En résumé, les preuves et la science disponibles indiquent que les vaccins COVID-19 sont inutiles, inefficaces et dangereux.

AUTEUR

RAYMOND WOLFE

CATEGORIES

POSTÉ LE

21 mai 2021

SOURCE

Life Site News

Des dizaines d’experts médicaux ont lancé ce mois-ci une mise en garde contre les vaccins COVID-19, les qualifiant d' »inutiles, inefficaces et dangereux » et susceptibles d’entraîner des « décès massifs prévisibles ».

« En bref, les preuves et la science disponibles indiquent que les vaccins COVID-19 sont inutiles, inefficaces et dangereux », ont déclaré les Médecins pour l’éthique du COVID-19 dans une lettre ouverte il y a deux semaines. « Les acteurs qui autorisent, contraignent ou administrent la vaccination expérimentale COVID-19 exposent les populations et les patients à des risques médicaux graves, inutiles et injustifiés. »

Doctors for COVID-19 Ethics, un groupe cofondé par l’ancien vice-président de Pfizer Michael Yeadon, compte plus de 160 experts médicaux du monde entier parmi ses signataires. Parmi les autres membres fondateurs figurent le professeur Sucharit Bhakdi MD, ancien président de l’Institut de microbiologie médicale et d’hygiène de l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, en Allemagne, et le docteur Wolfgang Wodarg, ancien chef de la commission de la santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Les médecins ont écrit de multiples lettres à l’Agence européenne des médicaments sur les questions relatives au vaccin COVID-19 et font face à la censure, bien que leur lettre la plus récente puisse être trouvée archivée ici. Le groupe est également présent sur Twitter. Leur témoignage reflète les appels croissants d’experts, comme le Dr Janci Chunn Lindsay et le Dr Peter McCullough, à mettre fin aux vaccinations.

La pointe d’un énorme iceberg

Dans la lettre qu’ils ont envoyée au début du mois, les Doctors for COVID-19 Ethics ont souligné les graves conséquences des vaccins sur la santé, tant pour les personnes en bonne santé que pour les malades, affirmant que les injections « ne sont pas sûres, ni pour les personnes qui les reçoivent, ni pour celles qui les utilisent ou autorisent leur utilisation ».

Ils ont souligné les risques de « perturbations létales et non létales de la coagulation sanguine, y compris les troubles de la coagulation, la thrombose dans le cerveau, les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques », « l’aggravation de la maladie par les anticorps », les réactions auto-immunes et les effets potentiels des « impuretés du vaccin dues à une fabrication précipitée et à des normes de production non réglementées ».

« Contrairement aux affirmations selon lesquelles les troubles sanguins post-vaccination sont « rares », de nombreux effets secondaires courants des vaccins (maux de tête, nausées, vomissements et « éruptions » semblables à des hématomes sur le corps) peuvent indiquer une thrombose et d’autres anomalies graves », ont déclaré les experts. « Les événements de coagulation qui retiennent actuellement l’attention des médias ne sont probablement que la ‘partie émergée d’un énorme iceberg’. »

« En raison de l’amorçage immunologique, on peut s’attendre à ce que les risques de coagulation, d’hémorragie et d’autres événements indésirables augmentent à chaque revaccination et à chaque exposition au coronavirus qui s’ensuit », a ajouté Doctors for COVID-19 Ethics. « Au fil du temps, qu’il s’agisse de mois ou d’années, cela rend la vaccination et les coronavirus dangereux pour les groupes d’âge jeunes et en bonne santé, pour lesquels, sans vaccination, le COVID-19 ne présente aucun risque substantiel », ont-ils fait valoir.

« De la même manière que l’on peut prévoir que le tabagisme provoquera un cancer du poumon, sur la base des premiers principes, on peut s’attendre à ce que tous les vaccins à base de gènes provoquent des troubles de la circulation sanguine et de la coagulation, sur la base de leurs mécanismes d’action moléculaires », ont-ils ajouté. « Conformément à cela, des maladies de ce type ont été observées dans tous les groupes d’âge, ce qui a conduit à des suspensions temporaires de vaccins dans le monde entier. »

« Depuis le déploiement du vaccin, l’incidence du COVID-19 a augmenté dans de nombreuses régions où les taux de vaccination sont élevés. En outre, de multiples séries de décès dus au COVID-19 sont survenues peu après le début des vaccinations dans des maisons de retraite », ont indiqué les médecins. « Ces cas peuvent avoir été dus non seulement à un renforcement anticorps-dépendant (NDLR : ADE – antibody-dependent enhancement) mais aussi à un effet immunosuppresseur général des vaccins, ce qui est suggéré par l’augmentation de l’occurrence du zona chez certains patients. »

« Quel que soit le mécanisme exact responsable de ces décès signalés, nous devons nous attendre à ce que les vaccins augmentent plutôt qu’ils ne diminuent la létalité du COVID-19 », poursuivent-ils.

Le groupe a souligné que les vaccins restent techniquement expérimentaux – un fait qui empêche légalement la vaccination obligatoire dans de nombreux cas :

« Les vaccins sont expérimentaux par définition. Ils feront l’objet d’essais de phase 3 jusqu’en 2023. Les receveurs sont des sujets humains ayant droit à un consentement libre et éclairé en vertu de Nuremberg et d’autres protections, notamment la résolution 2361 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et les conditions d’autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA. »

Un assaut complet du système immunitaire

Les médecins de COVID-19 Ethics ont particulièrement mis en garde contre les vaccins, comme ceux produits par Pfizer et Moderna, qui reposent sur la nouvelle méthode de vaccination par ARNm.

« L’expérience initiale pourrait suggérer que les vaccins dérivés de l’adénovirus (AstraZeneca/Johnson & Johnson) provoquent des effets indésirables plus graves que les vaccins ARNm (Pfizer/Moderna). Cependant, lors d’injections répétées, les premiers vont rapidement induire des anticorps contre les protéines du vecteur adénovirus », selon les médecins. « Ces anticorps vont alors neutraliser la plupart des particules virales du vaccin et provoquer leur élimination avant qu’elles ne puissent infecter une quelconque cellule, limitant ainsi l’intensité des dommages tissulaires. »

« En revanche, dans les vaccins à ARNm, il n’y a pas d’antigène protéique à reconnaître par les anticorps. Ainsi, quel que soit le degré d’immunité existant, l’ARNm du vaccin va atteindre sa cible – les cellules de l’organisme », ont-ils ajouté. « Celles-ci vont alors exprimer la protéine de pointe et subir l’assaut du système immunitaire. Avec les vaccins à ARNm, il est pratiquement garanti que le risque d’effets indésirables graves augmente à chaque injection successive. »

« Leur préférence apparente par rapport à ces derniers est préoccupante au plus haut point ».

Vaccins inutiles, « aucune donnée à moyen ou long terme »

« Dans la plupart des pays, la plupart des gens seront désormais immunisés contre le SRAS-CoV-2 », ont en outre noté les experts, soulignant que le coronavirus a un taux de survie estimé à 99,8 % au niveau mondial. « Quelle que soit la gravité de la maladie, ils auront désormais une immunité suffisante pour être protégés d’une maladie grave en cas de nouvelle exposition. Cette majorité de la population ne bénéficiera pas du tout de la vaccination. »

Pour les personnes à risque d’infection grave, le virus reste traitable, a déclaré Doctors for COVID-19 Ethics. « Une convergence de preuves indique qu’un traitement précoce avec les médicaments existants réduit l’hospitalisation et la mortalité de ~85% et 75%, respectivement », ont-ils expliqué, mettant en avant « de nombreux médicaments anti-inflammatoires, antiviraux et anticoagulants éprouvés, ainsi que des anticorps monoclonaux, du zinc et des vitamines C et D. »

« L’immunité naturelle des cellules T offre une protection plus forte et plus complète contre toutes les souches de SRAS-CoV-2 que les vaccins, car l’immunité naturellement amorcée reconnaît de multiples épitopes du virus et signaux costimulatoires, et pas seulement une seule protéine (de pointe) », poursuivent-ils.

La lettre des médecins réfute également les affirmations selon lesquelles la vaccination est nécessaire pour empêcher la propagation du virus par une infection asymptomatique.

Les vaccins ont été présentés comme un moyen de prévenir l’infection asymptomatique et, par extension, la « transmission asymptomatique », ont déclaré les médecins pour l’éthique du COVID-19. « Cependant, la ‘transmission asymptomatique’ est un artefact de procédures et d’interprétations de tests PCR invalides et peu fiables, conduisant à des taux élevés de faux positifs. Les preuves indiquent que les personnes asymptomatiques positives au test PCR sont des faux positifs sains, et non des porteurs. »

Le groupe a cité une étude chinoise portant sur près de 10 millions de personnes, qui a révélé que les porteurs asymptomatiques du COVID ne transmettent pratiquement jamais le virus. « En revanche, les articles cités par le Centre de contrôle des maladies pour justifier les affirmations de transmission asymptomatique sont basés sur des modèles hypothétiques, et non sur des études empiriques », ont-ils déclaré. « En clair, les vaccins ne sont pas nécessaires pour prévenir les maladies graves ».

Les experts ont également émis des réserves quant à l’efficacité des vaccins COVID-19, affirmant qu' »aucune donnée longitudinale à moyen ou long terme » ne prouve l’efficacité du vaccin. Ils ont critiqué les essais de vaccins contre le coronavirus, observant que l’Agence européenne des médicaments « a noté à propos du vaccin Comirnaty (Pfizer mRNA) que les cas graves de COVID-19 « étaient rares dans l’étude, et qu’on ne peut pas en tirer de conclusion statistiquement certaine ». »

« Le calcul risque-bénéfice est donc clair, les vaccins expérimentaux sont inutiles, inefficaces et dangereux. » L’incitation à la vaccination pour « protéger les autres » n’a donc aucun fondement dans les faits », conclut la lettre, qui adresse un avertissement à ceux qui font la promotion des vaccins.

« Les acteurs qui autorisent, contraignent ou administrent la vaccination expérimentale COVID-19 exposent les populations et les patients à des risques médicaux graves, inutiles et injustifiés », ont-ils déclaré. « Ce n’est pas pour rien que les fabricants de vaccins se sont exonérés de toute responsabilité juridique en cas d’événements indésirables. Lorsque des décès et des préjudices liés aux vaccins surviennent, la responsabilité incombera aux responsables de l’autorisation, de l’administration et/ou de la coercition des vaccins via les passeports vaccinaux, dont aucune ne peut être justifiée par une analyse sobre et fondée sur des preuves des risques et des avantages. »