La Cour suprême des États-Unis a rejeté lundi un recours déposé par une résidente de l’Arizona qui avait cherché à prouver des allégations de fraude électorale lors des élections du 3 novembre dans son État.

NDLR : l’affaire est 20-1243 Burk, Staci V. Ducey, Gov. of Az, et al.

AUTEUR

JACK PHILLIPS

CATEGORIES

POSTÉ LE

4 mai 2021

SOURCE

The Epoch Times

Les neuf juges, sans commentaire, ont rejeté (pdf) la demande de Staci Burk, résidente du comté de Pinal, de trouver des preuves de fraude électorale. Burk avait demandé l’accès aux bulletins de vote pour prouver que certains étaient invalides ou frauduleux.

Au début de l’année, la Cour suprême de l’Arizona a rendu un arrêt qui donnait raison à un juge de première instance du comté de Pinal, selon lequel Burk n’avait pas le droit de contester l’élection. La raison invoquée était qu’elle n’était pas inscrite sur les listes électorales au moment où elle a intenté son action en justice, comme cela est requis pour les contestations électorales au niveau de l’État. Les deux tribunaux ont également reconnu qu’elle avait introduit sa contestation trop tard, après l’expiration du délai de cinq jours pour introduire une telle action.

Burk a déclaré dans son action en justice qu’elle était un électeur qualifié de l’Arizona, mais les autorités ont dit qu’elles avaient découvert qu’elle n’était pas inscrite sur les listes électorales. Elle a ensuite déclaré qu’elle pensait à tort que les « électeurs qualifiés » étaient des personnes qui avaient simplement le droit de voter, et que son inscription sur les listes électorales avait été annulée parce que les agents électoraux n’avaient pas pu vérifier son adresse.

« Rien n’indique à la Cour que l’appelante a contacté en temps voulu les autorités compétentes pour corriger les problèmes liés à son inscription sur les listes électorales », a écrit Robert Brutinel, président de la Cour suprême de l’Arizona. « Une contestation d’élection … n’est pas le véhicule approprié pour le rétablissement de l’inscription des électeurs ».

Brutinel a également déclaré que Burk avait admis « qu’elle était parfaitement consciente, avant l’élection, qu’elle ne pourrait pas voter lors de l’élection générale… Rien dans le dossier de la Cour n’indique que Burk ait contacté en temps voulu les autorités compétentes pour corriger les problèmes liés à son inscription sur les listes électorales ».

Dans sa requête à la Cour suprême, Burk souhaitait une audience sur la question de savoir si elle était un « électeur ».

Pendant ce temps, un audit ordonné par le Sénat de l’État de l’Arizona sur près de 2,1 millions de bulletins de vote du comté de Maricopa, en Arizona, pourrait durer des semaines, selon l’ancien secrétaire d’État de l’Arizona, Ken Bennett, qui assure la liaison avec l’audit du Sénat.

Bennett a déclaré au cours du week-end qu’il n’y avait « pas de date limite » et a ajouté que le Sénat avait obtenu l’autorisation d’utiliser le champ de foire de l’État « aussi longtemps que nous en aurons besoin ».

Au début de l’année, la Cour suprême a rejeté une multitude de poursuites liées aux élections, y compris la dernière contestation de l’ancien président Donald Trump.