La plupart des données suggérant une augmentation des admissions à l’hôpital et des décès cet été sont inutilement négatives et souvent obsolètes.

AUTEUR

SARAH KNAPTON

CATEGORIES

POSTÉ LE

9 avril 2021

SOURCE

The Telegraph

Les espoirs d’un retour prochain à la normale ont été anéantis par Boris Johnson cette semaine lorsqu’il a indiqué que les restrictions resteraient en place pour prévenir une troisième vague mortelle de coronavirus.

Comme on pouvait s’y attendre, l’annonce s’est appuyée sur une modélisation excessivement pessimiste, selon laquelle une levée totale des restrictions en juin pourrait déclencher une nouvelle vague d’admissions à l’hôpital tout aussi grave que le pic de janvier et entraîner jusqu’à 59 900 décès.

Il semble absurde que la Grande-Bretagne se retrouve confrontée à une situation similaire à celle de la deuxième vague après un programme de vaccination extrêmement réussi.

Si l’on examine de plus près les modélisations de l’Imperial College, de l’université de Warwick et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM), on comprend vite comment des prévisions aussi catastrophiques ont pu être établies. Une grande partie des données sont inutilement négatives et souvent dépassées – mais voici les raisons pour lesquelles les choses ne sont pas si sombres.

Immunité

Un problème frappant du modèle impérial est qu’il a sous-estimé le nombre de personnes protégées du coronavirus.

Le document, daté du 30 mars, indique : « En supposant une efficacité vaccinale optimiste, même si 2,7 millions de doses de vaccin par semaine sont administrées jusqu’au 1er août (2,0 millions par la suite), seulement 44,6 % de la population sera protégée contre une maladie grave (grâce à la vaccination ou à la guérison de l’infection) d’ici le 21 juin 2021, date à laquelle les INP (interventions non pharmaceutiques) doivent être levées ».

On ne sait pas exactement d’où provient ce chiffre, mais les données publiées par l’Office des statistiques nationales (ONS) le 30 mars ont montré que 54,7 % des personnes en Angleterre avaient des anticorps contre Covid au 14 mars. Le Pays de Galles et l’Irlande du Nord se situent également autour de 50 pour cent, et l’Écosse 42 pour cent.

Comment les données de la troisième vague étaient-elles faussées ?

Le déploiement de la vaccination se poursuivant, une proportion importante de la population sera protégée d’ici la fin du mois de juin.

Les modélisateurs affirment qu’ils n’ont pas tenu compte de l’affaiblissement de l’immunité, de sorte que leur faible chiffre ne peut être expliqué en imaginant que certaines personnes perdront leur protection dans les mois à venir.

Il est également de plus en plus évident que d’autres réponses immunitaires tiennent le Covid à distance, et que même sans anticorps, il peut encore y avoir une certaine protection contre le virus.

Les modèles de propagation du virus jusqu’en juin se fondent également sur des niveaux d’immunité de 34 % – là encore, bien inférieurs à ceux que nous connaissons actuellement. Nous savons que même à la mi-mars, le taux était bien plus élevé.

Le risque chez les vaccinés

Un paragraphe extraordinaire, enfoui dans le résumé de la modélisation soumis à Sage par le Groupe scientifique sur la modélisation de la grippe pandémique (SPI-M), traite des personnes qui mourront lors d’une troisième vague.

On peut y lire :  » La recrudescence des hospitalisations et des décès est dominée par les personnes qui ont reçu deux doses de vaccin, soit environ 60 % et 70 % de la vague respectivement. Cela peut être attribué aux niveaux élevés de prise en charge dans les groupes d’âge les plus à risque. »

Combien de personnes ont été vaccinées au Royaume-Uni ?

% de la population vaccinée avec les vaccins Oxford/AstraZeneca et Pfizer/BioNTech.

En rouge : premiere dose

En bleu : seconde dose

Oui, vous avez bien lu. La troisième vague de décès sera principalement le fait de personnes ayant été vaccinées.

Le raisonnement est qu’environ 10 % des personnes de plus de 50 ans vaccinées ne seront pas protégées par le vaccin, sur la base d’une efficacité d’environ 90 % – ce qui équivaut à environ 2,9 millions de personnes.

L’Imperial a prédit que la mise en circulation complète du vaccin pourrait entraîner jusqu’à 40 000 décès, tandis que Warwick suggère 59 900. Pourtant, ces chiffres semblent extraordinairement élevés compte tenu de ce que nous savons du virus.

Lors des première et deuxième vagues, environ 147 000 personnes âgées de plus de 50 ans et vulnérables sont mortes du Covid, soit environ une personne sur 200. Mais selon le nouveau scénario, ce taux passerait à environ un sur 70.

Il est clair que le taux de mortalité des première et deuxième vagues a été maintenu à un bas niveau grâce à des restrictions, mais devons-nous vraiment croire qu’un programme de vaccination de masse fera plus que doubler le risque de décès des personnes de plus de 50 ans non protégées ?

Occupation totale des hôpitaux pour le Covid-19

L’Impériale a également ignoré le fait que les vaccins réduisent considérablement la transmission, AstraZeneca de 67 % et Pfizer de 75 %. Et il faut garder à l’esprit qu’une proportion substantielle de ces personnes non vaccinées seront déjà immunisées par une infection antérieure, ou du moins par une immunité naturelle contre d’autres coronavirus.

De même, les essais d’AstraZeneca montrent que le vaccin peut offrir une protection de 100 % contre l’hospitalisation et le décès, de sorte qu’il est beaucoup trop élevé de suggérer que 10 % des personnes seront encore à risque.

L’efficacité

Les modélisateurs ont mis à jour certaines de leurs données d’efficacité, car ils ont été fortement critiqués pour avoir été trop pessimistes dans leur évaluation, dans les modèles utilisés pour établir la feuille de route, de l’efficacité du vaccin dans la vie réelle.

Pourtant, bon nombre des hypothèses sont encore loin de la réalité lorsqu’on les compare aux données du monde réel.

Le LSHTM est le plus pessimiste quant à l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca, estimant qu’il réduira les infections de 31 % seulement après deux doses, tandis que l’Imperial suggère 63 % et Warwick 65 %.

Pourtant, les données issues des essais et du monde réel suggèrent que le vaccin pourrait avoir une efficacité d’environ 76 % pour prévenir une infection symptomatique.

Les données fournies par Public Health Scotland en février ont montré que le vaccin d’AstraZeneca réduit le risque d’hospitalisation lié au Covid de 94 % après la première dose, mais l’Imperial a estimé ce taux à 70 %, le LSHTM à 72,5 % et Warwick à 80 %.

Les modèles sous-estiment également l’efficacité dans le monde réel du vaccin Pfizer, qui semble avoir une efficacité de 94 à 97 % contre la maladie symptomatique. Le LSHTM et l’Imperial ont estimé cette efficacité à 85 % seulement après deux doses.

Les dates clés de la feuille de route du confinement

Saisonnalité

L’une des grandes omissions des modélisations du LSHTM et de l’Imperial est l’effet d’un temps plus clément au printemps et en été.

Les virus respiratoires n’ont pas tendance à se multiplier pendant les mois d’été, et les modèles de Warwick ont montré que l’inclusion des effets saisonniers dans la modélisation réduirait de 43 % le nombre total d’hospitalisations lors de la troisième vague.

Le modèle de l’Imperial a également suggéré que la saisonnalité n’affecterait pas les résultats de manière significative, tout en s’attendant à ce qu’elle « réduise et élargisse le pic des hospitalisations ».

Le taux R

En février, le LSHTM a estimé que le retour des écoles entraînerait une augmentation de la valeur du « R » entre 1,1 et 1,5.

Sa dernière modélisation reconnaît que le « R » actuel est d’environ 0,85, mais affirme qu’il augmente et estime qu’il serait de 1,8 s’il n’y avait pas d’immunité de la population.

Le modèle suggère qu’il passera à 2,2 d’ici le 17 mai, ce qui équivaut aux précédentes restrictions de niveau 2, en vertu desquelles les magasins et les pubs étaient ouverts mais les gens ne pouvaient se réunir qu’à l’intérieur de « bulles » et ne pouvaient pas se déplacer largement en dehors de leur zone locale.

Pourtant, lorsque des restrictions similaires ont été mises en place en Grande-Bretagne l’automne dernier, le chiffre « R » n’a jamais dépassé 1,6.

Les données publiées ce mardi montrent que, loin d’augmenter, les infections continuent de baisser – de 35 % en une semaine, malgré la mise en place de restrictions et de tests de masse dans les écoles. Les décès ont diminué de 45 % et les admissions à l’hôpital de 23 %.

La longue période de temps entre chaque date de publication de la feuille de route a été délibérément choisie afin que les données du monde réel puissent être utilisées pour juger du passage à l’étape suivante. Nous avançons clairement dans la bonne direction.

Continuer à fonder une politique sur des modèles qui sont déjà dépassés au moment où ils sont présentés ne peut être un moyen raisonnable de prendre des décisions concernant la liberté de la nation. Il est temps d’aller de l’avant – prudemment, mais résolument – avec la libération des restrictions basées sur des données, pas sur des dates, et certainement pas sur des modèles.