Les craintes d’une troisième guerre mondiale se sont accrues après que la Chine a « expulsé » un destroyer américain à missiles guidés qui s’était « introduit » dans les eaux territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale.

AUTEUR

STEVEN BROWN

CATEGORIES

POSTÉ LE

20 mai 2021

SOURCE

Express

La mer de Chine méridionale est une région très contestée et fait l’objet de revendications de la part de la Chine, de la Malaisie, de Taïwan, du Viêt Nam et des Philippines. Les relations diplomatiques entre les nations sont déjà extrêmement tendues.

Bien qu’ils ne revendiquent aucune partie de l’archipel, les États-Unis ont renforcé leur présence militaire dans la région afin de contrer la domination de Pékin.

Mais aujourd’hui, l’Armée populaire de libération (APL) a expulsé le destroyer USS Curtis Wilbur, bien que la marine américaine ait affirmé qu’elle respectait le droit international.

Un porte-parole du commandement du théâtre sud de la Chine a déclaré que la Chine « sauvegarderait résolument » sa souveraineté et sa sécurité dans cette région hautement contestée.

Selon le Quotidien du peuple, le porte-parole a déclaré que « l’APL a expulsé le destroyer américain à missiles guidés USS Curtis Wilbur qui s’est introduit dans les eaux territoriales chinoises dans les îles Xisha en mer de Chine méridionale ».

« La Chine sauvegardera résolument sa souveraineté et sa sécurité, la paix et la stabilité régionales. »

Pékin a accusé les États-Unis de « provocation » après le passage d’un destroyer à missiles guidés dans le détroit de Taïwan.

La marine américaine a publié une déclaration expliquant pourquoi le destroyer à missiles guidés de la classe Arleigh Burke, l’USS Curtis Wilbur, respectait le droit international.

La déclaration se lit comme suit : « Le passage du navire dans le détroit de Taïwan démontre l’engagement des États-Unis en faveur d’un Indo-Pacifique libre et ouvert.

« L’armée américaine continuera à voler, à naviguer et à opérer partout où le droit international le permet. »

Cependant, la Chine a dénoncé la marine américaine pour avoir « perturbé » la paix dans les eaux contestées.

Un porte-parole du commandement du théâtre oriental de la Chine a déclaré : « Les actions américaines envoient des signaux erronés aux forces indépendantistes de Taïwan, perturbant délibérément la situation régionale et mettant en danger la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan. »

Taïwan est confrontée à un conflit de longue date avec la Chine continentale depuis qu’un gouvernement séparé a été établi sur l’île après la guerre civile chinoise de 1949.

La nation reste un allié important des pays occidentaux en raison de sa proximité avec la Chine communiste.

Ces dernières semaines, des craintes se sont fait jour quant à la volonté de Pékin, sous la direction du président chinois Xi Jinping, d’utiliser la force militaire pour réunifier Taïwan avec la Chine continentale.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré le mois dernier : « Je tiens à souligner que le respect du principe d’une seule Chine est l’un des éléments clés des relations sino-australiennes.

« Taïwan est une partie du territoire chinois qui ne peut être séparée.

« La question de Taïwan est entièrement une affaire intérieure de la Chine et est liée aux intérêts fondamentaux de la Chine et nous n’accepterons pas que des forces extérieures se mêlent ou interfèrent dans cette affaire. »

La pression s’accentue sur les membres du « Quad » – dont l’Australie, le Japon, l’Inde et les États-Unis – pour contrer la domination de la Chine sur Taïwan.

En avril, Wang a accusé Canberra de « s’ingérer » dans les affaires intérieures de Pékin et a affirmé qu’il n’y avait « aucune place pour une quelconque forme d’indépendance de Taïwan ».

Il a déclaré « Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois, et la question de Taïwan relève purement des affaires intérieures de la Chine qui impliquent les intérêts fondamentaux de la Chine et ne permet aucune ingérence étrangère.

« La Chine doit être et sera réunifiée.

« Nous sommes prêts à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour favoriser la perspective d’une réunification pacifique, mais nous ne laisserons jamais de place à aucune forme d’activités sécessionnistes liées à l’indépendance de Taiwan.

« Nous espérons que la partie australienne évitera d’envoyer un mauvais signal aux forces indépendantistes de Taïwan et qu’elle prendra davantage de mesures favorables à la paix et à la stabilité dans le détroit et aux relations sino-australiennes. »

Les tensions entre l’Australie et son principal partenaire commercial, la Chine, se sont considérablement détériorées l’année dernière lorsque le Premier ministre Scott Morrison a demandé une enquête indépendante sur les origines de la pandémie de coronavirus.