L’ancien président a annoncé un recours collectif contre Facebook, Google et Twitter, ainsi que contre leurs PDG.

NDLR : la meilleure partie de ce recours collectif sera la DÉCOUVERTE sur demande juridique. Comment injecter/rendre public/utiliser « légalement » comme preuve ? Ils vont essayer de negocier un accord pour éviter la découverte. Trump ne les laissera pas faire. Nous verrons tous la vérité. Twitter, Google (et YouTube), Facebook sont finis.

AUTEUR

LAURA BAIGERT

CATEGORIES

POSTÉ LE

7 juillet 2021

SOURCE

Just The News

L‘ancien président Trump a annoncé mercredi un recours collectif contre des sites de médias sociaux, dont Google, Facebook et Twitter, en raison de problèmes de censure.

« Bien que les entreprises de médias sociaux soient officiellement des entités privées, ces dernières années, elles ont cessé de l’être », a déclaré Donald Trump depuis sa retraite d’été à Bedminster, dans le New Jersey. « Les médias sociaux sont le bras de censure par défaut du gouvernement américain ».

La poursuite nomme spécifiquement Facebook et son PDG Mark Zuckerberg, Google et son PDG Sundar Pichai, et Twitter et son PDG Jack Dorsey pour avoir prétendument violé les droits du premier amendement.

Dans un discours d’environ 30 minutes, Trump a cité plusieurs exemples de ce qu’il considère comme de la censure, notamment des sites de médias sociaux signalant ou supprimant des contenus mettant en doute le fait que le nouveau coronavirus ait été libéré au laboratoire de virologie de Wuhan, en Chine.

Trump a été essentiellement banni de tous les principaux sites de médias sociaux après l’intrusion du 6 janvier au Capitole, que les critiques l’ont accusé d’avoir provoqué.

Lors de l’événement, Trump a cité plusieurs personnes qui se sont jointes à l’action en justice, notamment un enseignant qui a posté au sujet des masques pour tenter d’arrêter la propagation du virus. Trump a déclaré que des milliers d’autres personnes se joindront à l’action en justice.

« Notre affaire prouvera que cette censure est illégale », a déclaré Trump, qui mènera l’action en justice, déposée conjointement avec l’America First Policy Institute.

Trump a fait cette annonce lors d’une conférence de presse matinale à laquelle se sont jointes Linda McMahon et Brooke Rollins de l’institut.

« Nous allons demander des comptes à Big Tech », a-t-il déclaré.