La Réserve fédérale a annoncé mercredi qu’elle allait commencer à liquider le portefeuille d’obligations d’entreprises de 13,8 milliards de dollars qu’elle avait constitué au milieu de la pandémie de COVID-19.

NDLR : la Fed perd de plus en plus de controle…

AUTEUR

BRIAN CHEUNG

CATEGORIES

POSTÉ LE

2 juin 2021

SOURCE

Yahoo Finance

Cette annonce marque la sortie de la banque centrale d’une stratégie sans précédent visant à soutenir le marché des obligations d’entreprises pendant la volatilité des marchés du printemps 2020.

« Les ventes de portefeuille seront progressives et ordonnées, et viseront à minimiser le potentiel de tout impact négatif sur le fonctionnement du marché en tenant compte de la liquidité quotidienne et des conditions de négociation des fonds négociés en bourse et des obligations d’entreprise », a déclaré la Fed dans un communiqué.

Selon un responsable de la Fed, la banque centrale espère se décharger de tous ses ETF et obligations d’entreprises d’ici à la fin de 2021.

Au 30 avril de cette année, les ETF d’obligations de sociétés représentaient environ 8,6 milliards de dollars du portefeuille, les 5,2 milliards restants étant constitués d’obligations de sociétés individuelles.

La Fed de New York, qui gérera opérationnellement le processus de dénouement, devrait offrir plus de détails sur le processus jeudi.

La Fed a cessé d’acheter des actifs dans le cadre de cette facilité le 31 décembre 2020.

Le débouclage n’est pas lié au programme d’assouplissement quantitatif de la Fed, dans le cadre duquel la banque centrale achète actuellement environ 120 milliards de dollars par mois de titres adossés à des créances hypothécaires d’agences et de bons du Trésor américain. Les responsables de la Fed ont ajouté que l’annonce de mercredi n’est pas liée aux questions de politique monétaire.

Suppression d’un filet de sécurité

L’intervention de la Fed sur le marché des obligations d’entreprises est l’un des nombreux outils qu’elle a utilisés lorsque les marchés ont échappé à tout contrôle en mars 2020.

La crainte : qu’un resserrement spectaculaire des conditions financières ne laisse les plus grandes entreprises américaines sans aucun recours si elles devaient émettre des emprunts pour survivre à la crise.

Lorsque la Fed a annoncé en mai qu’elle mettrait en place une certaine facilité pour soutenir le marché des obligations d’entreprises, elle a fait le premier pas pour offrir la confiance aux émetteurs d’entreprises et aux investisseurs du marché obligataire.

En avril 2020, la banque centrale a mis en place deux facilités permettant d’engager jusqu’à 750 milliards de dollars d’achats couvrant les ETF et une « large exposition » aux obligations d’entreprises américaines de qualité et à certaines obligations à haut rendement.

Les facilités étaient adossées à 10 milliards de dollars de fonds alloués à la Fed par le Trésor américain, qui étaient placés dans un véhicule à usage spécial qui était l’entité juridique détenant les actifs.

Le faible recours à ces facilités (par rapport au plafond de 750 milliards de dollars) n’a pas empêché les critiques à l’égard de ces programmes. L’ancienne présidente de la Federal Deposit Insurance Corp. Sheila Bair, ancienne présidente de la Federal Deposit Insurance Corp., a affirmé que les programmes aidaient les grandes entreprises à « augmenter le rendement des actionnaires ».

La Fed, pour sa part, a déclaré que le programme était vital pour éviter un effondrement financier.

« Le SMCCF s’est avéré vital pour rétablir le fonctionnement du marché l’année dernière, soutenir la disponibilité du crédit pour les grands employeurs et soutenir l’emploi pendant la pandémie de COVID-19 », a déclaré la Fed dans un communiqué mercredi.