La plus grande société d’approvisionnement en viande du monde a été contrainte de fermer des abattoirs en raison d’une cyberattaque pendant le week-end du Memorial Day… et les retombées pourraient entraîner des pénuries et une viande plus chère dans votre épicerie locale.

NDLR : il s’agit de JBS, on vous a traduit plusieurs articles montrant les premieres repercussions ici, ici et ici. La mafia mediatique commence deja a parler de penuries et de hausse des prix…

AUTEUR

AMANDA MCDONALD

CATEGORIES

POSTÉ LE

1 juin 2021

SOURCE

Yahoo

JBS SA a annulé des quarts de travail et arrêté la production après que des pirates informatiques ont attaqué les systèmes informatiques de l’entreprise dimanche, selon Bloomberg. JBS est responsable d’environ 25 % de la production de bœuf aux États-Unis et de 20 % de celle de porc, ainsi que d’un vaste approvisionnement en viande au Canada et en Australie.

« L’entreprise a pris des mesures immédiates, en suspendant tous les systèmes affectés, en informant les autorités et en activant le réseau mondial de professionnels de l’informatique et d’experts tiers de l’entreprise pour résoudre la situation », a déclaré JBS au sujet de l’attaque dans un communiqué le 31 mai. « Les serveurs de sauvegarde de l’entreprise n’ont pas été affectés, et elle travaille activement avec une société de réponse aux incidents pour restaurer ses systèmes dès que possible. »

L’entreprise affirme également qu’aucune donnée de client, de fournisseur ou d’employé n’a été compromise pendant l’attaque, mais qu’une correction totale prendra du temps et pourrait retarder certains processus avec les clients et les fournisseurs, ce qui pourrait finir par affecter les acheteurs dans les supermarchés à travers le pays.

Bien que l’on ne sache pas combien d’usines JBS ont été touchées par le piratage, cinq des plus grandes usines américaines de la société ont arrêté la production, notamment dans l’Utah, au Texas, au Wisconsin et au Nebraska. Les équipes de travail de mardi ont également été annulées. Ensemble, ces cinq usines traitent environ 22 500 bovins par jour, et si les fermetures se poursuivent, cela pourrait déstabiliser l’ensemble du marché de la viande aux États-Unis.

D’autres fournisseurs de viande, comme Pilgrim’s Pride Corp, le deuxième plus grand producteur de poulet aux États-Unis, ont également pris des mesures immédiates en fermant certains de leurs établissements ou en réduisant leurs activités, selon les messages Facebook des usines, rapporte Bloomberg.

Ce n’est pas la seule raison pour laquelle les hamburgers, le poulet, les hot-dogs et le bacon seront plus chers lors de votre prochaine visite au supermarché. Une offre faible et une demande élevée signifient que les prix vont augmenter de 25 à 30 %.