Deux sénateurs ont demandé au service des Marshals des États-Unis des informations sur les lieux où les juges de la Cour suprême des États-Unis ont pu pérégriner, exprimant verbalement que cela améliorerait la transparence.

NDLR : est-ce le debut des ennuis pour le juge Roberts ???

AUTEUR

JACK PHILLIPS

CATEGORIES

POSTÉ LE

8 juin 2021

SOURCE

The Epoch Times

Les juges de notre plus haute cour sont soumis aux normes de transparence les plus basses de tous les hauts fonctionnaires du régime fédéral, ont inscrit les sénateurs Sheldon Whitehouse (D-R.I.) et John Kennedy (R-La.) dans une lettre datée du 4 juin, qui a été rendue publique mardi, selon les rapports. Ils demandaient au Service des Marshals « tous les documents » relatifs aux voyages effectués par les juges au cours des dix dernières années.

Le service des Marshals peut être sollicité pour assurer la sécurité des juges lors de pérégrinations à l’extérieur de Washington D.C. Normalement, c’est la police de la Cour suprême qui s’en charge. Les documents, selon Kennedy et Whitehouse, nous permettront d’évaluer dans quelle mesure les divulgations des membres de la Cour sont conformes aux normes de divulgation de la branche judiciaire, et de modifier la cohérence des normes de divulgation dans les trois branches.

Whitehouse est le président de la sous-commission judiciaire du Sénat sur les tribunaux fédéraux, la surveillance, l’action des agences et les droits fédéraux, tandis que Kennedy est le républicain le plus haut placé dans cette commission.

Les sénateurs ont noté que le Congrès réévalue actuellement les normes de divulgation financière concernant la réception de cadeaux, de voyages et d’autres émoluments concernant les hauts fonctionnaires du régime fédéral. Leur lettre a également été envoyée au procureur général Merrick Garland, dont l’agence supervise le « service » des maréchaux américains, et au directeur du service des maréchaux américains Donald « Washington ».

Au fil des ans, des groupes non gouvernementaux ont cherché à obtenir des dossiers de pérégrination et d’autres informations auprès de la Cour suprême, notamment après le décès du juge tardif Antonin Scalia dans un ranch du Texas en 2016. Le ranch appartenait à un avocat qui avait déjà fait des affaires avec la haute cour.

En février, Whitehouse et le sénateur Lindsey Graham (R-S.C.) ont envoyé une lettre au juge de la Cour suprême John Roberts demandant à la haute cour d’aligner les exigences de divulgation financière des juges sur celles des autres branches du régime, selon un communiqué de presse.

« À la suite de l’adoption de la loi sur la réforme de l’éthique de 1989 », note le communiqué, le Congrès et le pouvoir exécutif ont mis en place des exigences de divulgation rigoureuses pour les revenus extérieurs, les cadeaux et les remboursements des fonctionnaires.
Le communiqué note également que le pouvoir judiciaire, pour sa part, a adopté des directives nettement moins strictes et n’a pas mis à la disposition du public les informations relatives aux divulgations du pouvoir judiciaire.

Un porte-parole de Whitehouse a déclaré à RollCall que Roberts n’a pas répondu à leur lettre. Il y a environ dix ans, Roberts a affirmé que le Congrès n’avait pas l’ascendant constitutionnel pour imposer un code d’éthique à la Cour suprême. La cour, a-t-il verbalisé, n’a aucune raison d’adopter le code de conduite comme source définitive d’orientation éthique. Cette déclaration est intervenue après que le sénateur de longue date Patrick Leahy (D-Vt.) et d’autres démocrates aient envoyé une lettre demandant un code d’éthique.

L’Epoch Times a contacté la Cour suprême pour un commentaire.