Les révélations électorales de la semaine dernière en Géorgie et en Arizona ont provoqué un changement dans la façon dont les audits électoraux sont perçus. En conséquence, un représentant du Wisconsin appelle maintenant à un audit judiciaire complet dans cet État. Beaucoup de gens se demandent comment cela va se terminer. Les législatures des États vont-elles rappeler leurs électeurs Biden ? Le Congrès annulera-t-il les résultats de l’élection de novembre ? La Cour suprême ordonnera-t-elle une nouvelle élection ?

AUTEUR

PRAYING MEDIC

CATEGORIES

POSTÉ LE

18 juillet 2021

SOURCE

Praying Medic

Des audits post-électoraux de cette ampleur n’ont jamais été réalisés. Il n’y a pas de recours constitutionnel clair ou de précédent historique pour changer le résultat d’une élection présidentielle frauduleuse. Nous sommes en territoire inconnu. Nous ne savons pas avec certitude comment les législatures des États agiront si, et quand, leurs audits révèlent une fraude. Nous n’avons aucun moyen de savoir comment les tribunaux réagiront. Il n’y a aucune raison de croire que le Congrès agira. Tout le monde peut deviner si les procureurs généraux des États enquêteront sur les preuves de fraude. Mais je pense que nous pouvons raisonnablement deviner où cela nous mène si nous suivons les données clés jusqu’à leur conclusion logique.

Notre premier point de données est le fait que le Conseil des superviseurs du comté de Maricopa a refusé de remettre au Sénat de l’Arizona les routeurs utilisés lors des élections de novembre, conformément à une assignation législative. Le Conseil des Superviseurs a remis les bulletins de vote. Ils ont remis les machines. Mais ils ne veulent pas remettre l’équipement qui révélerait le trafic Internet qui a eu lieu pendant l’élection. Pourquoi sont-ils déterminés à cacher cette information ?

La réponse peut être déduite si l’on considère les preuves présentées dans la vidéo Absolute Proof (NDLR : voici la version traduite en Francais, la partie qui nous interesse pour cet article commence a 1h 36 min 45 sec) :

Cette vidéo, et les autres de la série « Absolute », présentent des preuves que l’élection de novembre a été piratée par des nations étrangères, la Chine étant le principal acteur. En août prochain, Mike Lindell organisera un symposium au cours duquel des experts en informatique et en cybersécurité examineront les données du PCAP enregistrées en temps réel avant, pendant et après l’élection. Les experts qui ont analysé certaines de ces données sont convaincus qu’elles constituent des preuves irréfutables de l’ingérence de la Chine dans l’élection de novembre.

Si les preuves prouvent ce que les experts affirment, alors Joe Biden n’est pas seulement un président illégitime. Il est le représentant d’un gouvernement étranger inséré dans notre système politique – la personne par laquelle la Chine a pris le contrôle de notre pouvoir exécutif.

Les routeurs Internet ne contiennent pas le type de données que le Conseil des superviseurs du comté de Maricopa a prétendu lorsqu’il a refusé de les remettre aux auditeurs. Les routeurs conservent les adresses IP. Peut-être savent-ils que les données sur les routeurs montreront le trafic Internet entre la Chine et les centres de vote du comté de Maricopa.

L’objectif des audits est d’enquêter sur les élections au niveau de l’État et de fournir au public des preuves de ce qui s’est passé. Si les audits prouvent que les élections ont été volées par la Chine, nous devons nous attendre (et exiger) une action du ministère de la défense. Si une nation étrangère a pris le contrôle d’une branche de notre gouvernement fédéral et qu’il y a des preuves de cela, il est de la responsabilité de l’armée de reconnaître ce fait et de retirer l’usurpateur du pouvoir. Indépendamment de ce qu’un État, un tribunal ou le Congrès peut faire, le ministère de la Défense ne peut pas permettre que cela se produise.