Un fait plus étrange que la fiction : le Vatican possède des observatoires astronomiques portant le nom de Lucifer, nom qui a été approuvé pour celui situé sur le mont Graham, à Safford, en Arizona (États-Unis), et qui signifie, entre autres, prince des démons.

AUTEUR

JOSE HERMOSA

CATEGORIES

POSTÉ LE

23 avril 2021

SOURCE

The BL

Pour les scientifiques des cinq universités allemandes qui l’ont installé, ce nom était celui qui correspondait le mieux aux caractéristiques techniques de leurs instruments, comme l’a expliqué un porte-parole de l’université d’Arizona, Daniel Stolte, à Popular Science en 2010.

Techniquement, ce Lucifer contient un instrument refroidi à -213° Celsius (-351 °F) pour faire des observations dans le spectre du proche infrarouge. C’est là que l’on observe généralement la formation d’étoiles et de planètes et de jeunes galaxies très lointaines.

Il dispose également de trois caméras interchangeables et de l’application de la spectroscopie à différentes résolutions. Il possède un vaste champ de vision et des capacités de haute résolution, ce qui permet de réaliser d’immenses images.

Le fait que cette institution soit dirigée par des prêtres de la Compagnie de Jésus, connus sous le nom de jésuites, peut ne pas sembler si étrange car ils étaient traditionnellement chargés des missions les plus intrigantes de l’Église catholique, et leur accès direct aux papes leur confère certains privilèges.

Ce qui pourrait éventuellement ajouter du mystère aux observatoires astronomiques du Vatican serait l’objet mystérieux qu’ils recherchent apparemment, qui viendrait de très loin, selon les chercheurs de la chaîne YouTube Right Hemispheric Remote Viewing.

S’il atteignait la Terre, l’objet cosmique provoquerait trois jours d’obscurité, créerait un environnement caractérisé par le feu et le soufre, et serait une source de grande peur pour ceux qui sont au courant de la recherche, selon le présentateur John Vivanco.

Il semble que la zone de Mount Graham utilisée pour les installations de l’observatoire ait été expropriée de ses propriétaires originels par les constructeurs de l’observatoire.

En plus de la pureté atmosphérique, qui qualifie le lieu d’idéal, certaines conformations tectoniques naturelles lui conféreraient des caractéristiques énergétiques et magnétiques particulières, ajoutant un halo de magie.

Au-delà de l’authenticité des événements scientifiques qui se déroulent dans ces installations, le même présentateur de Right Hemispheric Remote Viewing note d’autres aspects choquants, découverts dans la conception d’un auditorium du Vatican, avec l’apparence d’une tête de serpent, qui lui fait en quelque sorte déduire que le nom de Lucifer n’est peut-être pas si fortuit.

Si l’on se tourne maintenant vers la version officielle de la page du Vatican Advanced Technology Telescope (VATT), gérée par la Fondation de l’Observatoire du Vatican, on y trouve des informations sur un autre observatoire vieux de près de 500 ans.

« L’Observatoire du Vatican est l’un des plus anciens observatoires astronomiques actifs au monde, ses racines remontant à 1582 et à la réforme grégorienne du calendrier », écrit-il, ajoutant : « Basé dans la résidence d’été du pape à Castel Gandolfo, près de Rome, cet ouvrage officiel de l’État de la Cité du Vatican soutient une douzaine de prêtres et de frères (jésuites et diocésains) de quatre continents qui étudient l’univers en utilisant des méthodes scientifiques modernes ».

Le rapport fait également état d’autres collaborateurs et scientifiques qui s’appliquent à l’étude de divers sujets, ce qui ne signifie pas que les inquiétudes et les inconnues qui occupent de nombreux observateurs ne persistent pas.