Un porte-parole de Facebook a déclaré mercredi que l’entreprise technologique n’a pas informé les plus de 530 millions d’utilisateurs dont les données personnelles ont été obtenues par des moyens inappropriés, et a ajouté qu’elle n’avait pas non plus l’intention de le faire.

AUTEUR

SAMUEL ALLEGRI

CATEGORIES

POSTÉ LE

9 avril 2021

SOURCE

The Epoch Times

Business Insider a été le premier à signaler la fuite de données, qui comprenait des informations sur les numéros de téléphone, les identifiants et les noms Facebook, les lieux, les adresses électroniques et les anniversaires des utilisateurs.

NDLR : nous avons traduit un article a ce sujet ici : 533 millions de numéros de téléphone d’utilisateurs de Facebook divulgués sur un forum de pirates informatiques

Un porte-parole de Facebook a déclaré à Reuters que l’entreprise avait également tenu compte du fait que les utilisateurs ne pouvaient pas résoudre le problème et que les données étaient accessibles au public pour décider de ne pas avertir les utilisateurs.

Facebook a déclaré à l’agence que la fuite d’informations ne concernait pas les données financières, les données de santé ou les mots de passe.

Les informations collectées pourraient toutefois être à l’origine de piratages de données importants ou d’autres mauvais traitements.

Bien que l’information semble dater de plusieurs années, c’est un autre exemple de la grande quantité d’informations collectées par Facebook et d’autres sites de médias sociaux, et des limites de la sécurité de ces informations.

Facebook est aux prises avec des problèmes de sécurité des données depuis des années. En 2018, le géant des médias sociaux a désactivé une fonctionnalité qui permettait aux utilisateurs de se rechercher par numéro de téléphone à la suite des révélations selon lesquelles le cabinet politique Cambridge Analytica avait accédé aux informations de jusqu’à 87 millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu ou sans leur consentement.

En décembre 2019, un chercheur en sécurité ukrainien a déclaré avoir trouvé sur l’internet ouvert une base de données contenant les noms, les numéros de téléphone et les identifiants uniques de plus de 267 millions d’utilisateurs de Facebook – presque tous basés aux États-Unis. Il n’est pas clair si le déversement actuel de données est lié à cette base de données.

« Il s’agit d’anciennes données qui ont déjà été signalées en 2019 », a déclaré l’entreprise de Menlo Park, en Californie, dans un communiqué. « Nous avons trouvé et corrigé ce problème en août 2019 ».

Un juge fédéral a approuvé un règlement de 650 millions de dollars d’une action en justice relative à la protection de la vie privée contre Facebook en février pour avoir prétendument utilisé des photos de marquage du visage et d’autres données biométriques sans l’autorisation de ses utilisateurs.

Le juge de district américain James Donato a approuvé l’accord dans le cadre d’un procès en recours collectif qui a été déposé en 2015 dans l’Illinois. Près de 1,6 million d’utilisateurs de Facebook en Illinois qui ont soumis des réclamations seront affectés.

Donato a qualifié cet accord de l’un des plus importants jamais conclus pour une violation de la vie privée.

« Il mettra au moins 345 dollars dans les mains de chaque membre du groupe intéressé à être indemnisé », a-t-il écrit, le qualifiant de « victoire majeure pour les consommateurs dans le domaine très contesté de la vie privée numérique. »

Facebook fait également l’objet d’une action en justice en Australie pour des allégations de collecte secrète de données.