Robert Runcie a été critiqué pour ses actions avant et après la fusillade de Marjory Stoneman Douglas.

Publication originale le 21/04/2021.

AUTEUR

LUKE ROSIAK

CATEGORIES

POSTÉ LE

23 avril 2021

SOURCE

The Daily Wire

Robert Runcie, le superintendant des écoles du comté de Broward qui a fortement réduit la discipline dans les écoles avant la fusillade du lycée Marjory Stoneman Douglas à Parkland, a été arrêté mercredi pour parjure dans une procédure officielle. L’avocate du conseil scolaire, Barbara Myrick, a également été accusée d’avoir divulgué illégalement les délibérations du grand jury.

WPLG a rapporté que Runcie est accusé d’avoir menti à un grand jury qui enquêtait :

Le refus ou l’incapacité de suivre les mandats des lois sur la sécurité dans les écoles, comme la loi sur la sécurité publique de Marjory Stoneman Douglas, entraîne des risques inutiles et évitables pour les élèves de l’État ;

Les entités publiques ont-elles commis – et continuent-elles de commettre – une fraude et une tromperie en acceptant des fonds publics conditionnés à la mise en œuvre de certaines mesures de sécurité tout en omettant sciemment d’agir ;

Les responsables scolaires ont-ils commis – et continuent-ils de commettre – une fraude et une tromperie en gérant mal, en n’utilisant pas et en détournant des fonds provenant d’obligations de plusieurs millions de dollars spécifiquement sollicitées pour des initiatives de sécurité scolaire ?

Les responsables de l’école ont-ils violé – et continuent-ils de violer – la loi de l’État en sous-déclarant systématiquement les incidents d’activité criminelle au Département de l’Éducation de Floride.

Le Florida Department of Law Enforcement (FDLE – département des forces de l’ordre de Floride) a déclaré dans un communiqué :

Les agents du FDLE ont arrêté le surintendant des écoles du comté de Broward, Robert Runcie, 59 ans, pour parjure dans une procédure officielle, ce qui constitue un délit. Runcie a été arrêté ce matin par le FDLE ainsi que l’avocate générale du conseil scolaire du comté de Broward, Barbara Myrick, 72 ans. Myrick est accusée de divulgation illégale des procédures du grand jury de l’État, ce qui constitue un délit.

Les accusations portées par le 20ème Grand Jury de l’Etat contre Runcie et Myrick sont liées à leur témoignage devant le Grand Jury. Le grand jury a été constitué pour enquêter sur d’éventuels manquements aux lois sur la sécurité dans les écoles et sur la mauvaise gestion des fonds sollicités pour des initiatives de sécurité dans les écoles.

Runcie et Myrick ont été placés en détention à la prison du comté de Broward. L’Office of Statewide Prosecution du procureur général Ashley Moody poursuit l’affaire. Les informations relatives au grand jury ont été scellées par le tribunal.

Runcie était un ami d’université d’Arne Duncan, le secrétaire à l’éducation du président Barack Obama. Lorsque Duncan dirigeait les écoles publiques de Chicago, il a nommé Runcie à la tête du département informatique du district. Avec une lettre de recommandation de Duncan, Runcie est ensuite devenu superintendant de Broward, le sixième plus grand district scolaire du pays.

Duncan a également nommé le frère de Robert Runcie, James Runcie, à la tête du bureau de l’aide fédérale aux étudiants du ministère. Judicial Watch a découvert que, sous la direction de James Runcie, il y avait « une fraude et une corruption omniprésentes… y compris le contournement des règles fédérales pour embaucher des amis et des membres de la famille et l’octroi d’importantes primes en espèces au noir ». James Runcie s’est octroyé 443 000 $ de primes alors que les paiements irréguliers effectués par son bureau s’élevaient à 6 milliards de dollars.

À Broward, Robert Runcie, préoccupé par les « disparités » raciales en matière de discipline, a mis en place une « matrice de discipline » qui n’obligeait pas les écoles à prévenir les forces de l’ordre, même en cas de délit. Les infractions signalées ont chuté, mais sans pour autant rendre les écoles plus sûres. Les responsables de l’école auraient eu de nombreuses altercations sérieuses avec l’éventuel tireur, mais peu d’entre elles ont été inscrites dans son dossier.

Broward n’a pas non plus mis en place de mesures de sécurité alors qu’il avait reçu de l’argent pour le faire. Le Daily Wire a précédemment rapporté :

En tant que superintendant, Runcie a convaincu les contribuables du comté de Broward de financer une initiative obligataire de 800 millions de dollars appelée « Safety, Music, Renovation, and Technology », ou « SMART ». Selon Florida TaxWatch, au cours des quatre premières années d’existence de l’obligation SMART, le district n’a consacré que 5 % de l’argent à des projets de sécurité, ce qui est bien inférieur à ce que le district prétendait dépenser.

Après la création des obligations SMART en 2014… Les mesures accrues comprenaient un point d’accès unique dans les écoles, des systèmes d’incendie améliorés, des mises à niveau vidéo, la fibre optique, des clôtures, et plus encore. Quatre ans plus tard, au moment du massacre, aucune de ces protections n’était en place.

Après la fusillade, le département de Runcie s’est mis sur la défensive.

Lorsque la présidente du conseil scolaire Nora Rupert a critiqué les actions du système, elle a été « victime de menaces et d’intimidation de la part du district scolaire, de M. Runcie et d’autres personnes qui ont une vision politique différente de la vôtre », selon une déposition, Runcie « perpétuant un mythe selon lequel j’étais raciste, allant dans mes communautés, mes églises afro-américaines, les galvanisant, amenant des bus pour intimider. »

Andy Pollack, le père de la victime de la fusillade de Parkland, Meadow Pollack, a écrit un livre avec l’expert en éducation Max Eden qui s’est concentré sur la dissimulation intéressée de l’échec par le district scolaire.

Il s’est terminé sur une note de découragement, avec un enseignant qui a protégé des enfants à Parkland demandant : « Comment peut-on avoir un meurtre de masse d’écoliers, que le district traite les survivants comme de la merde pendant que nos dirigeants se pavanent sur CNN, que Runcie se fasse prendre deux fois en train de couvrir des faits clés et fasse volte-face sur tout. Et puis que tout le monde approuve le statu quo ? »

Après la fusillade, le Council of the Great City Schools, un groupe d’administrateurs d’écoles urbaines, a décerné à Runcie un prix « Courage Under Crisis ».

Mais avec l’accusation portée contre Runcie, le vent pourrait tourner.

Au début du mois, deux membres du conseil scolaire du Texas ont été inculpés séparément pour avoir violé la loi sur les réunions publiques en discutant d’un programme racial auquel leurs électeurs étaient largement opposés.