Un tribunal fédéral de New York a dévoilé jeudi des dizaines de documents dans l’affaire de trafic sexuel contre Ghislaine Maxwell, la maquerelle présumée du financier en disgrâce et délinquant sexuel condamné Jeffrey Epstein.

AUTEUR

MICHAEL RUIZ, MARTA DHANIS

CATEGORIES

POSTÉ LE

16 juillet 2021

SOURCE

Fox News

La plupart des 52 documents ont trait à un procès antérieur en diffamation impliquant une des accusatrices d’Epstein. Il y a également une demande d’ordonnance de protection déposée par les avocats de Maxwell pour limiter la quantité d’informations sur ses finances qu’ils doivent remettre.

Les documents comprennent des parties de la déposition explosive de 2016 de Rinaldo Rizzo, un ancien chef privé du gestionnaire de fonds spéculatifs Glenn Dubin, qui a affirmé qu’Epstein et Maxwell avaient amené une jeune Suédoise de 15 ans désorientée au domicile de ses employeurs.

Rizzo a déclaré que la jeune fille avait été laissée assise sur un tabouret de bar dans la cuisine alors que lui et sa femme préparaient le repas du soir.

« Elle s’est mise à nous dire, à ma femme et à moi, que, et ce n’est pas – c’est un flottement, pas une conversation comme si j’avais une simple conversation », a-t-il dit, selon la transcription. « Ce rapidement, ‘J’étais sur une île, j’étais sur l’île et il y avait Ghislane, il y avait Sarah,’ elle a dit, ‘Ils m’ont demandé du sexe, j’ai dit non.' »

Il a dit que la fille ne savait pas comment elle était allée de l’île à la maison des Dubin.

« J’ai dit que c’était dingue, est-ce que tu as un passeport, est-ce que tu as un téléphone ? » a-t-il dit.

La jeune fille lui a dit que son passeport avait été pris, a-t-il ajouté.

Dubin et sa femme, Eva Andersson Dubin, qui avait déjà fréquenté Epstein, ont nié toute connaissance du comportement du financier décédé.

Fox News est toujours en train d’examiner les nombreux documents. L’un d’eux montre un journal d’appel manuscrit de messages laissés à Epstein au début des années 2000.

Beaucoup de ces messages venaient de Maxwell. Mais d’autres semblaient être des notes de routine sur des sujets banals – des demandes de rappel et un message d’une connaissance qui s’était froissé un muscle et avait dû annuler un déjeuner de travail. Plusieurs d’entre eux mentionnaient des rendez-vous de massage.

L’un d’entre eux, un message non daté de Maxwell pour Epstein, indique : « Il serait utile que [expurgé] vienne à Palm Beach aujourd’hui pour rester ici et aider à former le nouveau personnel avec Ghislaine. »

Un autre message, provenant d’un appelant caviardé et enregistré à 11 h 20 le 27 février 2005, indique : « Rappelez-la s’il vous plaît. Elle voulait s’assurer que vous saviez qu’elle allait rencontrer Ghislaine et l’accompagner au Ranch ».

Un message non daté, qui apparaît entre des entrées datées de juillet et août 2005, mentionne une femme proposant un massage.

« Elle ne veut pas venir au cinéma, mais appelle-la si tu veux un massage avant ou après le film », peut-on lire. Le sujet des massages est fréquemment revenu dans la déposition de Maxwell, bien que son avocat lui ait conseillé de ne pas répondre à la plupart de ces questions.

Un autre message, datant du 4 septembre 2005, indique : « Annulé [expurgé]. Elle aimerait vous parler. Je crois (sic) qu’il s’agit de l’université [expurgé]. Dois-je programmer quelqu’un d’autre ? »

Un autre document comprend des parties transcrites de la déposition continue de 2016 de Maxwell dans l’affaire de diffamation, avec des expurgations et des pages manquantes. La transcription comprend principalement des avocats des deux parties qui se disputent entre eux sur les questions auxquelles elle devrait répondre.

Dans un échange, l’ancien avocat de Giuffre, David Boies, demande à Maxwell si elle connaît l’âge de l’une des femmes impliquées dans les massages donnés à Epstein dans son manoir de Palm Beach.

« Celles que j’ai reconnues avaient à peu près mon âge », répond-elle. « Celles que je ne connais pas, je n’en ai aucune idée. »