Sa démission brutale est un revers majeur pour Gary Gensler. Oh invoque des problèmes découlant de son travail antérieur en cabinet privé.

AUTEUR

BENJAMIN BAIN, MATT ROBINSON

CATEGORIES

POSTÉ LE

29 avril 2021

SOURCE

Bloomberg

La nouvelle responsable de l’application de la loi au sein de la U.S. Securities and Exchange Commission (NDLR : Commission américaine des valeurs mobilières et des changes) a brusquement démissionné mercredi, invoquant une complication dans une affaire liée à sa carrière juridique antérieure, ce qui constitue un revers précoce et important dans le mandat du président Gary Gensler à la tête du régulateur de Wall Street.

La décision surprise d’Alex Oh, annoncée une semaine seulement après qu’elle ait obtenu le poste, signifie que Gensler n’aura pas son choix préféré pour diriger ce qui est sans doute la division la plus importante de l’agence. Melissa Hodgman, qui occupait précédemment le poste de directrice par intérim de l’unité d’application, reprendra ce rôle, a déclaré la SEC dans un communiqué.

« Un développement est survenu cette semaine dans l’une des affaires sur lesquelles j’ai travaillé alors que j’étais encore dans le secteur privé », a déclaré Oh, la première femme asiatique-américaine à diriger la division de l’application des lois, dans un courriel de démission adressé à Gensler et examiné par Bloomberg. « J’en suis arrivée à la conclusion que je ne peux pas aborder ce développement sans que cela ne devienne une distraction malvenue. »

Avant de rejoindre la SEC, Oh était associée chez Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison, où elle comptait parmi ses clients la société Exxon Mobil Corp. À ce titre, elle défendait la compagnie pétrolière contre des allégations vieilles de deux décennies selon lesquelles elle aurait soutenu des meurtres et des tortures en Indonésie, selon des documents judiciaires.

Sa conduite pendant le litige a été remise en question cette semaine par le juge du tribunal de district des États-Unis chargé de l’affaire. Le 26 avril, le juge Royce Lamberth a ordonné à Oh de démontrer pourquoi elle ne devrait pas être sanctionnée pour avoir prétendu que l’avocat de la partie adverse était « agité, irrespectueux et déséquilibré » lors d’une déposition, sans fournir de preuves.

Le chef de la division de l’application des lois est l’un des postes les plus distingués de la SEC, le directeur dirigeant un groupe de 1 300 fonctionnaires qui enquêtent sur les violations des lois sur les valeurs mobilières et sanctionnent les personnes et les entreprises pour leur mauvaise conduite. Les anciens chefs de cette division sont devenus les principaux avocats des géants bancaires mondiaux, notamment JPMorgan Chase & Co, Morgan Stanley et Deutsche Bank AG.

Si le départ de Oh représente un casse-tête pour Gensler, les groupes de défense de gauche en ont profité pour le pousser à nommer quelqu’un ayant moins de liens avec les entreprises que la SEC réglemente. La pratique consistant pour l’agence à engager des avocats de la défense des entreprises a longtemps été un point de friction avec les législateurs progressistes, notamment Elizabeth Warren, sénatrice du Massachusetts et critique virulente de l’industrie financière.

« La SEC a manqué à ses obligations envers le peuple américain en choisissant à plusieurs reprises des avocats de Wall Street comme directeurs de l’application des lois« , a déclaré Dennis Kelleher, président et directeur général de Better Markets, dans un communiqué. La démission de Oh « est l’occasion de mettre fin à la pratique corruptrice de la SEC consistant à embaucher des avocats de la défense de Wall Street », a déclaré le groupe.