Le plus grand virologue américain, Anthony Fauci, a affirmé en 2012 que les risques qu’un accident de laboratoire déclenche une pandémie sont plus importants que les avantages potentiels de la manipulation des virus par le biais de la recherche sur le gain de fonction, selon des propos rapportés par Sharri Markson dans The Australian.

NDLR : Fauci savait alors ce que nous savons maintenant. LE LAB OUTBREAK. C’était soit une certitude, soit une forte probabilité. Il a écrit sur ce scénario exact en 2012… puis a continué à financer le développement du WuFlu. Donc, est-ce qu’un gars du NWO (dont le nom signifie faucille), qui était bon ami avec Gates (dont le papa voulait une réduction massive de la population)… a prémédité ces événements ? Maintenant je me demande s’ils n’ont pas piégé la Chine en espérant une troisième guerre mondiale. Les gens mauvais n’ont aucun problème à jeter d’autres gens mauvais sous le bus du “progrès”. Fauci est un sociopathe fasciné par l’attention sur ses crimes, comme un pyromane, etc…

P.S. on vous rappelle que les sites en “.gov” sont des sites officiels du gouvernement Americain.

AUTEUR

TYLER DURDEN

CATEGORIES

POSTÉ LE

29 mai 2021

SOURCE

ZeroHedge

Dans une tournure d’événements improbable mais concevable, que se passe-t-il si ce scientifique est infecté par le virus, ce qui conduit à une épidémie et déclenche finalement une pandémie ?“. Fauci a écrit dans l’American Society for Microbiology en 2012, ajoutant “Beaucoup posent des questions raisonnables : étant donné la possibilité d’un tel scénario – aussi lointaine soit-elle – les expériences initiales auraient-elles dû être réalisées et/ou publiées en premier lieu, et quels ont été les processus impliqués dans cette décision ?”

“Les scientifiques travaillant dans ce domaine pourraient dire – comme je l’ai d’ailleurs dit – que les avantages de ces expériences et les connaissances qui en résultent sont supérieurs aux risques“, a poursuivi Fauci. “Il est plus probable qu’une pandémie se produise dans la nature, et la nécessité de devancer une telle menace est une raison primordiale pour réaliser une expérience qui pourrait sembler risquée.

Dans le document, le Dr Fauci écrit également : “Au sein de la communauté des chercheurs, nombreux sont ceux qui ont exprimé la crainte que d’importants progrès de la recherche ne s’arrêtent simplement par peur que quelqu’un, quelque part, ne tente de reproduire ces expériences de manière bâclée. Il s’agit là d’une préoccupation légitime.”

Le Dr Fauci a dirigé la réponse américaine à l’épidémie, mais il est maintenant confronté à de sérieuses questions sur son rôle dans le financement des expériences radicales menées à l’Institut de virologie de Wuhan.

Le 11 mai, le Dr Fauci est revenu sur sa position quant à la question de savoir si le Covid-19 s’était échappé du WIV, et a déclaré qu’il n’était désormais “pas convaincu” que le virus s’était développé naturellement et que les autorités devaient découvrir “ce qui s’est passé exactement“.

Les expériences de gain de fonction – souvent avec des coronavirus dérivés de chauves-souris – sont centrées sur la manipulation, l’épissage et la recombinaison de virus potentiellement à l’origine de maladies hautement infectieuses et peu comprises. -The Australian

Et ça, c’est quoi ?

Au début du mois, le sénateur Rand Paul (R-KY) s’en est pris au Dr Anthony Fauci lors d’une audition devant la commission de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions. Paul a allégué que les National Institutes of Health (NIH) avaient utilisé un intermédiaire pour acheminer de l’argent au Wuhan Institute of Virology via EcoHealth Alliance – qui travaillait avec le laboratoire sur des projets relatifs au coronavirus de la chauve-souris.

Paul a spécifiquement fait référence à la recherche sur le “gain de fonction” qui, dans ce cas, a été axée sur la manière de rendre les virus animaux plus transmissibles à l’homme – en particulier les coronavirus de chauve-souris.

Les scientifiques du gouvernement qui, comme vous, favorisent la recherche sur le gain de fonction“, a commencé Paul…

…pour que Fauci intervienne : “Je ne suis pas en faveur de la recherche sur le gain de fonction en Chine,” ajoutant : “Vous dites des choses qui ne sont pas correctes.”

Paul s’est défendu – poursuivant :

[Ceux qui sont en faveur du gain de fonction] disent que les mutations du COVID-19 étaient aléatoires et non conçues par l’homme“.

“Je n’ai aucune idée de ce que les Chinois ont pu faire”, a rétorqué Fauci, ajoutant qu’il est favorable à des recherches plus poussées, mais que le NIH n’a rien à voir avec les origines du COVID-19.

Nous n’avons pas financé le gain de fonction de recherche sur ce virus à l’Institut de virologie de Wuhan“, a-t-il ajouté.

“Peu importe combien de fois vous le dites, cela n’a pas eu lieu”.

Comme nous l’avons indiqué en mars, les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, dirigés par Fauci, “avaient financé un certain nombre de projets auxquels participaient des scientifiques du WIV, notamment une grande partie des travaux du laboratoire de Wuhan sur les coronavirus des chauves-souris”.

Your Content Goes Here

En 2017, l’agence de Fauci a repris le financement d’une subvention controversée sans l’approbation d’un organe de surveillance gouvernemental, selon le Daily Caller. Pour rappel, en 2014, l’administration Obama a temporairement suspendu le financement fédéral de la recherche sur le gain de fonction des coronavirus de chauve-souris. Quatre mois avant cette décision, le NIH a effectivement transféré cette recherche à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) via une subvention au groupe à but non lucratif EcoHealth Alliance, dirigé par Peter Daszak.

Le premier versement de 666 442 dollars du NIH sur la subvention de 3,7 millions de dollars d’EcoHealth a été effectué en juin 2014, avec des paiements annuels similaires jusqu’en mai 2019 dans le cadre du projet “Understanding The Risk Of Bat Coronavirus Emergence“.

Selon Josh Rogin du Washington Post, le WIV “a ouvertement participé à des recherches sur les gains de fonction en partenariat avec des universités et des institutions américaines” pendant des années sous la direction du Dr Shi “Batwoman” Zhengli.

Pendant ce temps, Fauci a “fait passer en force” la recherche sur le gain de fonction en décembre 2017 sans approbation.

Via The Australian :

De multiples responsables de l’administration Trump ont déclaré à The Weekend Australian que le Dr Fauci n’avait pas soulevé la question du redémarrage du financement de la recherche auprès de hauts responsables de la Maison Blanche.

Cela s’est fait en quelque sorte à la va-vite“, a déclaré un fonctionnaire.

“Je pense qu’il y a du vrai dans le récit selon lequel le personnel (du Conseil national de sécurité), le président, le chef de cabinet de la Maison Blanche, ces personnes étaient dans l’ignorance qu’il revenait sur la recherche.”

Le Weekend Australian a également confirmé que ni Mike Pompeo, alors directeur de la Central Intelligence Agency, ni Matthew Pottinger, membre du Conseil national de sécurité, n’ont été informés.

Ces expériences sont également combattues par d’éminents scientifiques, notamment le Cambridge Working Group, composé de 200 chercheurs, qui a émis un avertissement public en 2014.

“Les risques d’accident avec les “agents pathogènes pandémiques potentiels” nouvellement créés soulèvent de nouvelles préoccupations graves”, peut-on lire dans la lettre du groupe. “La création en laboratoire de nouvelles souches hautement transmissibles de virus dangereux, en particulier mais pas seulement de la grippe, présente des risques considérablement accrus“.

Une infection accidentelle dans un tel cadre pourrait déclencher des épidémies qu’il serait difficile, voire impossible, de contrôler. Historiquement, les nouvelles souches de grippe, une fois qu’elles ont établi la transmission dans la population humaine, ont infecté un quart ou plus de la population mondiale en deux ans.”

Et Steven Salzberg, de la Johns Hopkins School of Medicine, a déclaré en 2015 que les avantages de la recherche sur les gains de fonction étaient “minimes au mieux” et qu’ils pouvaient “être obtenus de manière beaucoup plus sûre par d’autres voies de recherche”.

“Je suis très préoccupé par le fait que la recherche continue sur le gain de fonction sur les virus de la grippe, et plus récemment sur d’autres virus, présente des risques extrêmement graves pour la santé publique”, a-t-il écrit.

Le risque en vaut la peine, selon Fauci ?