Le gouvernement russe a autorisé les hôpitaux à traiter les patients atteints de coronavirus avec de l’hydroxychloroquine, un médicament non testé contre le paludisme, dont les études ont révélé les effets secondaires potentiellement mortels.

Publication initiale le 17/04/2020.

NDLR : Il y a un an. Ils l’ont su, ils l’ont toujours su. Il y avait toujours un remède, les gens n’avaient pas à mourir…

AUTEUR

THE MOSCOW TIMES

CATEGORIES

POSTÉ LE

23 avril 2021

SOURCE

The Moscow Times

Le décret de jeudi donne instruction au centre national de recherche médicale en cardiologie de Russie de distribuer gratuitement 68 600 boîtes d’hydroxychloroquine données par une société pharmaceutique de Shanghai aux hôpitaux de Russie.

Plus d’une douzaine de pays étudient les effets de l’hydroxychloroquine pour prévenir et traiter le Covid-19. Des études ont montré que ce médicament peut être mortel lorsqu’il est associé à d’autres médicaments, ce qui a incité les scientifiques à demander aux pays de ne pas l’utiliser pour traiter le coronavirus tant que des essais plus importants n’auront pas démontré sa sécurité et son efficacité.

La semaine dernière, un reportage de la BBC Russie a révélé que les médecins de Moscou étaient tenus de tester l’hydroxychloroquine sur eux-mêmes, malgré les effets secondaires connus du médicament et le caractère volontaire de l’étude.

Début avril, le département de la santé de Moscou a lancé un appel d’offres pour acheter de l’hydroxychloroquine pour une valeur de 2,6 millions de roubles (33 200 dollars).

Les scientifiques russes testent des prototypes de vaccins contre le nouveau coronavirus et prévoient de commencer les essais sur l’homme de vaccins expérimentaux en juin.

Vektor, un centre de recherche russe de premier plan, a déclaré disposer de technologies de plateforme vaccinale qui ont déjà été testées chez l’homme pour d’autres infections et qui pourraient être utilisées pour le Covid-19.

La Russie a signalé un total de 32 008 cas de coronavirus, ce qui la place au 11e rang mondial, et 273 décès à la date de vendredi.