La Cour suprême d’Espagne a jugé inconstitutionnel le confinement strict imposé l’année dernière pour le coronavirus.

AUTEUR

BBC

CATEGORIES

POSTÉ LE

14 juillet 2021

SOURCE

BBC News

L‘arrêt laisse la porte ouverte aux personnes qui ont été condamnées à une amende pour avoir enfreint les règles et qui souhaitent récupérer l’argent qu’elles ont payé.

Mais le tribunal a déclaré qu’il n’accepterait pas les poursuites des personnes et des entreprises qui veulent poursuivre le gouvernement parce qu’elles ont perdu de l’argent en raison du confinement.

Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence le 14 mars 2020 pour endiguer la première vague d’infections au Covid-19.

À l’époque, les cas de coronavirus et les décès étaient en hausse et les hôpitaux étaient rapidement débordés. Depuis lors, plus de 81 000 personnes en Espagne sont décédées à cause du coronavirus.

L’Espagne connaît trois niveaux d’urgence : l’état d’urgence, l’état d’exception et le niveau le plus élevé, l’état de siège.

En vertu des règles d’urgence, presque tous les habitants du pays ont reçu l’ordre de rester chez eux et n’ont été autorisés à sortir que pour des raisons essentielles. Toutes les entreprises, à l’exception de celles qui sont essentielles, ont été fermées.

Les lois ont été en vigueur jusqu’en juin 2020, bien que certaines restrictions aient été rétablies plus tard dans l’année lorsque le pays a été confronté à une deuxième vague.

Mais la Cour constitutionnelle espagnole a déclaré dans un communiqué qu’elle avait estimé, à une faible majorité de six contre cinq, que l’état d’urgence n’était pas suffisant pour conférer aux restrictions une valeur constitutionnelle.

En effet, selon la Cour, ces règles équivalent à une suppression des droits fondamentaux.

Pour limiter légalement les libertés des personnes dans la mesure où elles l’ont fait l’année dernière, a déclaré la Cour, le gouvernement aurait dû déclarer un état d’exception plutôt qu’un état d’urgence.

En Espagne, l’état d’urgence – appelé « état d’alarme » en espagnol – peut être déclaré par le gouvernement et mis en œuvre avant d’être débattu au Parlement. Cela permet au gouvernement de mettre rapidement en vigueur de nouvelles règles.

Un état d’exception, en revanche, n’est pas directement approuvé par le gouvernement. La proposition doit d’abord être soumise au Parlement, qui doit ensuite déclarer l’état d’urgence.

La décision de la Cour fait suite à un procès intenté par le parti politique d’extrême droite Vox.