AstraZeneca a un contrat pour fournir 180 millions de doses à l’UE entre avril et juin.

AUTEUR

SKY NEWS

CATEGORIES

POSTÉ LE

23 avril 2021

SOURCE

Sky News

L‘Irlande s’est associée aux plans de la Commission européenne en vue d’une éventuelle action en justice contre AstraZeneca pour son « incapacité totale » à respecter les accords de livraison et les accords contractuels, a déclaré son ministre de la santé.

S’exprimant devant le parlement irlandais, Stephen Donnelly a déclaré jeudi : « En ce qui concerne AstraZeneca, une action en justice a été engagée par la Commission et, au début de la semaine, j’ai rejoint l’Irlande comme l’une des parties à cette action en justice, notamment en ce qui concerne l’incapacité totale d’AstraZeneca à respecter ses accords de livraison et ses accords contractuels pour les mois d’avril, mai et juin ».

Mais un porte-parole de la Commission européenne a déclaré : « La décision d’engager une action en justice n’a pas été prise à ce stade ».

Dans le cadre de ce contrat, la firme pharmaceutique anglo-suédoise s’est engagée à fournir 180 millions de doses – suffisantes pour 90 millions de personnes – à l’UE au cours du deuxième trimestre de cette année.

Mais les fonctionnaires de l’UE ont accusé à plusieurs reprises le fabricant de médicaments de ne pas tenir ses promesses.

En février, son directeur général, Pascal Soriot, a déclaré au Parlement européen qu’il pensait être en mesure de respecter ses engagements pour le deuxième trimestre.

Au début de l’année, la présidente de l’UE, Ursula von der Leyen, a menacé d’interrompre les exportations de vaccins en raison de la pression exercée par la lenteur du déploiement du vaccin dans l’Union européenne, qui reste à la traîne derrière le Royaume-Uni.

Elle a déclaré que « les routes ouvertes devraient aller dans les deux sens ».

« L’UE dispose d’un excellent portefeuille de différents vaccins et nous avons garanti plus qu’assez de doses pour l’ensemble de la population », a-t-elle déclaré.

« Mais nous devons garantir des livraisons de vaccins suffisantes et en temps voulu aux citoyens de l’UE. Chaque jour compte. »

Le mois dernier, AstraZeneca a été accusée de « stocker » des millions de doses dans une usine en Italie, mais la société a démenti ces informations, affirmant que de nombreuses doses avaient été réservées pour le programme COVAX de l’OMS.

Les projets d’action en justice s’inscrivent dans le cadre des inquiétudes persistantes concernant le lien entre le vaccin COVID-19 et les caillots sanguins.

Plusieurs pays de l’Union européenne ont interrompu le déploiement du vaccin, mais le régulateur européen a désormais décidé que les caillots sanguins « inhabituels » devaient être considérés comme un effet secondaire « très rare ».

AstraZeneca fait déjà l’objet d’une action en justice de la part de la famille d’une Italienne décédée après avoir été vaccinée.

Augusta Turiaco, 55 ans, n’avait pas de problèmes de santé sous-jacents et est décédée 19 jours après sa vaccination, le 11 mars.

Selon sa famille, l’action en justice a pour but d’établir si le vaccin a provoqué la formation de caillots sanguins dans son corps et son cerveau.

Les autorités de réglementation européennes et britanniques ont conclu que les avantages du vaccin d’Oxford l’emportent toujours sur les risques.