Les retards d’un ou deux jours deviennent la norme dans de nombreux ports, les terminaux devenant un goulot d’étranglement, selon Maersk.

NDLR : n’oubliez pas que Maersk est l’un des partenaires du Forum économique mondial…

AUTEUR

GARY HOWARD

CATEGORIES

POSTÉ LE

21 juin 2021

SOURCE

Seatrade Maritime News

La compagnie de transport de conteneurs a analysé les perturbations du marché alors qu’elle annonçait sa stratégie pour faire face aux retards actuels du troisième terminal le plus fréquenté au monde, Yantian. Maersk et ses partenaires vont omettre Yantian pour 84 navires sur plusieurs services, affectant 19 des services continentaux de Maersk, tandis que certains de ses navires continueront à faire escale à Yantian.

« La tendance est inquiétante, et la congestion incessante devient un problème mondial », a déclaré Maersk dans un communiqué. « En raison du Covid-19 et d’une poussée importante des volumes depuis la fin de l’année dernière, les terminaux deviennent des goulots d’étranglement mondiaux, que ce soit au niveau des postes d’amarrage, des chantiers ou de la sortie des marchandises, et cela se poursuit tout au long de la chaîne logistique – dans les entrepôts, les centres de distribution – avec des chiffres en hausse. »

Yantian est actuellement le goulot d’étranglement le plus important, mais les attentes d’un ou deux jours deviennent la norme dans de nombreux autres ports, a déclaré Maersk.

« Dans la lutte pour rétablir la fiabilité des opérations et le calendrier des services après l’incident de Suez en mars, la congestion du port de Yantian, avec les ports voisins de Shekou et Nansha également touchés, est une douleur supplémentaire à un moment où les chaînes d’approvisionnement mondiales sont déjà tendues », a-t-il déclaré.

Les changements dans les habitudes de consommation pendant les confinements nationaux dus à la pandémie ont mis les chaînes d’approvisionnement à rude épreuve, car le flux de biens tels que les conteneurs a été modifié. Le blocage du canal de Suez par l’Ever Given en mars a retardé des centaines de navires sur les trafics Asie-Europe, ajoutant un arriéré d’escales que certains ports ont mis plus d’un mois à résorber et perturbant encore davantage le flux habituel de biens.

Comme pour le blocage de Suez, les effets du ralentissement à Yantian se feront sentir sur l’ensemble des chaînes d’approvisionnement mondiales. « Nous tenons à signaler que les expéditions qui ne sont pas directement touchées par la situation à Yantian pourraient également être affectées, car nous ajustons notre réseau afin d’éviter les congestions portuaires et de limiter la perte nette globale de capacité du réseau maritime due à l’omission du port de Yantian », a déclaré Maersk. Vincent Clerc, directeur général de la division Océan et logistique d’AP Moller-Maersk, a déclaré aux journalistes en début de semaine qu’en raison du manque de navires disponibles sur le marché, les compagnies maritimes n’étaient pas en mesure d’augmenter leur capacité pour combler les lacunes causées par les retards. Par conséquent, des créneaux seront perdus en raison des retards, ce qui aggravera les retards initiaux dans les ports et affectera la capacité des compagnies à offrir des services hebdomadaires.

Un arrêt de six jours sur les conteneurs d’exportation à Yantian a pris fin le 15 juin. La capacité du port a été réduite après qu’une épidémie de Covid-19 a fait baisser les effectifs et que les travaux de désinfection ont perturbé les opérations. Le port augmente progressivement sa productivité à mesure que les travailleurs reviennent, mais les retards actuels peuvent atteindre 16 jours. Avec plus de 300 traversées sans Yantian, les retards de deux à quatre jours dans les ports voisins de Shekou, Nansha et Hong Kong devraient augmenter.

Maersk a déclaré qu’elle s’attendait à un impact négatif sur l’approvisionnement en conteneurs 40 pieds et 40 pieds high cube en raison de la situation de Yantian, et a encouragé les clients à utiliser des conteneurs de 20 pieds comme alternative à Yantian et Shekou.