Les autorités égyptiennes ont saisi un énorme cargo qui a bloqué le canal de Suez pendant près d’une semaine le mois dernier, dans le cadre d’un litige portant sur des dommages financiers.

AUTEUR

MOSTAFA SALEM, MAI NISHIYAMA, PAMELA BOYKOFF

CATEGORIES

POSTÉ LE

14 avril 2021

SOURCE

CNN Business

Un tribunal égyptien a ordonné à l’armateur japonais du navire, Shoei Kisen Kaisha, de verser 900 millions de dollars de dédommagement pour les pertes subies lorsque l’Ever Given, battant pavillon panaméen, a empêché le trafic maritime de transiter par cette voie navigable vitale pour le commerce mondial, a indiqué mardi le média d’État Al Ahram.

La facture salée comprend également les frais d’entretien et les coûts de l’opération de sauvetage, a indiqué Al Ahram.

Une mission internationale de sauvetage a travaillé 24 heures sur 24 pour déloger le navire des rives du canal. L’urgence et l’attention du monde entier se sont intensifiées de jour en jour, car des navires du monde entier, transportant du carburant et des marchandises vitales, ont été empêchés d’entrer dans le canal.

L’Ever Given a été remis à flot avec succès le 29 mars et déplacé vers le Grand lac amer voisin pour être inspecté afin de vérifier son état de navigabilité et permettre des réparations. Un équipage de 25 ressortissants indiens reste à bord du navire.

Shoei Kisen Kaisha a déclaré que les compagnies d’assurance et les avocats travaillaient sur la demande d’indemnisation, et a refusé de faire d’autres commentaires.

Les responsables techniques du navire, Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM), ont déclaré mercredi que le navire avait été déclaré sûr pour la poursuite de son voyage vers Port Saïd en Méditerranée, mais qu’il était retenu en raison du différend entre l’Autorité du canal de Suez (SCA) et les propriétaires du navire.

« La décision de la SCA d’arrêter le navire est extrêmement décevante », a déclaré Ian Beveridge, PDG de BSM, dans un communiqué. « Depuis le début, BSM et l’équipage à bord ont pleinement coopéré avec toutes les autorités, y compris la SCA et leurs enquêtes respectives sur l’échouement…. L’objectif principal de BSM est une résolution rapide de cette affaire qui permettra au navire et à son équipage de quitter le canal de Suez », a-t-il ajouté.

UK Club, l’un des assureurs du Ever Given, a déclaré mardi qu’il avait répondu à une demande d’indemnisation de la SCA d’un montant de 916 millions de dollars, et a mis en doute son fondement.

« Malgré l’ampleur de la demande, qui n’a pas été étayée, les propriétaires et leurs assureurs ont négocié de bonne foi avec la SCA. Le 12 avril, une offre généreuse et mûrement réfléchie a été faite à la SCA pour régler sa demande », indique la déclaration.

UK Club affirme être l’assureur de l’Ever Given pour certaines responsabilités de tiers, notamment les réclamations pour obstruction ou les problèmes d’infrastructure, mais n’est pas l’assureur du navire lui-même ou de la cargaison.

Sa déclaration explique ensuite pourquoi UK Club estime que l’ampleur de la demande n’est pas valable.

« La SCA n’a pas fourni de justification détaillée pour cette demande d’indemnisation extraordinairement importante, qui comprend une demande de 300 millions de dollars pour une ‘prime de sauvetage’ et une demande de 300 millions de dollars pour une ‘perte de réputation’. Le crash n’a entraîné aucune pollution et aucun blessé n’a été signalé. Le navire a été remis à flot après six jours et le canal de Suez a rapidement repris ses opérations commerciales. La demande d’indemnisation présentée par la SCA n’inclut pas non plus la demande d’indemnisation du sauveteur professionnel pour ses services de sauvetage, que les propriétaires et leurs assureurs de coque s’attendent à recevoir séparément », indique le communiqué du UK Club.

La cargaison du navire a été saisie jusqu’à ce que le différend soit résolu, selon l’Autorité du canal de Suez.

Plus de 400 navires ont été empêchés de passer par cette voie de navigation cruciale lorsque l’Ever Given s’est échoué le 23 mars. Les circonstances qui ont conduit à cette situation font toujours l’objet d’une enquête distincte de la part des autorités égyptiennes.