Cette semaine, de nouveaux chefs d’accusation ont été retenus contre Ghislaine Maxwell à la suite des allégations d’une femme qui affirme avoir été abusée à l’époque où le prince Andrew était en contact avec le milliardaire pédophile Jeffrey Epstein.

AUTEUR

RUSSELL MYERS

CATEGORIES

POSTÉ LE

2 avril 2021

SOURCE

Daily Mirror

Le Prince Andrew subit une pression accrue pour parler aux enquêteurs américains après que son amie Ghislaine Maxwell ait fait face à de nouvelles accusations coïncidant avec son amitié avec Jeffrey Epstein.

La mondaine britannique Maxwell se trouve dans une prison de New York en attendant son procès pour avoir prétendument préparé des jeunes filles mineures pour Epstein de 1994 à 1997.

Elle est également accusée d’avoir abusé d’elles avec lui.

Tout cela s’est passé avant que le duc d’York ne connaisse le financier milliardaire décédé.

Mais cette semaine, de nouvelles charges ont été retenues contre Maxwell, 59 ans, suite aux allégations d’une femme qui dit avoir été abusée entre 2001 et 2004, alors qu’Andrew était en contact avec Epstein.

Les avocats de Maxwell cherchent également à mettre la main sur la photo originale d’Andrew avec son bras autour de Virginia Giuffre, qui affirme avoir été l’esclave sexuelle d’Epstein à l’adolescence.

Mme Giuffre, aujourd’hui âgée de 37 ans, prétend qu’Andrew, 61 ans, a eu des relations sexuelles avec elle à trois reprises en 2001.

Le prince le nie avec véhémence.

Les documents judiciaires révèlent que l’équipe de Maxwell cherche les copies originales des photos, y compris la photo d’Andrew de 2001.

Andrew a laissé entendre que la photo était fausse.

Des sources affirment que la pression monte sur lui pour qu’il parle au FBI de son amitié avec Epstein, ce qu’il a promis dans son interview sur BBC Newsnight en 2019.

Mme Giuffre a déclaré que la photo est « authentique » et qu’elle a donné l’original au FBI.

Maxwell fait face à huit chefs d’accusation après que la quatrième victime présumée ait été ajoutée.

Un porte-parole du duc a été contacté pour un commentaire.