Ceux qui ont proposé et soutenu le projet de loi affirment que les travailleurs sans papiers ont eu la vie dure pendant la pandémie et n’étaient pas éligibles pour les paiements dérisoires accordés par le gouvernement fédéral.

NDLR : Regardez Cuomo gesticuler pour distraire les moutons. On a eu la legalisation du canabis a New York, et maintenant ca…

AUTEUR

LIBBY EMMONS

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 avril 2021

SOURCE

The Post Millennial

Les législateurs de l’État de New York ont autorisé des paiements uniques allant jusqu’à 15 600 dollars pour les travailleurs sans papiers qui n’ont pas reçu d’argent du gouvernement en cas de pandémie. Les citoyens ont reçu bien moins que cela, beaucoup n’ayant même pas reçu les paiements de 600 $, puis de 1 400 $, promis par le gouvernement fédéral.

Selon le New York Times, ce programme coûtera 2,1 milliards de dollars à l’État. Il s’agit de la plus grosse somme versée aux travailleurs sans papiers du pays.

Ceux qui ont proposé et soutenu le projet de loi affirment que les travailleurs sans papiers ont connu des moments difficiles pendant la pandémie parce que beaucoup d’entre eux ont perdu leur travail et n’étaient pas éligibles pour les paiements dérisoires accordés par le gouvernement fédéral.

Ce programme fait partie du budget de 212 milliards de dollars qui a été négocié mardi. Alors que les démocrates ont fait l’éloge de ce projet de loi, les républicains ont déclaré qu’il était malavisé et que de nombreux New-Yorkais sont en difficulté et n’ont pas été en mesure de rattraper les difficultés qu’ils ont rencontrées à cause de la pandémie.

La Californie, un autre État bleu géant ayant un penchant pour les dépenses excessives, n’a autorisé que 75 millions de dollars, et des versements de 500 dollars aux travailleurs sans papiers. Bien que le nombre total de sans-papiers à New York ne soit pas connu, étant donné qu’ils sont sans papiers, le Fiscal Policy Institute a estimé le décompte à environ 290 000.

Les 15 600 dollars sont en quelque sorte un paiement rétroactif, qui correspond à 300 dollars par semaine pour l’année dernière. Les personnes qui souhaitent bénéficier de ces fonds devront prouver qu’elles vivaient à New York, qu’elles ne pouvaient pas bénéficier de l’aide fédérale et qu’elles ont « perdu des revenus en raison de la pandémie ».

Si les personnes sans papiers peuvent établir leur résidence et une certaine perte de revenus, elles pourront tout de même recevoir 3 200 dollars. Les manifestants ont été enthousiasmés par le projet de loi, tapant sur des casseroles et des poêles devant le Capitole d’Albany, et portant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « le travail extérieur a sauvé des vies ».

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a annoncé son intention d’augmenter les impôts des New-Yorkais. Le New York Times rapporte que « s’il est adopté, l’accord augmenterait l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés pour générer 4,3 milliards de dollars supplémentaires par an et légaliserait potentiellement les paris sportifs mobiles pour générer 500 millions de dollars de nouvelles recettes fiscales.

« Selon le nouveau taux d’imposition proposé, les personnes gagnant le plus d’argent dans la ville pourraient payer entre 13,5 % et 14,8 % d’impôts d’État et de ville, en plus du taux d’imposition sur le revenu le plus élevé de la ville de New York (3,88 %), soit plus que le taux marginal d’imposition sur le revenu le plus élevé en Californie (13,3 %), actuellement le plus élevé du pays. »

Facebook a publié un « Global State of Small Business Report », qui révèle que les fermetures de petites entreprises à New York sont en tête du pays, avec 31 %, ainsi qu’en Pennsylvanie. Cette étude a été réalisée auprès de 35 000 petites entreprises.