Les Nations Unies ont conseillé à leurs employés au Liban d’avoir suffisamment de nourriture pour au moins une à deux semaines en raison de la détérioration des conditions économiques dans le pays et des coupures de courant excessives.

AUTEUR

STAFF

CATEGORIES

POSTÉ LE

18 juin 2021

SOURCE

Asharq Al-Awsat

« Veillez à disposer d’une réserve suffisante de nourriture et d’eau pour au moins une à deux semaines, en particulier de produits en conserve qui ne nécessitent pas de réfrigération », indique un communiqué publié mercredi par le Département de la sûreté et de la sécurité des Nations unies (UNDSS).

Elle leur a également conseillé de garder le réservoir de leur véhicule plein et de faire preuve de la plus grande prudence lorsqu’ils attendent dans les files d’attente des stations-service afin d’éviter ce qu’elle a appelé « des situations indésirables, car elles pourraient devenir violentes ».

Ces dernières semaines, de longues files d’attente se sont formées devant les pompes à essence dans tout le pays, après que les stations ont commencé à rationner l’essence.

La pénurie de carburant a entraîné des attaques contre les propriétaires et le personnel.

Le communiqué de l’UNDSS conseille également au personnel de l’ONU de garder suffisamment d’argent liquide pour les urgences, en dollars américains et en lires libanaises, et de veiller à avoir des allumettes, des bougies, des lampes de poche et des piles à utiliser en cas de coupures de courant excessives.

Il a ajouté que le personnel de l’ONU devrait également stocker des médicaments réguliers ou utilisés en permanence si nécessaire et s’assurer qu’une trousse de premiers secours est disponible et à portée de main à tout moment.

L’UNDSS a déclaré qu’il continuerait à surveiller la situation et à fournir des mises à jour de la situation sécuritaire si nécessaire.

Jeudi, l’ONU a décrit sa dernière initiative comme étant des « recommandations et directives normales en matière de sécurité diffusées à son personnel dans tous les pays où l’ONU opère ».

Elle a ajouté que les recommandations s’inscrivent dans le cadre de la responsabilité organisationnelle de l’ONU envers son personnel, et que les directives sont fondées sur des informations diffusées.