La machine Démocrate nationale est en mode panique à cause de l’audit des bulletins de vote du comté de Maricopa du Sénat de l’Arizona.

NDLR : le cirque continue !

AUTEUR

JOE HOFT

CATEGORIES

POSTÉ LE

12 avril 2021

SOURCE

The Gateway Pundit

Mardi, les démocrates ont envoyé le cabinet de l’avocat national Marc Elias, Perkins Coie, pour proférer des menaces et faire disparaître l’audit.

Les enjeux sont astronomiques pour les démocrates, après tout, le vol des élections du 3 novembre 2020 leur a permis d’obtenir la présidence et le contrôle du Congrès. Les États dans lesquels les élections de 2020 ont été volées sont essentiels pour découvrir la vérité et prouver la fraude électorale, et l’Arizona est l’un de ces États.

Steve Bannon de l’emission WarRoom Pandemic, Peter Navarro, qui a écrit une incroyable analyse en trois parties expliquant le vol des élections de 2020, The Navarro Report, et Mike Lindell, qui a coproduit et animé deux documentaires sur le vol des élections de 2020, ont tous déclaré à plusieurs reprises « que si un seul de ces États décisifs tombe, ils tomberont tous comme un château de cartes« .

Ainsi, pour éviter que « ce château de cartes ne s’écroule » et que toute falsification ou fraude électorale ne soit révélée, l’équipe d’intervention Démocrate a fait irruption en Arizona, une association à but non lucratif dirigée par des Démocrates, avec trois cabinets d’avocats à ses trousses, pour mettre fin à cette affaire en Arizona.

Le marteau préféré de Mark Elias est une association à but non lucratif. Et voilà que nous trouvons déployé dans la menace, via une lettre électronique aux quatre cabinets d’audit choisis par le Sénat de l’AZ, le « Protect Democracy Project », une organisation caritative 501(c)(3), qui est tenue par la loi, plus que d’autres types d’organisations à but non lucratif, de rester strictement non partisane. (Cette action n’a pas l’air non partisane).

Perkins Coie et Marc Elias, le consigliere d’Hillary Clinton, étaient, responsables du dossier Steele fabriqué et discrédité qui était une tentative vicieuse et partisane des Démocrates de démettre le président républicain Donald Trump de ses fonctions.

L’organisation à but non lucratif Protect Democracy Project (PDP), qui fonctionne en réalité comme une arme, un outil politique des démocrates, a envoyé non pas un, ni deux, mais trois cabinets d’avocats aux équipes d’audit du Sénat de l’Arizona : Perkins Coie et deux cabinets d’Arizona, Coppersmith Brockelman, et Barton Mendez Soto. Avec un revenu de 12,4 millions de dollars en 2019 et 72 employés, dont beaucoup sont des avocats, le PDP est un organisme à but non lucratif riche et puissant qui peut se permettre d’engager la force juridique nécessaire pour faire respecter la volonté du milliardaire Démocrate.

L’opération Four Pillars (NDLR : les Quatres Piliers) d’Elias est chargée de jouer, de manipuler et de contrôler la perception du public, les lois et les politiques publiques à travers les États-Unis en 2020, afin de mettre en place le vote par correspondance et le vote à distance à temps pour l’élection du 3 novembre.

Sur un site Web appelé Democracy Docket, dirigé par nul autre que le fondateur Marc Elias, nous découvrons quels sont les Quatre Piliers du vote par correspondance :

« Dites à votre État d’adopter les Quatre Piliers

1. L’affranchissement doit être gratuit ou prépayé par le gouvernement.
2. Les bulletins de vote oblitérés le jour du scrutin ou avant doivent compter.
3. Les lois sur la correspondance des signatures doivent être réformées pour protéger les électeurs.
4. Les organisations communautaires devraient être autorisées à aider à collecter et à livrer les bulletins votés et scellés ».

En particulier, la campagne de Four Pillars comprenait, en grande partie, les six États clés qui, de manière choquante, ont tous voté pour Biden ensemble, tard dans la nuit du 3 au 4 novembre 2020, après que Donald Trump ait remporté une nette victoire dans chacun de ces États. Dans tous ces États, selon les déclarations sous serment de témoins, des bulletins de vote par correspondance frauduleux ont été utilisés, dans certains cas par milliers.

Vous pouvez effectuer une recherche parmi les affaires juridiques en cours dans lesquelles les Quatre Piliers de Democracy Docket sont toujours impliqués, mais malheureusement, leur site web a supprimé toutes leurs affaires précédentes. Elles sont archivées ici, à partir du 6 mai 2020.

Il est impossible de déterminer qui finance les Four Pillars d’Elias. Son site Web Democracy Docket se présente comme une LLC (NDLR : SARL) et possède un suffixe .com, ce qui indique qu’il ne s’agit probablement pas d’une entreprise à but non lucratif. Le site Web ne révèle pas grand-chose. Qui sait combien de millions ces entités ont encaissé afin de cimenter la victoire électorale des démocrates en 2020.

Toutefois, l’une des pages du Democracy Docket, intitulée TAKE ACTION ! (NDLR : AGISSEZ), indique « Avocats : Nous avons besoin de votre aide maintenant. Le droit de voter et de faire en sorte que cela compte est remis en question comme jamais auparavant ». Cette page web vous dirige vers un tout nouveau site appelé WE THE ACTION.

WE THE ACTION n’est rien d’autre qu’un site de trolling destiné à attirer les avocats démocrates-progressistes enthousiastes, qui veulent « rejoindre des milliers d’avocats qui se battent pour le progrès » et « utiliser au mieux leurs compétences » pour « protéger notre démocratie ». Le site prétend avoir une « communauté d’avocats » forte de plus de 40 000 membres !

40 000 avocats signifient qu’il pourrait y avoir en moyenne 800 avocats progressistes dans chaque État, prêts à répondre à l’appel à l’action de Marc Elias en faveur de la « justice électorale » et prêts à défendre les stratagèmes et les escroqueries des démocrates en matière de vote par correspondance, ainsi que toutes les activités nocturnes choquantes des 3 et 4 novembre 2020 dans ces États clés !

Certaines des organisations à but non lucratif avec lesquelles nous nous associons sont les organisations à but non lucratif les plus dures, d’extrême-gauche, socialistes et, dans certains cas, à la limite de l’anarchie, des États-Unis : The Leadership Conference on Civil and Human Rights (LCCHR), le Center for American Progress de John Podesta, Fair Elections Center, Register 2 Vote, Let America Vote, Voter Protection Corps, Rock the Vote, Swing Left, NARAL, Lawyers Committee for Civil Rights, Indivisible et le Southern Poverty Law Center.

L’opération de Marc Elias est gigantesque ! MASSIVE, NATIONALE, BIEN FINANCEE, PLANIFIEE PAR DES EXPERTS & AFFILIEE A DES PROFESSIONNELS, elle est constituée d’une véritable ARMEE d’activistes démocrates indignés, en quête de justice et secrètement sous sa coupe !

Avec un alliancee d’avocats sérieux et « progressistes » et d’organisations à but non lucratif bien financées qui forment des guerriers de la justice sociale et des « Rent-a-Mobs » (NDLR : Louez une mafia) dans chaque comté des États-Unis, il n’est pas étonnant qu’il y ait eu non seulement suffisamment de troupes à but non lucratif sur le terrain pour aider le jour de l’élection (et tard dans la nuit) à gérer les bulletins de vote par correspondance, les manigances des machines et les activités illicites dans chaque swing state, mais qu’il y avait aussi suffisamment d’avocats, avant et après l’élection, pour défendre les activités illicites et apparemment illégales des démocrates en matière d’élections et de votes par correspondance partout où cela était nécessaire ?

Cette armée pouvait et a réussi à stopper toute tentative de prouver la fraude et le vol et de garantir une élection juste et honnête, et elle recommence dans le comté de Maricopa, en Arizona !