Si les taux des bons du Trésor à 4 semaines ont parfois été négatifs au cours des derniers mois, la dernière fois que les bons à 4 semaines ont atteint un taux d’investissement de 0.000 % remonte à la période qui a suivi le krach du covid, lorsque les bons à 4 semaines ont atteint 0.000 % lors de la vente aux enchères du 26 mars.

NDLR : cela indique plusieurs choses :

  1. Cela signifie que le dollar n’a aucune valeur… Au contraire, sa valeur décline… parce que Biden le produit en masse aussi vite qu’il le peut pour planter l’économie et rendre les gens dépendants du gouvernement.
  2. Inflation voire hyper-inflation a venir.
  3. Etant donne le montant total de cette vente, on peut se demander qui dispose de 40 milliards de dollars a investir, qu’ils recupereront sans aucun interet… Probablement la Fed elle-meme (mais on n’en sait rien)

AUTEUR

TYLER DURDEN

CATEGORIES

POSTÉ LE

29 avril 2021

SOURCE

ZeroHedge

Jusqu’à aujourd’hui, car il y a quelques instants, le Trésor a vendu 40 milliards de dollars en bons à 4 semaines au prix de 100.000 %, soit un taux à 0.00 %.

Certes, des bons avaient déjà été imprimés à 0.000 % aux enchères, mais c’était en grande partie pendant la période de surabondance des réserves en 2015.

Alors pourquoi maintenant ? Pour la même raison que l’utilisation de la facilité Reverse Repo de la Fed a explosé ces dernières semaines pour rien, dépassant les 100 milliards de dollars…

…car les investisseurs choisissent de traiter directement avec la Fed – où seuls les taux positifs sont autorisés – plutôt qu’avec le marché ouvert où les taux de garantie ont souvent été négatifs ces dernières semaines, comme l’explique Scott Skyrm de Curvature dans cette note du 26 avril :

Les taux au jour le jour sont bas. Trop bas selon toutes les normes habituelles. Le taux des fed funds est bien en dessous du point médian de la fourchette cible des fed funds et le taux Repo GC est à zéro ; il est souvent négatif. Les taux d’intérêt de zéro pour cent forcent des milliards de dollars de liquidités à entrer dans la facilité RRP de la Fed ; un total de 100,9 milliards de dollars y est allé aujourd’hui.

Bien qu’il s’agisse d’un charmant paradoxe connu – la Fed retire des bons du Trésor du marché par le biais d’achats d’assouplissement quantitatif (NDLR : aussi appele quantitative easing) et les remet sur le marché par le biais du programme de rachat d’actions (RRP) – cela fausse également le marché des pensions et, bien que la Fed puisse corriger cette aberration en augmentant les taux IOER ou RRP, elle a jusqu’à présent refusé de le faire.

Si la Fed veut pousser les taux Repo à la hausse, une augmentation de l’IOER serait utile. Le relèvement de l’IOER déplacera les fed funds, qui, à leur tour, exerceront une pression à la hausse sur les taux Repo. Comme alternative, la Fed pourrait augmenter le taux RRP – actuellement à zéro. Cette solution est la plus favorisée par les économistes. Cependant, l’augmentation du RRP signifiera que les investisseurs en liquidités enverront chaque jour plus de liquidités à la Fed.

Cela a également un effet d’entraînement sur les bons du Trésor, qui sont sous pression car le gouvernement réduit ses émissions de titres à court terme afin de puiser dans sa gigantesque trésorerie pour se conformer à un éventuel rétablissement du plafond de la dette et pour couvrir ses dépenses.

Comme l’écrit Bloomberg, dans son enquête auprès des courtiers avant la prochaine annonce de remboursement, le département du Trésor a posé des questions sur « les impacts que le rétablissement de la limite de la dette pourrait avoir sur le marché du Trésor ainsi que sur les marchés financiers plus larges ». Dans le même ordre d’idées, il a également demandé quelles étaient les attentes concernant l’offre de bons au cours des trois prochains mois et les ajustements en matière d’émission.

La bonne nouvelle est que les taux négatifs des bons aux enchères ne sont pas (encore) possibles. La mauvaise nouvelle est qu’à mesure que le Trésor continue de puiser dans ses liquidités, le taux des enchères à 4 semaines (et bientôt à 8 semaines, etc.) sera de 0,000 %, tandis que les rendements du marché secondaire redeviendront négatifs, ce qui encouragera le retour de la fameuse opération d’arbitrage sur les enchères ZIRP/NIRP que nous avons observée il y a un an.