Un survivant des pensionnats indiens du nom de William Coombes devait témoigner lors d’une session du Tribunal international pour les crimes de l’Église et de l’État contre l’humanité commis par Elizabeth II et son mari, mais il est soudainement décédé de façon mystérieuse. Toutes les révélations qui ont été faites aujourd’hui jettent une lumière encore plus vive sur une histoire qui a été enterrée et gardée secrète…

Publication originale le 05/09/2018.

NDLR : Article d’il y a 3 ans faisant référence à la même école que dans l’article “Plus de 200 corps retrouvés dans une école indigène au Canada” (a lire en premier). Il parle de réseaux pédophiles des élite, de la reine d’Angleterre, de contrôle mental, du Vatican, et de bien d’autres choses encore…

AUTEUR

ARJUN WALIA

CATEGORIES

POSTÉ LE

29 mai 2021

SOURCE

Collective Evolution

L‘enlèvement et l’abus d’enfants à des fins impensables, allant de l’esclavage sexuel à la guerre militaire contrôlée par l’esprit, est un phénomène qui attire de plus en plus l’attention. Des révélations semblent se produire tous les jours. Nous venons d’apprendre que le pape François est impliqué dans la dissimulation d’abus sexuels au Vatican, alors que son bras droit est également jugé en ce moment pour abus sexuels. Le fait est que le Vatican a déjà déboursé des milliards de dollars pour régler des plaintes pour abus sexuels sur des enfants. Ainsi, alors qu’il devrait maintenant être clair que la pédophilie sévit au Vatican, ils continuent à être loués et adorés par les masses, tandis que les dirigeants du monde les accueillent généralement à bras ouverts et avec un sourire.

Les mêmes vérités dérangeantes apparaissent également dans d’autres domaines que l’élite mondiale semble dominer : en politique, au sein du complexe militaro-industriel, et même à Hollywood. La vérité est en train d’être exposée, et si nous continuons à considérer ces gens comme nos “leaders” moraux et politiques, ils continueront à montrer par leurs actions qu’ils n’ont pas vraiment les meilleurs intérêts de l’humanité à l’esprit, mais qu’ils ne cherchent qu’à satisfaire leurs motivations égoïstes.

Il est temps pour nous de nous rendre à l’évidence : si nous continuons à nous tourner vers “eux” pour changer, le changement ne viendra jamais. En fin de compte, nous devons regarder en face ce qui s’est passé, et initier nous-mêmes des changements.

Les pensionnats du Canada

Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, Christophe Colomb a fait des choses très inquiétantes à son arrivée sur la Nouvelle Terre, de la prise d’esclaves au meurtre, au viol et bien plus encore. C’est une histoire sombre, qui n’a pas encore été entièrement dévoilée. Les lignées “aristocratiques” et royales qui ont parrainé Christophe Colomb semblent avoir une histoire “sombre”, mais elles ont été dépeintes sous un jour bienveillant.

Au Canada, le système des pensionnats était composé d’écoles religieuses parrainées par le gouvernement et destinées à assimiler les enfants autochtones à une culture euro-canadienne, une culture créée par l’élite dirigeante pour que tous les autres puissent s’y “intégrer”. Ce système a vu le jour en France, peu de temps après l’arrivée des Européens en Amérique, et a été conçu à l’origine par les églises chrétiennes et le gouvernement canadien pour éduquer (laver le cerveau) et convertir les jeunes autochtones et les intégrer à la société canadienne.

Dans les années 1930, les directeurs des pensionnats sont devenus les tuteurs légaux de tous les enfants autochtones, les arrachant à leurs parents sous la surveillance du ministère des Mines et des Ressources. Tous les parents ont été contraints de céder la garde légale de leurs enfants à un directeur ou à un employé de l’église, sous peine d’être emprisonnés. Quelques années plus tard, les “Affaires indiennes” sont reprises par le gouvernement fédéral. (source)(source)(source)

Les enfants étaient maltraités, tués, torturés et violés. Ils ont également été soumis à des expériences menées par le gouvernement et des entreprises pharmaceutiques, utilisés comme sujets de tests médicaux dont les corps ont disparu sans laisser de traces.

La pyramide du contrôle

L’enlèvement et l’abus d’enfants, historiquement bien cachés, apparaissent au grand jour. Ils semblent être liés, au sommet, aux familles royales de la lignée du sang et à l’Église, et se déversent le long de la pyramide à tous les niveaux de contrôle. Cela pourrait-il être vrai ? Nous savons que la famille royale a une histoire “sombre” en ce qui concerne ses activités avec les enfants et qu’elle a des liens très étranges avec les temps modernes. J’ai donné plus de détails lorsque des millions de personnes ont suivi le mariage de la famille royale.

Nous parlons de quelque chose qui se passe depuis des générations. Les bébés naissent même dans ce genre de situation. C’est tout ce qu’ils connaissent, pour eux c’est normal et les implications auxquelles ils sont confrontés lorsque tout cela devient transparent permettent de comprendre pourquoi certains peuvent vouloir se manifester, mais finalement ils ne le font pas.

La reine Elizabeth et la disparition des enfants

William Coombes, un survivant des pensionnats indiens, s’est exprimé sur ses expériences. Outre le fait d’avoir été témoin et victime de multiples formes d’abus, il se souvient également de la visite de la reine Elizabeth dans son école en 1964. Voici l’expérience décrite dans les propres mots de Coombes, postée par le International Tribunal into Crimes by Church and State (NDLR : “Tribunal international pour les crimes de l’Église et de l’État”) :

Je suis un danseur spirituel salish de l’intérieur et j’ai 58 ans. Je vis à Vancouver, au Canada.
Je suis un survivant des pensionnats indiens de Kamloops et de Mission, tous deux dirigés par l’église catholique romaine. J’y ai subi de terribles tortures, notamment aux mains du frère Murphy, qui a tué au moins deux enfants. Je l’ai vu jeter un enfant du haut d’un balcon de trois étages vers sa mort. Il m’a mis sur une planche et m’a brisé certains os, dans le sous-sol de l’école de Kamloop, après que j’ai essayé de m’enfuir.

Je l’ai également vu, avec un autre prêtre, enterrer un enfant dans le verger de l’école une nuit.

En octobre 1964, alors que j’avais 12 ans, j’étais détenu à l’école de Kamloops et nous avons reçu la visite de la reine d’Angleterre et du prince Phillip. Je me souviens que c’était étrange parce qu’ils sont venus tout seuls, sans fanfare ni rien. Mais je les ai reconnus et le directeur de l’école nous a dit que c’était la reine et nous avons tous reçu de nouveaux vêtements et de la bonne nourriture pour la première fois depuis des mois la veille de son arrivée.

Le jour où la Reine est arrivée à l’école, je faisais partie d’un groupe d’enfants qui est allé pique-niquer avec elle, son mari et quelques prêtres, dans une prairie près de Dead Man’s Creek. Je me souviens que c’était bizarre car nous devions tous nous pencher et embrasser son pied, une botte blanche lacée.

Après un certain temps, j’ai vu la Reine quitter le pique-nique avec dix enfants de l’école, et ces enfants ne sont jamais revenus. Nous n’avons plus jamais entendu parler d’eux et nous ne les avons jamais revus, même quand nous étions plus âgés. Ils étaient tous du coin, mais ils ont tous disparu.

Le groupe qui a disparu était composé de sept garçons et trois filles, âgés de six à quatorze ans. Ils faisaient tous partie du groupe le plus intelligent de la classe. Deux des garçons étaient des frères et ils étaient métis de Quesnel. Leur nom de famille était Arnuse ou Arnold. Je ne me souviens pas des autres, juste d’un prénom occasionnel comme Cecilia et il y avait un Edward.

Ce qui s’est passé a également été observé par mon ami George Adolph, qui avait 11 ans à l’époque et qui était également étudiant là-bas. Mais il est mort maintenant.

Coombes assassiné ?

Coombes, devait servir de témoin sous serment lors de la session de septembre 2011 du Tribunal international pour les crimes de l’Eglise et de l’Etat concernant les crimes de torture, de génocide et de crimes contre l’humanité commis par Elizabeth de Windsor (Reine Elizabeth II) et son consort le Prince Philip au Canada en octobre 1964 à Kamloops, en Colombie britannique.

Ci-dessous se trouve une vidéo de Coombs. La seule que j’ai pu trouver. Elle est tirée de cette vidéo complète. Dans cette vidéo complète, vous trouverez également le témoignage d’un survivant affirmant que les Affaires indiennes (mentionnées plus haut) étaient également dans le coup.

La Reine est venue et a rendu visite pendant environ trois jours… Et beaucoup d’enfants ont disparu là-bas.

Vous trouverez ci-dessous une autre vidéo intéressante.