Les taux de natalité sont en baisse dans le monde entier. Dans de nombreux pays, COVID-19 a supprimé la croissance démographique en provoquant une baisse des naissances, des migrations et de l’espérance de vie. Même avant la pandémie, l’urbanisation était le moteur du déclin démographique.

NDLR : Le Forum Economique Mondial se réjouit de la chute des taux de natalité. « L’agenda de la dépopulation fonctionne ! »

AUTEUR

DARRELL BRICKER

CATEGORIES

POSTÉ LE

19 juin 2021

SOURCE

World Economic Forum

À la fin du mois de mai, le gouvernement chinois a annoncé que les parents en Chine seraient désormais autorisés à avoir jusqu’à trois enfants. Cette annonce est intervenue cinq ans seulement après le renversement stupéfiant de la politique de l’enfant unique de 1980.

Il se passe clairement quelque chose.

Ce quelque chose, c’est que la Chine a connu un effondrement de la fécondité. Selon le dernier recensement publié en mai, la Chine perd environ 400 000 personnes par an. La Chine continue d’affirmer que sa population est en croissance, mais même si ces projections sont prises au pied de la lettre, le déclin démographique qui devait commencer au milieu du siècle pourrait maintenant commencer dès 2030. Cela signifie que la Chine pourrait perdre entre 600 et 700 millions de personnes d’ici 2100.

C’est bien cela : 600 à 700 millions de personnes, soit environ la moitié de sa population totale actuelle.

L’évolution démographique de la Chine n’est pas unique parmi les superpuissances. Selon le dernier recensement des États-Unis, le taux de natalité américain a diminué pendant six années consécutives et de 19 % au total depuis 2007. À l’instar de la Chine, le taux de natalité américain est désormais bien inférieur au taux de remplacement, soit 1,6. (La Chine est actuellement à 1,3.) Pour qu’un pays puisse remplacer naturellement sa population, son taux de natalité doit être d’au moins 2,1.

Vous pouvez également ajouter le deuxième pays le plus peuplé du monde, l’Inde, à la liste des pays à faible taux de fécondité, avec un taux de natalité au tarif de remplacement (2,1). On peut également citer le Japon (1,3), la Russie (1,6), le Brésil (1,8), le Bangladesh (1,7) et l’Indonésie (2,0).

Il y a encore de grands pays avec des taux de natalité élevés, comme le Pakistan (3,4) et le Nigeria (5,1). Mais même ces chiffres sont inférieurs à ce qu’ils étaient en 1960 – lorsque le Pakistan était à 6,6 et le Nigeria à 6,4 – et ils diminuent chaque année.

Le rôle du COVID-19 dans la baisse des taux de natalité

La pandémie de COVID-19 sert de modificateur – mais pas de la manière dont les commentateurs et les humoristes l’ont suggéré lorsque les confinements ont commencé.

Vous vous souvenez de toutes les blagues sur le baby-boom dû à l’immobilisation des gens à la maison ? Au fur et à mesure que les données arrivent, il est clair que dans de nombreux pays, c’est le contraire qui s’est produit. De nos jours, la plupart des enfants sont des enfants désirés ou planifiés, surtout dans le monde développé. Pour décider d’avoir un enfant, il faut être optimiste quant à l’avenir – et il est difficile de faire preuve d’optimisme pendant une pandémie mondiale. En fait, le Brookings Institute estime que 300 000 bébés ne sont pas nés aux États-Unis en raison de l’insécurité économique liée à la pandémie.

S’agirait-il d’un phénomène à court terme prêt à être corrigé ? C’est possible. Certains analystes prévoient un mini baby-boom lorsque les vaccins seront largement disponibles et que les restrictions seront levées. Mais même un mini baby-boom ne compensera probablement pas entièrement le déclin. L’expérience montre que lorsqu’un couple repousse la naissance d’un enfant, pour quelque raison que ce soit, il ne se rattrape généralement pas par la suite. Le bébé à naître reste à naître.

La baisse de la fécondité n’est pas le seul moyen par lequel la pandémie freine la croissance démographique dans de nombreux pays développés. L’autre : la fermeture des frontières. En 2020, l’Australie a enregistré sa première baisse de population depuis la Première Guerre mondiale, en raison de contrôles frontaliers plus stricts liés au COVID. Le Canada a accordé le statut de résident permanent à 180 000 demandeurs en 2020, loin de l’objectif de 381 000 – et la plupart des nouveaux résidents permanents étaient déjà dans le pays avec des visas d’étudiant ou de travail.

Un troisième facteur sinistre est également à l’œuvre : le nombre de décès dus à la maladie elle-même. Les chercheurs prévoient que l’espérance de vie aux États-Unis a diminué d’une année entière en raison des décès dus au COVID. Les minorités raciales ont été particulièrement touchées, l’espérance de vie des Afro-Américains ayant diminué de deux ans et celle des Latino-Américains de trois ans. Officiellement, la pandémie est responsable de plus de 3 millions de décès – mais ce chiffre pourrait être bien plus élevé, car certains pays pourraient sous-déclarer les décès. C’est probable, par exemple, en Inde, où la pandémie fait 4 000 victimes par jour ; de nombreuses autorités estiment que le nombre réel est bien plus élevé.

Mais il n’y a pas que la pandémie…

Comme John Ibbitson et moi-même l’avons écrit dans Empty Planet : The Shock of Global Population Decline, les forces à l’origine du déclin démographique sont en place depuis au moins le début du siècle.

La force la plus importante est l’urbanisation. La plus grande migration de l’histoire de l’humanité s’est produite au cours du siècle dernier et elle se poursuit aujourd’hui, les gens quittant la campagne pour la ville. En 1960, un tiers de l’humanité vivait dans une ville. Aujourd’hui, c’est presque 60 %. Passer de la campagne à la ville modifie les avantages et les inconvénients économiques d’une famille nombreuse. Beaucoup d’enfants à la ferme signifie beaucoup de mains libres pour faire le travail. Beaucoup d’enfants en ville signifie beaucoup de bouches à nourrir. C’est pourquoi nous faisons la chose économiquement rationnelle lorsque nous déménageons en ville : nous avons moins d’enfants.

Déménager en ville change également la vie des femmes, en les exposant à une version de la vie différente de celle que vivaient leurs mères et leurs grands-mères à la campagne. Les femmes urbaines ont beaucoup plus de chances d’avoir une éducation et une carrière, ainsi qu’un accès plus facile à la contraception. La baisse du taux de natalité en est le résultat inévitable. C’est pourquoi les femmes qui deviennent mères pour la première fois sont aujourd’hui plus âgées et ont moins d’enfants, et les grossesses chez les adolescentes ont considérablement diminué. Dans la plupart des pays développés, le tarif des femmes de plus de 40 ans a dépassé celui des femmes de 20 ans et moins.

On peut s’attendre à ce qu’un grand moment déterminant du 21e siècle se produise dans une trentaine d’années, lorsque la population mondiale commencera à décliner. COVID a peut-être même avancé le début de ce déclin, mais il ne l’a certainement pas provoqué.

Pourquoi le déclin de la population est important

Pourquoi devriez-vous vous préoccuper du déclin démographique ? Une diminution de la population est bénéfique pour le climat, mais les conséquences économiques sont graves. Dans les années 1960, on comptait six personnes en âge de travailler pour chaque personne retraitée. Aujourd’hui, ce rapport est de trois pour un. En 2035, il sera de deux pour un.

Certains disent que nous devons apprendre à freiner notre obsession de la croissance, à devenir moins obsédés par la consommation, à apprendre à nous débrouiller avec une population moins nombreuse. Cela semble très séduisant. Mais qui achètera les produits que vous vendez ? Qui paiera vos soins de santé et votre retraite quand vous serez vieux ?

Parce que bientôt, l’humanité sera beaucoup plus petite et plus vieille qu’aujourd’hui.