L' »élection » présidentielle de novembre 2020 a été un kaléidoscope d’interférences étrangères. De la société mère de Dominion Voting Systems, Inc. recevant une injection de 400 millions de dollars d’une filiale d’une caisse noire suisse/CCP dans le mois suivant l’élection à la propriété intellectuelle de Dominion détenue par la Hongkong and Shanghai Banking Corporation (HSBC) comme garantie, les citoyens américains sont confrontés au problème unique d’essayer d’identifier quelle partie de leur système électoral est réellement contrôlée par des Américains.

AUTEUR

CD MEDIA STAFF

CATEGORIES

POSTÉ LE

12 mai 2021

SOURCE

CD Media

Juste avant le 6 janvier, un avocat italien du nom d’Alfio D’Urso a affirmé, dans une déclaration signée, qu’Arturo D’Elia, un prodige italien de la programmation dont l’expérience professionnelle inclut le Bureau des enquêtes spéciales de l’armée de l’air américaine et l’OTAN, a avoué une cyber-attaque électorale utilisant un cryptage militaire. Dans la déclaration vidéo de D’Urso (NDLR : ci-dessous), il affirme que l’implication de D’Elia dans la cyber-attaque est connue d’un « responsable des services de sécurité ». À ce jour, ces allégations ont été difficiles à corroborer, car D’Elia a été arrêté en décembre 2020 et est actuellement détenu à Salerne en résidence surveillée. Tout aussi curieux est le calendrier du crime présumé, qui s’étend de 2015 à 2017. Maria Zack, qui a initialement révélé l’histoire, a déclaré que l’arrestation de D’Elia pour un crime qu’il a apparemment commis trois ans plus tôt visait à l’empêcher de fuir le pays et de témoigner sur la cyber-attaque.

Dans ce contexte, CD Media publie une lettre obtenue auprès de l’équipe juridique de l’ancien président Trump qui, comme les nombreuses allégations intrigantes provenant d’Italie, apporte plus de questions que de réponses. La lettre adressée au président est extrêmement similaire, dans son contenu et sa structure, à la déclaration sous serment de D’Urso, mais elle a été rédigée des semaines plus tôt et comprend plus de détails, comme les noms d’un général et d’un magnat des affaires italiens.

Carlo Goria, l’auteur, est le neveu du 46e Premier ministre italien, Giovanni Goria. D’après le papier à lettres et l’adresse indiqués, il est affilié à la société américaine USAerospace Partners et à une société de sécurité privée, G7 International Srl. Un linguiste italien expérimenté a relevé des particularités dans la lettre, telles que des fautes d’orthographe de base, qui laissent penser qu’elle a été rédigée à la hâte ou qu’elle est passée par un outil de traduction. Ces erreurs, ainsi que des détails incorrects (D’Elia était un consultant de Leonardo, et non le « responsable informatique »), ont alimenté les articles de « fact-checking » des médias grand public.

Des sources au sein de l’ancienne équipe juridique ont déclaré que Goria tentait d’atteindre directement le président Trump en envoyant la lettre par l’intermédiaire de Rudy Giuliani. CD Media ne peut confirmer que le destinataire a effectivement lu la lettre. Les graves allégations contenues dans la lettre devraient être poursuivies afin de pouvoir prouver qu’elles sont vraies ou fausses. Il est curieux qu’aucun fonctionnaire ou entité nommé par Goria ne l’ait poursuivi en justice. La traduction intégrale est disponible ci-dessous :

Monsieur le Président,

Je confirme la connaissance directe que les activités entreprises ici en Italie ont eu un impact négatif pour le Président des États-Unis concernant la manipulation du vote électoral des 3 et 4 novembre 2020.

Je confirme que Leonardo SpA, depuis son installation de Pesara [Pescara], en utilisant des capacités de cryptage militaire avancées, a changé le résultat de l’élection américaine du président Trump à Joe Biden. Le changement de données a été effectué par le chef du département informatique de Leonardo SpA en coordination avec des officiers supérieurs du renseignement américain (CIA), trois [personnes] qui travaillent à l’ambassade des États-Unis à via Veneto à Rome. Les hauts fonctionnaires de l’ambassade des États-Unis ont tenu des réunions régulières avec le général Claudio Graziano, commandant militaire de l’UE, et Ignazio Moncada, président de FATA SpA, une société appartenant à Leonardo SpA, la plus grande entreprise d’aérospatiale et de défense basée en Italie, avec son homologue américain Leonardo DRS.

Le 3 décembre, le chef du département informatique a été arrêté à Naples, où il est toujours en prison. Nous avons eu un contact direct et continu au sein de l’installation avec le responsable informatique qui a accepté de témoigner aux autorités américaines de ce qui est arrivé aux données électorales, comment elles ont été échangées dans les installations de Pescara / Fucino, chargées avec des technologies de l’information sur des satellites militaires et quelles données sont contenues dans une clé électronique pour démontrer le passage des données du président Trump qui était clairement le gagnant à Joe Biden le 4 novembre 2020.

Nos associés de la partie conservatrice des services secrets italiens travaillent depuis le début de novembre 2020 pour que la vérité soit connue et que le peuple américain puisse réaliser le résultat voté : la réélection du président Trump.

Rome, 27 décembre 2020

Le Directeur

Carlo Goria

www.usaerospacepartners.com

 carlo.goria@usaerospacepartners.com   

Viole di Val Frorita Srl

00144 Rome – Italy

Doc ID 582d13b8d7a248d1a86f00c9ec258364 —-