonds au départ et la raison derrière cela. »