Joe Biden a tenu une réunion mardi à la Maison-Blanche avec des membres du Congressional Black Caucus (NDLR : Groupe Parlementaire Noir) pour discuter de diverses questions, notamment de la manière dont il allouera des fonds aux communautés noires.

AUTEUR

MARTIN WALSH

CATEGORIES

POSTÉ LE

14 avril 2021

SOURCE

The Conservative Brief

Après avoir lutté pour lire sur sa carte de notes et avoir marmonné pendant plusieurs minutes, Biden en a eu assez et a dit aux journalistes présents dans la pièce qu’il était temps de partir.

Un journaliste a demandé à Biden :  » Changer la façon dont les Afro-Américains interagissent avec la police dans ce pays pendant l’ère Biden, que pouvez-vous faire, monsieur ?  »

Biden a répondu : « Beaucoup de choses, et je vous le dirai plus tard, allons-y ! »

Alors qu’il s’adressait aux journalistes lundi après-midi à la Maison Blanche, Biden s’est livré à une véritable salade de mots en présentant ses plans d’infrastructure de près de 2 300 milliards de dollars.

« Prendre soin des parents âgés et des enfants handicapés pour que les gens puissent aller travailler, c’est investir dans les infrastructures », a déclaré Biden.

Il a ajouté : « Des puces comme celle que j’ai ici, ces puces, ces plaquettes, sont des batteries, du haut débit – tout cela, c’est de l’infrastructure. »

Il n’est pas clair de quoi il parle réellement.

Biden a déclaré qu’il voulait être un rassembleur, mais avant de tenter d’unir les républicains et les démocrates, il devrait s’efforcer d’unir son propre parti.

Biden veut faire passer un plan d’infrastructure de 2 000 milliards de dollars, mais ses détracteurs affirment que tout ce qu’il contient n’a pas trait à l’infrastructure traditionnelle et beaucoup pensent que l’augmentation du taux d’imposition des sociétés à 28 % est vouée à l’échec. Parmi eux, le sénateur démocrate de Virginie occidentale Joe Manchin, rapporte CNN.

« Tel que le projet de loi existe aujourd’hui, il doit être modifié », a-t-il déclaré lors d’une interview à Hoppy Kercheval, animateur de West Virginia Metro News, lorsqu’il a été interrogé sur le plan d’infrastructure de Biden.

Manchin a déclaré qu’il était contre l’augmentation du taux actuel de 21% de l’impôt sur les sociétés – qui a été mis en place par la refonte fiscale de 2017 sous l’administration Trump – à 28% comme le prévoit le projet de loi et qu’il soutenait plutôt un taux intermédiaire de 25%, qu’il a qualifié de « juste ».

Le sénateur de Virginie-Occidentale a déclaré qu’il utiliserait le « levier » dont il dispose au sein d’un Sénat à 50-50 pour exiger des changements avant de voter en faveur du projet de loi, qui a été présenté mais devrait faire l’objet de semaines ou de mois de négociations avant d’être débattu en séance.

Manchin a montré ses muscles dans l’interview, en disant que s’il ne votait pas pour le projet de loi, il ne serait pas adopté.

« Si je ne vote pas pour le faire, il n’ira nulle part. Nous allons donc avoir un certain poids ici. Et il n’y a pas que moi, Hoppy. Il y a six ou sept autres démocrates qui sont très attachés à cette question. Nous devons être compétitifs et nous n’allons pas jeter la prudence au vent », a déclaré le sénateur, mais il n’a pas précisé qui sont les autres démocrates.

Le sénateur souhaite travailler avec les républicains sur le projet de loi sur l’infrastructure et faire en sorte qu’il soit bipartisan.

« Nous devons faire en sorte que nos amis républicains travaillent avec nous aussi », a-t-il dit. « Ils ne peuvent pas être contre tout en pensant qu’il s’agit d’une posture politique que nous allons adopter pour les élections de 2022.

Le chef de la minorité républicaine à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a déclaré que les républicains étaient favorables aux infrastructures, mais pas à de nouveaux impôts pour les financer.

Mais la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a fait valoir que les entreprises peuvent supporter une hausse d’impôts de 7 %.