Samedi, deux des trois auditeurs effectuant l’audit légal à Windham, NH, ont confirmé que, bien que ce ne soit pas le seul problème, les plis des bulletins affectent de manière significative la façon dont les bulletins sont lus par les machines à voter Diebold ES2000 Modèle A de la ville.

AUTEUR

MICHELLE EDWARDS

CATEGORIES

POSTÉ LE

24 mai 2021

SOURCE

Undercover DC

De plus, alors qu’ils traitaient les mêmes bulletins, les auditeurs ont constaté des taux d’erreur très différents sur deux des machines.

Les auditeurs ont indiqué en début de semaine dernière que les lignes de pliage pourraient être un problème. Ils ont passé la journée de samedi à recréer deux élections fictives distinctes dans l’espoir de déterminer la cause des écarts sans précédent entre les totaux des résultats des élections du 3 novembre et les totaux du recomptage des élections du 12 novembre. Se concentrant sur le pourcentage d’erreurs possibles dues au pliage des bulletins de vote, Harri Hursti et Phillip Stark ont expliqué à Nick Moseder et Lisa Mazur (voir l’interview dans la vidéo ci-dessous) qu’ils ont mis en place deux séries d’élections fictives, chacune conçue pour essayer de déterminer comment des voix ont été enlevées aux candidats républicains et comment des voix ont été ajoutées à Kristi St Laurent.

Une théorie potentielle suggérait que les machines pouvaient rejeter des bulletins spécifiques (par exemple, les bulletins qui votaient directement pour les quatre candidats républicains) et compter l’ensemble du bulletin comme un sur-vote. Ce scénario pourrait se produire si, après avoir voté pour les quatre candidats républicains, la machine lit le pli du bulletin (qui apparaît ensuite sur le bulletin et se trouve juste à la hauteur du nom de St. Laurent) comme un vote pour un cinquième candidat – un candidat supplémentaire. Dans le cas d’un sur-vote, tous les votes sur le bulletin sont annulés et signalés comme des blancs.

En effet, à l’issue de leur expérience, les auditeurs ont expliqué qu’ils avaient découvert que les machines de Windham lisaient le pli comme ils le supposaient, avec, selon Phillip Stark, un taux d’erreur étonnant allant de 25 % à 72 %.

Lors de son entretien avec Moseder, Hursti a révélé qu’avant l’élection du 3 novembre, les personnes ayant le pouvoir de décision étaient conscientes des problèmes potentiels que le pliage des bulletins de vote pouvait présenter dans les machines à voter. Néanmoins, selon Hursti, dans un souci d’économie, il a été décidé d’utiliser des « enveloppes moins coûteuses », ce qui signifiait que les bulletins devaient être pliés avant d’être postés. Notant que personne ne s’attendait à ce que le pliage cause autant de problèmes, Hursti a ajouté : « mais les plis causent aussi des problèmes ailleurs ».

Lorsqu’on lui a demandé de préciser sa pensée, Hursti n’a pas dit qui, au sein de NH, était au courant du problème potentiel du pliage des bulletins. Au lieu de cela, il a continué à parler du pliage des bulletins, déclarant que le pliage incorrect (par la machine) était quelque chose qu’il n’avait jamais vu auparavant et qu’il pourrait s’agir d’un problème de maintenance, déclarant : « si vous regardez le manuel, il y a des instructions sur l’endroit où le format de pliage doit être placé. Si le pliage avait été fait dans ce sens, rien de tout cela ne serait arrivé« .

Remarquant qu’il reste encore beaucoup à examiner, Stark a confirmé que les tests de samedi offrent une explication à la fois pour la soustraction des votes des candidats républicains et l’ajout initial de votes à la candidate démocrate Kristi St. Laurent.

La semaine dernière, le secrétaire d’État adjoint David Scanlan a annoncé que son bureau adoptait une approche attentiste quant à la possibilité que les lignes de pliage des bulletins de vote par correspondance aient pu entraîner une lecture erronée des totaux par les machines à voter lors de l’élection de Windham. Avec la confirmation de Hursti et Stark que les lignes de pliage sont un problème certain à Windham, il y a des spéculations que le problème est répandu dans l’état. Phillip Stark a commenté la semaine dernière :

« Dans tout le New Hampshire, vous utilisez les mêmes machines à voter, les AccuVote, et en principe, cela pourrait être un problème. Cela dépend vraiment de l’endroit où se trouvent les plis par rapport aux cibles de vote. »

Présent à nouveau à l’audit samedi, Jeff Silvestro, président de LHS Associates, est parti précipitamment lorsque Nick Moseder s’est approché de lui pour lui demander ce qu’il faisait là, disant en sortant précipitamment : « Demandez aux auditeurs, ce sont eux qui m’ont demandé de venir. Laissez-moi tranquille. Je vous en serais reconnaissant. » Récemment, lorsqu’on lui a demandé si la présence de Silvestro à l’audit constituait un conflit d’intérêts, Richard (Dick) Tracy, du bureau du procureur général du NH, a répondu : « Ce n’est pas parce que c’est un conflit d’intérêts que c’est illégal. » Hursti, interrogé sur la présence de Silvestro samedi, a répondu :

« … pour la même raison que toutes les autres fois… si nous avons [sic] un problème et que nous devons savoir si nous suivons les bonnes procédures. Nous ne l’avons pas autorisé à entrer dans les barrières, donc… il est toujours resté à l’extérieur des barrières. »

Habituellement, chaque jour d’audit est rempli de défenseurs de l’intégrité électorale qui observent les procédures du jour. Cependant, comme nous l’avons déjà signalé jeudi dernier, l’auditeur Philip Stark a annoncé que la journée d’audit prévue pour le week-end avait été modifiée du dimanche 23 mai au samedi 22 mai, le même jour que le « lancement officiel » du Government Integrity Project (NDLR : Projet d’intégrité du gouvernement), ce qui a amené beaucoup de gens à s’interroger sur le motif de ce changement soudain.

Comme le dicte la loi SB43, l’audit doit être terminé pour le 27 mai. L’audit judiciaire très attendu des machines est le prochain à l’ordre du jour alors que la dernière semaine commence.