L’organisme de réglementation britannique a maintenu qu’il n’y avait aucune preuve d’un lien de causalité entre les caillots sanguins et le vaccin Oxford jab.

AUTEUR

SKY NEWS

CATEGORIES

POSTÉ LE

6 avril 2021

SOURCE

Sky News

Le responsable de la stratégie en matière de vaccins de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré qu’il était « de plus en plus difficile » d’affirmer qu’il n’y avait « aucune relation de cause à effet » entre le vaccin d’Oxford-AstraZeneca et « de rares cas de caillots sanguins inhabituels ».

Marco Cavaleri a toutefois déclaré à un journal italien que le travail d’évaluation complet était encore « loin d’être achevé » et que le rapport risque-bénéfice était toujours en faveur du vaccin.

Il a ajouté : « Nous sommes une agence de réglementation et nous devons disposer de données très précises sur le rapport risques-avantages.

« Nous essayons d’obtenir l’image précise de ce qui se passe, de définir en détail ce syndrome dû au vaccin ».

Sur les 18,1 millions de personnes qui ont reçu le vaccin Oxford au Royaume-Uni, 30 personnes ont développé des caillots sanguins.

L’agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) a confirmé que sur ces 30 personnes, sept étaient décédées au 24 mars.

L’organisme de réglementation britannique a maintenu qu’il n’existe aucune preuve suggérant un lien de causalité entre les caillots sanguins et le vaccin d’Oxford, et que les avantages continuent de l’emporter sur les risques.

« Ce qui provoque cette réaction, cependant, nous ne le savons toujours pas ».

« En résumé : dans les prochaines heures, nous dirons que le lien existe, mais nous devons encore comprendre comment cela se produit ».

M. Cavaleri a confirmé que les avantages de la vaccination l’emportaient toujours sur les risques et a ajouté : « Nous allons examiner plus en détail les différents groupes d’âge. Les jeunes femmes, souvent protagonistes des cas de thrombose, souffrent moins de l’effet du COVID.

« Nous devrons donc évaluer le rapport risque-bénéfice pour eux. Sans oublier que même les jeunes femmes se retrouvent en soins intensifs pour le COVID.

« Il faudra donc un travail très méticuleux pour comprendre si le rapport risque-bénéfice est en faveur du vaccin pour tous les âges ».

Un porte-parole de l’EMA a déclaré à Sky News que le PRAC, notre comité de sécurité, se réunissait cette semaine et discutait de la question.

« Il n’est pas encore parvenu à une conclusion et l’examen est actuellement en cours. Nous communiquerons et tiendrons un point de presse dès que l’examen sera finalisé. »

Celui-ci devrait avoir lieu mercredi ou jeudi.