Les cuirs chevelus ont continué à faire pousser des cheveux après avoir été greffés sur des rongeurs.

NDLR : on vous a publie plusieurs traductions qui demontrent que l’avortement n’est pas qu’un simple sujet lie aux droits des femmes… Certes, c’est important, mais derriere le rideau il se passe plein de choses, ici des experiences avec des cuirs chevelus, et ici ou la un commerce complet. Ca c’est le peu qu’on sait aux USA. En Europe et dans les autres regions du monde, que se passe-t-il avec les foetus avortes ?

AUTEUR

DANIEL PAYNE

CATEGORIES

POSTÉ LE

6 mai 2021

SOURCE

Just The News

Le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), l’agence fédérale de santé dirigée depuis des décennies par le célèbre conseiller de la Maison Blanche pour les coronavirus, le Dr Anthony Fauci, a dépensé plus de 400 000 dollars pour financer une série d’expériences consistant à greffer le cuir chevelu de fœtus avortés sur des souris vivantes, des études qui étaient censées étudier la propension de la peau humaine à développer des infections.

Les recherches, publiées l’automne dernier dans la revue Nature, ont été menées par une douzaine de scientifiques de l’université de Pittsburgh. Les expériences ont consisté à développer des « modèles » de rats et de souris utilisant, en partie, de la « peau fœtale de pleine épaisseur » afin de « fournir une plateforme pour étudier les infections cutanées humaines ».

Le rapport indique que les « tissus de peau humaine » utilisés dans les expériences de greffe de peau ont été obtenus « à partir du cuir chevelu et du dos » de « donneurs », à savoir des fœtus avortés.

« De la peau de fœtus humain de pleine épaisseur a été traitée en retirant les tissus graisseux excédentaires attachés à la couche sous-cutanée de la peau, puis greffée sur la cage thoracique, où la peau de souris avait été préalablement excisée », indique l’étude.

Selon l’étude, une partie de la peau fœtale greffée s’est transformée en « peau humaine semblable à celle d’un adulte ». Certaines des greffes ont même développé des « appendices cutanés humains », notamment « des cheveux humains évidents 12 semaines après la transplantation ».

Des photos explicites de l’étude montrent des plaques de peau humaine greffées sur des corps de rongeurs et des cheveux humains qui poussent clairement.

Les chercheurs impliqués dans l’étude n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur cette recherche. Le NIAID et Anthony Fauci n’ont pas non plus répondu aux demandes d’informations complémentaires sur le financement du projet, notamment sur la fréquence à laquelle le NIAID finance des projets utilisant des restes de fœtus avortés.

Les dossiers fédéraux montrent que le NIAID a fourni au projet un financement d’environ 430 000 dollars sur 2018 et 2019.

La recherche a été publiée discrètement l’année dernière et a reçu relativement peu d’attention en dehors des cercles pro-vie, bien que cette semaine, elle ait été mentionnée lors d’une audience de la législature de l’État de Pennsylvanie sur l’expérimentation fœtale.

Lors de cette audience, David Daleiden – un militant pro-vie et journaliste devenu célèbre pour sa série de vidéos d’infiltration de cadres du Planned Parenthood discutant d’échanges de parties de corps de fœtus avortés – a critiqué les scientifiques, qu’il a décrits comme « scalpant des bébés avortés de 5 mois et greffant leur scalp sur le dos de rats de laboratoire ».